Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 11:17

Hier, de retour d’un déplacement à Château-Chinon en matinée, la décision est prise de revenir par le chemin des écoliers. Cette sympathique balade sur de petites routes nous permettra d’intéressantes découvertes… Ici, le château de Broin (commune d’Aunay en Bazois), ou plutôt ce qu’il en reste…

 

Bâti au 19ème siècle, il a une architecture originale avec des tourelles d’angle appuyées sur des arcades en fonte. Hélas, il semble condamné.

 

Un peu plus loin, le château d’Aunay, un peu austère…

 

ses magnifiques tilleuls.

 

Nous passons ensuite à Montenoison, dont la butte porte une une église…

 

Une motte dont les dimensions ne se prêtent guère plus qu’à une tour de guet…

 

et les restes d’un château construit par Mahaut de Courtenay…

 

Une petite vidéo ici.

 

Puis direction Arthel, avec ses deux châteaux perchés au-dessus d’un plan d’eau au milieu du village. La saison nous permet de bien voir Le château de la Motte  au-travers de la végétation…

 

Une petite grimpette nous amène au niveau de l’entrée, où nous avons la chance de rencontrer le garde de la propriété, qui nous proposera très gentiment de nous y balader. Merci encore à lui !

 

Le château domine le village et son plan d’eau. Une petite vidéo trouvée sur YouTube vous permettra d’en découvrir plus.

 

A Arthel, il existe un autre château, que je découvrirai lors des prochaines Journées du Patrimoine, en Septembre.

 

Le plan d’eau, vu depuis le lavoir, n’est pas sans rappeler celui de Druyes les Belles Fontaines, dans l’Yonne.

 

Au-dessous en existe un plus petit, qui devait alimenter un moulin.

 

Une petite note d’humour local.

Partager cet article
Repost0
10 février 2018 6 10 /02 /février /2018 12:07

Non seulement la neige nous fait voir nos paysages autrement, mais elle trahit ceux qui, aussi nombreux que discret, vivent à nos côtés sans qu’on les voie ; ou presque…

 

Ici, le Blaireau. C’est notre seul plantigrade, et il se reconnaît à ses cinq doigts placés à l’avant…

 

La maisonnette de garde-barrière des Averdines. Le dernier train est passé en Juin 1987.

 

Ici, en plein champ, c’est une vraie autoroute à Sangliers…

 

Ils devaient être toute une bande…

 

Un pied vu de près.

 

Direction les bois…

 

Une trace de Lièvre, reconnaissable entre toutes…

 

Et ici, une Martre ou une Fouine.

 

L’empreinte de la Martre, à mi-chemin entre celle du Blaireau et celle du Chat, mais plus petite.

 

Quant à l’auteur de ces traces…

 

Il est à présent bien au chaud à la maison !

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 09:09

Voilà longtemps que ce n'était pas arrivé, il a neigé toute la journée d'hier, et ce matin il fait -2°; idem pour les jours à venir. Le manteau neigeux devrait donc tenir quelques jours. Voici quelques photos de la campagne valgycienne, prises hier après-midi...

Partager cet article
Repost0
3 février 2018 6 03 /02 /février /2018 13:12

C’est à un vernissage auquel j’ai assisté essentiellement par courtoise pour faire honneur à une invitation, que j’ai découvert les œuvres de Josiane Chevalier. N’ayant pu m’y concentrer suffisamment sur son travail, j’ai poussé la porte de son atelier quelques semaines plus tard… (Photo Le Berry Républicain)

 

Et y ai été chaleureusement accueilli, même si je ne venais qu’en curieux ! Ici, des assiettes très chouettes, en céramique chamottée noire…

 

Une fine couche de porcelaine leur donne un aspect nacré avant l’émaillage.

 

Très originales et réussies sont ces céramiques imitant des troncs d’arbres…

 

… inspirées d’un tableau de Paule Bastidon, une autre artiste de Neuvy Deux Clochers.

 

Côté arts de la table, les créations de Josiane ne manquent pas d’imagination ; bols et saladiers sont souvent penchés, et leurs lignes ondulées sortent de l’ordinaire…

 

La même composition sous un autre angle, avec une petite retouche par un logiciel photo…

 

Une sélection d’assiettes autour d’un plat. « Tout peut aller au lave-vaisselle », m’assure leur créatrice !

 

Sortons un peu de l’utilitaire avec cette cruche enveloppée d’une curieuse « peau »…

 

Ici, vous aurez tous reconnu le Petit Prince sur sa planète…

 

D’autres créations sorties tout droit de l’imagination de Josiane…

 

Idem pour ce bronze, en lequel chacun verra ce qu’il voudra…

 

Pour terminer, un autre tableau de Paule Bastidon, qui participait à cette exposition collective. Il m’évoque un figuier indien, avec ses racines aériennes…

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2018 5 26 /01 /janvier /2018 11:56

C’est dans l’univers de désolation d’un château Second Empire livré à l’abandon total depuis des décennies, que j’ai ramassé il y a peu cet humble petit bout de papier…

 

Marie Bux, scolarisée durant cette année 1901-1902 à l’Ecole Communale de Filles de Clamecy, devait être une jeune fille sérieuse. 2ème prix d’Enseignement Moral et de Lecture et Récit ; accessit de Rédaction et de Géographie.

 

A quoi correspondaient 1ère Classe et 2nde Division ? Peut être qu’un enseignant m’apportera la réponse…

 

Marie Bux était-elle venue dans ce lieu en colonie de vacances ? Qu’est-elle devenue ensuite ? Une recherche sur Internet ne m’a pas permis de le savoir…

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 10:02

C’est au printemps 2017 que je décide enfin de faire une visite approfondie du prieuré de Reugny, situé au bord de la route de St-Amand à Montluçon, et dont la couleur des pierres autant que l’architecture m’intriguaient depuis longtemps.

 

Sur cette vue aérienne (merci Géoportail), on voit bien le positionnement des différents bâtiments. En bas le Logis où vivaient les religieux, flanqué de ses deux tours défensives ; il en existait deux autres au Sud, mais démolies. En haut, on distingue de droite à gauche le bâtiment agricole et la Chapelle. Un petit arbre marque l’entrée éboulée d’une cave voûtée, alors qu’en-dessous, on croit distinguer le « fantôme » d’un grand bâtiment arasé.

 

Le Logis flanqué de ses deux tourelles rondes…

 

La porte du Logis, au blason bien usé…

 

La tourelle Nord-Ouest…

 

L’autre tourelle, à la porte cintrée…

 

En voici l’intérieur.

 

Le bâtiment agricole, qui devait regrouper écuries et logements des domestiques…

 

La maçonnerie du prieuré de Reugny fait appel à deux types de grès. Le grès triasique de Saulzais est utilisé pour les linteaux et jambages.

 

Différentes concentrations d’oxydes de fer lui donnent d’extraordinaires couleurs allant du jaune…

 

au violet.

 

La Chapelle date du XVème siècle. Son grès rouge, toujours de provenance locale, est beaucoup plus récent (Oligocène), et très chargé en oxyde de fer.

 

Le chevet…

 

Le porche d’entrée…

 

Cette fenêtre marie les deux types de grès cités plus haut ; une intéressante leçon de géologie ! Pour une histoire plus pointue du Prieuré de Reugny, je préfère vous orienter vers l’article d’Olivier Trotignon, spécialiste en la matière, plutôt que de le plagier.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 08:38

Après Johnny Halliday, une autre grande figure de la chanson populaire, témoin d'une époque où on pouvait encore trouver des jeunes filles de 20 ans pleines de candeur, nous a quittés, Elle est partie retrouver le grand Serge, et ils doivent rigoler ensemble du tour coquin qu'il lui avait joué...

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 11:59

Les déboires bancaires du FN et de sa Présidente ont récemment alimenté les « unes » de la presse. Les différents établissements hébergeant les comptes du FN ont signifié à ce dernier leur fermeture. Idem pour les comptes personnels de la « patronne ».

Cependant, le parti a besoin d’argent frais pour envisager sereinement son avenir électoral, essentiellement en vue des Européennes de 2019. C’est pourquoi il fait appel à ses partisans pour récolter des fonds, vu que le « système » veut l’assécher financièrement. Un emprunt au taux garanti de 3% bruts sur un an est donc lancé…

Le FN ne supportant pas la générosité tiède, le montant minimum de la souscription est fixé à 1500 €, et « une lettre de remerciements signée de la main de Marine Le Pen et un certificat nominatif témoignant de la reconnaissance du Front national » seront envoyés aux prêteurs. Ceux qui prêteront au moins 15.000 € se verront invités à un événement de prestige en présence de Marine Le Pen. Quant aux plus généreux (75.000 € ou plus), ils se verront invités par Marine Le Pen à un dîner privé ; le couronnement de toute une vie de militantisme au parti du patriotisme ! 

Reste à savoir si on est sûr de retrouver ses billes, sachant que les frais de campagne ne seront remboursés que si le parti fait au moins 3% des voix, et qu'il n'est actuellement pas au mieux de sa forme (comme bien d'autres...). Si ce n’est pas le cas, ça fait tout de même cher le dîner, sans compter qu’on ne sait même pas dans quelle taverne on sera invité…

Quant au côté « éthique » de ce placement, chacun en jugera comme il lui semblera…

Sources :

Le Monde

Le Point

France TV info

Capital

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 10:23

D'accord, l'image n'est pas très bonne mais, à la décharge du photographe, elle a été prise derrière le pare-brise sous la pluie! En rentrant à la maison jeudi soir, j'ai eu au moins deux minutes pour observer à loisir ce Hibou Moyen-Duc perché sur la rambarde d'un pont, pas effrayé le moins du monde par les phares ni le bruit du moteur. Là, il tourne le dos, mais on voit tout de même les plumets qui font penser à des oreilles; ses yeux oranges sont magnifiques. Après m'avoir laissé le temps (merci à lui... ou elle), le bel oiseau s'est tranquillement ébroué avant de s'envoler. Un moment intense autant qu'inattendu!

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 19:30

La moto électrique existe, je l’ai vue aujourd’hui ! Comme seulement 3 exemplaires de ce modèle, l’Electric Racer, ont été commercialisés, vous comprendrez que son lieu de garage restera secret.

 

Le cœur de la bête, à savoir un moteur électrique de 35 ch. Son heureux propriétaire m’assure qu’elle possède le couple d’une 1000 cm3. La batterie occupe tout l’espace au-dessus du moteur, y compris le faux réservoir.

 

La H-KER est de conception et de construction française, bien que certaines pièces proviennent du commerce. Sans boîte de vitesse, sa conduite est ultra-simple, et son entretien encore plus, puisqu’il n’y a même pas d’huile dans la mécanique !

 

Côté tableau de bord, un simple tachymètre (compteur de vitesse) qui grimpe très vite… Les commandes son aussi simples, sans embrayage : à la main droite, accélérateur et frein AV ; au pied droit, frein AR.

 

Pas de passage à la pompe, mais juste un branchement sur une simple prise électrique à la maison. Recharger entièrement sa batterie de 9 kWh revient à 1,8 € avec un kWh à 0,2 € TTC. Avec une autonomie de 100 kms, le kilomètre revient donc à 1,8 centimes! Convaincant, non?

 

Une transmission primaire par courroie (sous le carter en alu) précède une classique chaîne vers la roue AR. Un système astucieux permet de les tendre.

 

La machine est une sportive, mais on fait aujourd’hui aussi, qui l’eut cru, des motos de trial, et même de cross électriques aux performances très convaincantes ! De quoi s’amuser comme un fou sans emmerder les voisins !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • : Après 36 ans à Veaugues, direction Le Noyer pour vous faire découvrir son cadre, son histoire, et aussi quelques billets d'humeur...
  • Contact

Recherche