Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 09:33

chenille-arpenteuse-2013-06-11--1-.JPG

En sortant de ma serre, mon attention est soudain attirée par une étrange brindille de la taille d’un spaghetti, se détachant du tronc d’un jeune prunier…

 

chenille-arpenteuse-2013-06-11--5-.JPG

Soudain, la brindille se met en mouvement en utilisant un curieux moyen de locomotion. Elle rapproche sa tête de sa queue en arquant le dos…

 

chenille-arpenteuse-2013-06-11--6-.JPG

Puis se déplie. Là, certainement inquiète (je ne suis pas un expert en psychologie des chenilles…), elle se fige à nouveau.

 

chenille-arpenteuse-2013-06-11--7-.JPG

Le calme revenu, elle reprend sa progression.

 

Ephyre-Ponctuee--3-.JPG

C’est une chenille dite « arpenteuse », qui évoluera vers un papillon de la famille des Phalènes, voisin de celui-ci.

 

 


Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 09:08

Opération à l’échelle nationale, les Journées des Moulins visent à mieux faire connaître ce petit patrimoine industriel. Plusieurs sites seront donc ouverts au public, et vous pourrez en avoir une idée ici. Dans un rayon d’une quarantaine de kilomètres autour de Veaugues, on pourra découvrir le Moulin de Tirepeine, ainsi que plusieurs sites dans la vallée du Nohain, entre Cosne et Donzy.

 

Moulin-de-Tirepeine-2011-09-18--11-.JPG

Celui de Tirepeine, entre Subligny et Assigny (Cher) a déjà fait l’objet d’un article sur le blog mais, juste pour le plaisir, en revoici deux vues. Ici les engrenages transmettant la rotation de l’arbre de la roue à aubes vers les meules situées à l’étage au-dessus…

 

Moulin-de-Tirepeine-2011-09-18--10-.JPG

Voici justement les trois meules, dans leurs coffres d’origine. Tout le mécanisme de ce moulin, arrêté en 1940, est encore intact, sauf la roue à aubes, que le propriétaire, M. Jandelle, compte restaurer bientôt. Il se fera un plaisir de vous faire découvrir les lieux dimanche de 10h à 18h…

 

 

Moulins-l-Eveque-2013-05-30--24-.JPG

Nous sommes maintenant à Moulin l’Evêque, sur le Nohain, tout près de Cosne (Nièvre). Celui-ci, qui appartient désormais à la Camosine, est entièrement fonctionnel, et servait en dernier lieu à animer un atelier de reprofilage des cylindres de meunerie.


Moulins-l-Eveque-2013-05-30--18-.JPGIci, la roue à aubes, vue de l’aval…

 

Moulins-l-Eveque-2013-05-30--15-.JPG

Dans l’atelier, le mécanisme de renvoi transmettant la force hydraulique du Nohain vers les arbres à courroie disposés au plafond, qui entraînaient les différentes machines. Tout reprendra vie dimanche prochain (10h-12h30 et 14h30-18h)…

 

Moulin Pradalier 2013-05-27 (32)

Pour finir, le moulin Pradalier, à Donzy. Auparavant connu sous le nom de Rameau, il produisait de l’amorce pour les pêcheurs. Récemment repris par M. Coudray, il est également en parfait état de fonctionnement, et produit de l’huile de noix et noisettes. Il n’est pas actionné par une roue à aubes, mais par une turbine disposée sous le bâtiment.

 

Moulin Pradalier 2013-05-27 (5)

Voici les presses centenaires servant à écraser les galettes préparées avec les fruits préalablement écrasés et chauffés. A visiter samedi 15 et dimanche 16 de 9h à 19h… Ces deux moulins nivernais feront bientôt l’objet d’articles plus complets…

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 08:51

Bombyle.JPG

Après une interminable attente, le beau temps arrive enfin, et avec lui les insectes les plus variés, qui vont certainement rattraper le temps perdu. Le Bombyle, sous ses airs de Bourdon, est en fait une sorte de Mouche, qui se nourrit de nectar au moyen d’une longue trompe.

 

Iris-intact.JPG

Pour ceux et celles (il y en a beaucoup dans mon entourage) qui affirment que la Cétoine se nourrit de Pucerons et constitue donc un allié du jardinier, voici la preuve du contraire. D’abord, un iris sain, magnifique…

 

repas-cetoines.JPG

Maintenant, les Cétoines à l’heure du petit déjeuner, il y a une heure à peine…

 

Iris-bouffe.JPG

Et maintenant, un Iris juste après leur passage !

 

iris-marron.jpgCertaines variétés d’Iris semblent échapper à leur solide appétit, car ce sont ceux de couleur blanche ou rose qu’ils préfèrent.

 


Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 08:27

Stop-manque--1-.JPG

C'est probablement l'effet qu'a dû faire la voiture qui, après avoir manqué ce stop en bas de côte, a pointé son capot devant la nappe cirée...

 

Stop manqué (2)

Heureusement que personne ne faisait la sieste dans cette dépendance en cette journée verglacée!

 


Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 09:48

1-Cetoine.JPG

La Cétoine Dorée est un Coléoptère voisin du Hanneton, appartenant à la famille des Scarabéidés. Elle est d’un magnifique vert métallisé, et nous la voyons souvent sur les fleurs de nos jardins où, contrairement aux insectes butineurs, elle broute les pétales, au grand désespoir des jardiniers…

 

2-Cetoine.JPG

Au vol, l’adulte émet un vrombissement, comme les Hannetons et les Lucanes. Ici, je les ai surprises sur des fleurs de Pommiers.

 

3-Cetoine.JPG

Comme chez tous les insectes, la vie de l’adulte est très brève, juste le temps de se reproduire. Après quoi, les larves qui écloront des œufs issus de cette étreinte brûlante passeront 3 à 4 ans sous terre à se gaver des racines des plantes de notre jardin. Ce sont les gros « vers blancs » que nous déterrons en jardinant…

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 08:55

Cytises-1.JPG

Le Cytise Aubour est un petit arbre de la famille des Légumineuses (pois et haricots), qui ressemble au Robinier (que nous appelons l’Acacia…), avec les épines en moins.

 

Cytises-2.JPG

Originaire du Centre-Est de l’Europe, il est chez nous à l’extrême limite Ouest de son aire de répartition, et on le trouve ça et là en lisière de bois, uniquement sur terrain calcaire. A Veaugues, il n’est présent (à ma connaissance) que le long de la lisière Est du Bois des Hospices, au-dessus du bourg, où il lutte pour survivre entre les Alisiers, les Merisiers et autres Hêtres.

 

Cytises-3.JPG

Dépourvu d’épines, le Cytise ne drageonne pas, contrairement au Robinier qui a la mauvaise manie de « faire des petits » avec ses racines. En Mai, il se couvre de somptueuses grappes de fleurs jaune d’or. C’est pourquoi on le trouve souvent dans les parcs et jardins.

 

Cytises-4.JPG

La fleur du Cytise ressemble en tous points à celle du Robinier, mais est d’un beau jaune d’or, hélas sans parfum. Dans le Vercors et la Haute-Provence, elle illumine les coteaux au Printemps. Attention, toutes les parties du Cytise sont très toxiques, et il ne faut pas faire de beignets avec ses fleurs !

 


Partager cet article
Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 19:02

King-Size--1-.JPG

Non, ce n’est pas dans un lieu dédié à de sordides dépravations que la bonne morale réprouve, mais bien lors d’une conférence donnée cette après-midi par la très respectable association historique des Amis de Boisbelle, que j’ai découvert ce « sex-toy » de jade chinois aux dimensions respectables (22 kgs pour 60 cms). Comme quoi il est toujours utile d’avoir son appareil-photo numérique à portée de main…

 

King-Size--3-.JPG

Cette conférence donnée par Mme Martine Arnaud avait pour thème « les mystères de Saint-Greluchon », en fait une histoire de rites païens de fécondité transposés dans le Christianisme. Donc à priori tout ce qu’il y a de plus correct. Ce Greluchon (ou Guerluchon) avait déjà fait l’objet d’un article sur mon blog il y a quelque temps, mais Mme Arnaud nous a livré tous les secrets entourant la vie dudit saint…


Partager cet article
Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 10:20

1-Balade-Montner.JPG

C’est en suivant Christian, que j’ai rencontré grâce à son blog, que nous partons à la découverte des paysages entourant son village de Montner (Pyrénées-Orientales), ici au premier plan. Christian connaît le moindre centimètre carré de la campagne, et c’est avec passion qu’il nous entraîne dans son univers…

 

2-vignes-Montner.JPG

Ici, les vignes, omniprésentes dans la région, mais savamment panachées de garrigue et autres espaces naturels où la végétation est si belle en ce Printemps, même maussade…

 3-Balade-Montner.JPG

Unes des variétés de Cistes, qui illuminent cette région en Mai. Ces buissons se couvrent de fleurs roses aux pétales fripés, le temps de quelques jours…

 

4-Balade-Montner.JPG

En actionnant le zoom à fond, on aperçoit la citadelle de Quéribus, qui veilla longtemps sur la frontière Franco-Aragonaise (-espagnole) ; jusqu’au traité de Pyrénées en 1659, elle passait entre Montner et la Tour de France…

 

5-Olivier-Montner-2013-05-16--2-.JPG

Tout près du village de Montner, cet Olivier certainement centenaire veille, au milieu des vignes…

 

6-Mas-de-La-Beille.JPG

Après une première balade, puis quelques kilomètres en voiture, Christian nous emmène à pied vers le Mas de la Beille, dont les ruines dorment au sommet d’une colline. C’est un vestige datant de l’époque où toutes les collines étaient cultivées et la région beaucoup plus densément peuplée…

 

7-pavots-de-californie.jpg

Avant que nous ne le quittions, notre guide insiste pour nous faire découvrir un champ de fleurs exceptionnel… Comment ces « coquelicots » dont la palette des tons va du blanc pur au rouge sombre en passant par toutes les nuances de jaune et d’orangé sont arrivés là, mystère. Mais que c’est beau ! Lui a eu la chance de les prendre en plein jour, alors que leurs corolles étaient ouvertes…

 

8-Balade-Montner.JPG

Pour finir, un regard vers l’Ouest où, derrière le Roc de Vergès (rien à voir avec l’avocat du même nom…), se dresse l’inquiétante silhouette du Pic Bugarach (1230 m), sorti de l’anonymat le 21 Décembre dernier. Un grand merci à Christian pour cette après-midi très agréable sur les chemins de Montner (prononcer « mon nez ») !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 17:55

Nenuphar-1--1-.JPG

Revenu d'une dizaine de jours dans le "66", il me faudra quelques jours pour me réhabituer à la vie à Veaugues, au point où j'ai bien envie de repartir (bonne idée, diront certains, mais la décision n'est pas encore prise...), vu le temps qu'il fait ici.

 

Nenuphar-1--2-.JPG

Donc, avant de sélectionner les meilleures vues de mon escapade, en voici quelques-unes de deux nénuphars. Rien de bien extraordinaire, mais la lumière était belle, et les fleurs aussi; alors, pourquoi s'en priver?

 

 

Cytinet.jpg

Ici, c'est un Cytinet, qui vit en parasite sur les racines des Cistes, et qui est de la même famille que les Rafflésies, les plus grandes fleurs du monde. Les fleurs font environ un centimètre, mais qu'elles sont belles! Comme quoi certains parasites ont leur charme!

 


Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 08:45

1-Pont-Loire.JPG

N’en déplaise à ceux qui voudraient la sacrifier sur l’autel du développement économique et de la création d’emplois, et la voir transformée en égout à ciel ouvert comme le Rhône, notre Loire est restée un fleuve sauvage. La balade commence au pont de St-Thibault, là-même où les Gallo-romains avaient construit un pont sur la voie Bourges Auxerre il y a 1800 ans…

 

2-bras-Loire.JPG

En cette période où les eaux sont encore hautes, de nombreux bras secondaires coulent encore. Tout le lit mineur de la Loire sur le territoire de la Nièvre (et du Cher mitoyen) est classé en Zone Natura 2000, bénéficiant ainsi d’une protection renforcée. Ici, contrairement à ce qui se passe en d’autres endroits, cette protection est effective sur le terrain.

 

3-bras-Loire-2.JPG

Et point n’est besoin d’avoir trop d’imagination pour se croire au cœur d’une jungle, certes tempérée, mais qui d’ici un mois sera devenue impénétrable de par la luxuriance de la végétation…

 

4-erable-negundo.JPG

L’espèce ligneuse dominante est de très loin l’Erable Négundo, qui montre en cette fin Avril ses longues inflorescences « effilochées »…

 

5-erable-couche--1-.JPG

Beaucoup de ces arbres ont été couchés, il y a longtemps, par les crues mais, faisant preuve d’une exceptionnelle vitalité, restent vigoureux et continuent à émettre des pousses…

 

6-erable-couche--3-.JPG

De cette souche nourrie par les riches limons apportés par la Loire s’élancent des troncs qui sont un seul et même Erable Négundo…

 

7-erable-couche--2-.JPG

Un tel milieu est appelé « Ripisylve » ou « Forêt-Galerie », parce qu’il ne concerne que les berges d’un cours d’eau, s’étendant parfois sur des dizaines de kilomètres. Les espèces ligneuses qui le peuplent sont bien entendues adaptées à ce milieu très humide, au sol enrichi par les limons et vases charriés par les crues.

 

7a-pousses-verticales.JPG

La couleur verte domine sans partage sur cette jungle. Mousses sur les troncs, feuilles, tapis végétal au sol…

 

8-Orme.JPG

Après l’Erable Négundo, c’est l’Orme qui est le plus fréquent. Curieusement, ici, il ne semble pas atteint par la Graphiose, et présente des sujets en pleine santé !

 

9-ormes-inondes.JPG

Ces deux Ormes ont pour le moment les pieds dans l’eau, mais le niveau baissera rapidement dès que les pluies faibliront ; d’ici l’Eté, ce bras de Loire sera totalement asséché, mais ses berges seront devenues impénétrables, avec des Orties arrivant à hauteur des épaules…

 

10-Aubepine.JPG

Outre les deux espèces précitées, on rencontre de très, très gros Chênes et Peupliers, dont les dimensions sont difficiles à apprécier sur un cliché dans une végétation aussi dense, ainsi qu’un sous-bois de Sureaux, Frênes, et Aubépines, comme ici.

 

11-erable-plane.JPG

Quelques Erables Planes, aussi…

 

12-Musse.JPG

Pour se frayer un chemin et ne pas se perdre, le mieux est de suivre les « musses », sentiers tracés par les habitants invisibles des lieux : Ragondins et Castors.

 

13-Lamier.JPG

Le sol est lui aussi densément couvert : Orties, Lamier (ici en fleur), et bien d’autres plantes que je suis bien incapable d’identifier…

 

14-erable-spirale.JPG

Cet Erable Négundo a le tronc enroulé de plusieurs tours sur lui-même, phénomène fréquemment observable en ces lieux. Malgré son apparence décrépite, il déborde de vitalité et émet de nombreuses jeunes pousses…

 

15-arbre-mort-poli.JPG

Pour celui-ci, par contre, c’est la fin du voyage. Le plus étonnant est que cette « forêt vierge », exempte des ravages de l’Homme, n’est qu’à un jet de pierre d’une route très fréquentée. Espérons qu’aucun projet débile ne viendra jamais troubler sa quiétude !

 


Partager cet article
Repost0