Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 09:10

C’est au moment de débarrasser la table que je constate qu’un invité s’était glissé dans le rouleau d’ « essuie-tout »…

 

Comment est-il arrivé là alors que j’avais déjà détaché une feuille avant le repas ?

 

Peut-être apporté délicatement (il est intact) par un(e) de mes pensionnaires à moustaches ? Ou était-il installé là depuis la veille, entré alors qu’une fenêtre était ouverte ?

 

Toujours est-il que sa discrétion a joué en sa faveur et que, contrairement à d’autres bestioles bien moins bienvenues, il échappera à la tapette et retournera dans son élément naturel…

Partager cet article
Repost0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 08:43

Alors que je m’arrête sur le parking du péage de Gannat en ce dimanche 23 Avril, pour une indispensable pause avant de continuer vers le Sud, je vois une curieuse scène dans mon rétroviseur…

 

Vu de près, ça donne ça !

Partager cet article
Repost0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 11:15

Cathédrale de Moulins (Allier)

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 14:38

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 19:42

Une vue de la Rue de la Gare, à Veaugues, vers 1910 ; ni arbres ni véritables trottoirs. Les trois dames se tiennent à l’entrée de la cour de l’actuelle supérette. Les belles maisons sur la droite sont toutes neuves ; elles ont été construites après l’arrivée du train à Veaugues en 1893. Une époque faste pour notre commune…

 

1923. Les tilleuls semblent avoir une quinzaine d’années. Faute de chaussée goudronnée, les habitants de Veaugues bénéficient de vrais trottoirs, et ce même si la circulation automobile n’est alors qu’embryonnaire…

 

1923, toujours, mais cette vue est prise en face l’entrée de la gare…

 

1935 avec cette carte colorisée ; les arbres ont grossi. On remarque que certains sont beaucoup plus fins que d’autres ; le sol de Veaugues est pauvre, mais tout de même ! Auraient-ils été remplacés suite à une maladie ?

 

Nous sommes à présent en 1960 et nos tilleuls sont à présent adultes. On remarque de nombreuses taches sur la chaussée, à présent goudronnée, souvenirs des véhicules de l’époque qui souffraient souvent d’incontinence huileuse chronique…

 

2014 face à l’entrée de la supérette, c’est-à-dire même angle de vue que la première photo.

 

Et puis, jeudi 13 Avril 2017 en rentrant le soir, c’est le choc : les tilleuls de l’avenue de la Gare ont tous été coupés !

 

Le travail a été fait durant la journée, proprement et nettement, et les souches ont été rabotées…

 

Les cadavres sont entreposés un peu plus loin, en attente de leur enlèvement ou de leur broyage. Espérons simplement que cette opération radicale, non annoncée dans notre Bulletin Municipal, trouve s'inscrit dans un projet de rénovation de l’Avenue de la Gare, avec enfin une chaussée et des trottoirs dignes de ce nom…

Partager cet article
Repost0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:48

Au départ, il y a la Primevère sauvage, qui peut être de plusieurs espèces, mais dont les plus répandues chez nous sont la Primevère Officinale

 

et la Primevère Elevée. Toutes deux sont plus connues sous le nom de Coucou et fleurissent dès la mi-Mars. Au passage, j’ai appris que les feuilles des Primevères étaient comestibles, cuites ou crues ; je vais essayer…

 

Ensuite, il y a les Primevères de jardin, obtenues par croisement et sélection entre diverses espèces. Elles peuvent être blanches, jaunes, roses, violettes, rouges ou orangées…

 

Toute cette petite population s’hybride joyeusement et sans retenue pour donner des variétés intermédiaires entre le Coucou et la Primevère de Jardin. Ainsi, celle-ci est délicatement ourlée de rose…

 

alors que celle-là est d’un blanc pur.

 

Lilas à coeur jaune ici…

 

Et j’ai gardé la plus belle pour la fin !

 

Quant à celles-ci, inutile de venir rôder en pleine nuit, il y a longtemps qu’elles ont traversé le tube digestif de votre serviteur.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 13:52

Dans la cour d'un garage Renault de la région...

Partager cet article
Repost0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 09:23

A Châtillon sur Loire, petite ville à l’histoire tourmentée et au patrimoine bâti qui vaut la visite, une maison de style Renaissance Italienne. Premier niveau en pierre, et les deux étages en charpente/briques…

 

Une belle fenêtre à meneau. De nombreux éléments en bois ont été délicatement sculptés, signe de l’aisance probable de son commanditaire…

 

… qui s’est probablement fait représenter dans ce médaillon. En ce début du 16ème siècle, la barbe « façon François 1er » était de rigueur si on voulait être à la mode…

 

Nul doute que ce riche notable de la Renaissance se retournerait dans sa tombe s’il apprenait que son élégante demeure propose aujourd’hui des coupes « Tribal Hair »…

Partager cet article
Repost0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 08:37

On dit parfois d'un couple qu'il est "mal assorti"...

 

... mais que dire de celui-ci, qui file pourtant le grand amour dans un village tranquille du Pays Fort!

Partager cet article
Repost0
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 09:17

Quiconque emprunte le tracé de l’ancienne ligne de chemin de fer au départ de Veaugues et en direction de Bourges remarquera, au bout d’une centaine de mètres, deux massifs de maçonnerie bien dégradés, parfois même tagués ; ce sont les culées du pont du « Tacot ». Eh oui, il n’y a pas que les transformateurs de banlieue ou les ponts de rocades qui bénéficient de cette forme d’ « art »…

 

Photo prise du même endroit (amorce du pont des carrières, sur la D 49E) le 24 Juin 1987, au passage du dernier train commercial de la ligne. Les restes du pont du Tacot sont au niveau de l’arrière du convoi.

 

Toujours le même endroit et le même angle, mais cette fois vers 1910. A cette époque, il y avait beaucoup moins de végétation qu’aujourd’hui, et aussi bien moins de constructions ! Le pont évitait aux trains de la ligne de La Guerche à Argent, dont l’écartement des rails n’était pas le même que celui de la ligne pricipale, de la couper à niveau.

 

Une vue plus rapprochée qui montre bien le tablier métallique du pont sur lequel passait le Tacot. Les abords des ouvrages d’art, des gares et des passages à niveau étaient protégés par ces palissades en bois et fil de fer. En arrière-plan, la gare de Veaugues, où on distingue le château d’eau et les 4 travées des ateliers de la Compagnie des Chemins de Fer Economiques (tout au fond, à gauche du château d’eau).

 

Cette vue aérienne de 1962 (Site Géoportail IGN) montre, de bas en haut :

- le Pont des Carrières, d’où ont été prises les photos précédentes

- le Pont du Tacot

- le passage à niveau de la route de Jalognes

A cette époque, la voie du Tacot avait été démontée une dizaine d’années auparavant, mais la plateforme était intacte. La ligne Bourges-Cosne avait été mise à voie unique à la sortie de la Guerre, vers 1945.

 

Nous sommes ici sous le Pont des Carrières vers 1910. La grande ligne Bourges-Cosne avait été ouverte en 1893, et celle du Tacot en 1906. Les abords étaient soigneusement entretenus et la ligne principale était à double voie. Au second plan, on voit le Pont du Tacot et, tout au fond, la maisonnette du PN de la route de Jalognes.

 

Un train en provenance de Bourges entre en gare de Veaugues vers 1910. On devine, tout au fond, le pont du Tacot. Il ne sera démonté qu’en 1982, plus de 30 ans après la fermeture de la ligne de l’ « Economique ».

 

Le Pont du Tacot vu de dessus en 1962.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • : Après 36 ans à Veaugues, direction Le Noyer pour vous faire découvrir son cadre, son histoire, et aussi quelques billets d'humeur...
  • Contact

Recherche