Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2024 2 18 /06 /juin /2024 09:22

C’est dans un article réservé aux abonnés du journal le Monde (et donc en accès restreint) que je lis ce paragraphe. L’animateur en question est Cyril Hanouna (pas de photo car il me donne des boutons, voire des pulsions répréhensibles aux yeux de la loi), et on voit qu’il s’entoure de beau monde.

 

"On prend les mêmes et on continue. Pour sa première édition, l’animateur qui a assuré qu’il quitterait la France en cas de victoire de La France insoumise (LFI) aux législatives, a donné le ton en invitant à son micro Robert Ménard, maire d’extrême droite de Béziers (Hérault), Eric Zemmour, président de Reconquête !, Matthieu Valet, ancien policier désormais eurodéputé RN, et Manuel Valls, ex-premier ministre qui avait rejoint la coalition gouvernementale pour les législatives de 2022 sans pour autant réussir à se faire élire. Sans oublier Pascal Praud."

 

Eh bien, rien que pour donner une chance à une France sans ce bouffon aussi insupportable que nuisible, je voterai à gauche.

En espérant, bien sûr, qu’il tiendra parole. Et ce serait même encore mieux s’il emmenait avec lui en exil les gens cités dans ce paragraphe !

Partager cet article
Repost0
1 juin 2024 6 01 /06 /juin /2024 16:56

Mon dernier billet sur le sujet datait d'il y a plus de deux mois, et je m'étais promis de couvrir tout le processus de l'évènement.

Donc voici une vue prise cette semaine dans la cour de la jardinerie (bâtiment de gauche). Les gravats ont à présents été évacués, et de la terre végétale est en cours d'étalement, donnant une toute autre physionomie au site.

 

Pour mémoire, le même endroit il y a 4 ans. Le 4x4 vert occupait approximativement la place de la Renault grise sur la photo précédente.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2024 3 29 /05 /mai /2024 11:27

C'est en effectuant une recherche sur le site des Archives de la Nièvre, à propos d'un tout autre sujet, que je suis tombé sur cet article dans l'édition du 6 Septembre 1923 du journal Paris-Centre (premier dans la liste proposée).

Il n'en fallait pas plus pour exciter ma curiosité et essayer de savoir ce qu'on avait pu greffer, dès 1921, au sieur Liardet. Plutôt que de faire du plagiat, je préfère vous rediriger vers cet article aussi savoureux qu'excellent...

Partager cet article
Repost0
16 mai 2024 4 16 /05 /mai /2024 09:33

Avant-hier soir, alors que le peu de lumière de cette triste journée commençait à décliner, un visiteur apparaît dans notre cour...

 

Il hume l'un après l'autre les arbustes, et quête de jeunes pousses bien tendres; ici un petit lilas...

 

Il semble avoir repéré quelque chose...

 

Finalement, ce n'est que notre matou, très intrigué par cet intrus...

 

Le lilas ne convenant visiblement pas à son palais exigeant, il continue sa visite...

 

Puis jette finalement son dévolu sur un rosier, avant que je ne mette fin à ses espoirs de repas.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2024 5 10 /05 /mai /2024 18:16

La débroussailleuse électrique a quatre avantages indéniables sur sa rivale thermique classique: démarrage instantané, pas de bruit, pas de fumée, pas d'odeur.  Par contre, à moins de la payer un prix frisant la déraison, sa batterie s'épuise en 30 minutes. C'est dont après une demi-heure de travail que je pose la mienne et remarque une chenille se promenant sur le muret.

 

Trois centimètres de long pour l'élégante.

 

Parée de plusieurs bandes sur fond gris-bleu, elle ne manque pas de chic!

 

Sa tête, également d'un beau bleu-gris, est ornée de deux taches noires simulant les yeux. Je me dis que si le papillon est aussi coloré, il doit être de toute beauté, et me précipite sur des sites d'identification...

 

Quelle n'est pas ma déception! Terne et d'une envergure de 12 mm, une vraie mite! De plus, la Livrée, car c'est son nom est un papillon "défoliant" capable de débarrasser un arbrisseau de toutes ses feuilles. Au moins n'est-elle pas urticante.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2024 7 21 /04 /avril /2024 12:38

En parcourant une liasse des actes de la justice de Boucard aux Archives Départementales (cote B 4027) ce jeudi 28 Mars, mon attention fut attirée par cette feuille. Il s’agit d’une déclaration de grossesse, démarche que faisaient les femmes non-mariées en vue de pouvoir demander une indemnité et/ou pension pour leur enfant.

Aujourd’huy dix-huit Janvier

mil sept cent quatre vingt cinq

heure de deux après midy au bourg de Jars

est comparu au greffe de la justice dudit

Jars et dépendances Angélique Vétois, domestique

demeurante chez la veuve Vattan au lieu du

Pont de Bletteron, ladite Vétois asgée de vingt

six ans, fille de deffunt Claude Vétois et

Françoise Brasdu, laquelle a déclaré

avoir esté connue charnellement par

un homme passant à elle inconnu.

Laquelle déclaration nous a dit nous

faire sincère et véritable par serment

que nous avons d’elle pris et reçu à cet

égard et ce pour de sa part satisfaire

à l’édit du Roy Henry second et autres

règlements postérieurs dont nous avons

fait acte, et à elle enjoint de veiller

exactement à la conservation de son fruit

ce qu’elle nous a promis sous les peines

portés par lesdits règlements dont elle a

requis acte qui lui a été accordé par le

greffier soussigné, et a ladite Vétois déclaré

ne sçavoir signer de ce enquis et interpellé

 

          Gaudry

          greffier.

 

Il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité, et j’ai voulu en savoir un peu plus sur Angélique Vétois.

 

Née le 6 Avril 1758, elle fut baptisée le jour-même en l’église Notre-Dame du Noyer. Elle était la fille de Claude Vétois (né vers 1715 et  décédé le 5 Novembre 1766 au Noyer), manœuvre et de Françoise Bradu (née vers 1726 et décédée à Sens-Beaujeu le 28 Mai 1781).

 

 La seconde mention que j’ai trouvée date du 9 Juin 1781. La mise sous tutelle d’Angélique Vétois et de son jeune frère Etienne (né le 24 Avril 1761 à Boucard) est prononcée par la justice des Quartiers-Royers (Cne de Sens-Beaujeu), qui siège à Boucard (AD 18, B 4027). Angélique a 23 ans, mais à cette époque, la pleine majorité (droit de gérer son patrimoine) n’est acquise qu’à 25 ans.

 

Le 18 Janvier 1785, elle se déclare donc enceinte d’un inconnu de passage. Peut-être un de ces saisonniers, nombreux à cette époque, qui louent leurs bras dans les domaines au gré des saisons, mais toujours est-il qu’il restera sans nom. L’enfant naîtra et mourra le jour-même à Santranges le 27 Mars 1785. Elle demeure alors au Pont de Bletteron (Cne de Jars)

 

Elle se marie le 8 Novembre 1785 à Dampierre en Crot avec François Lefèvre,  manœuvre. Ce dernier est veuf depuis six mois de Marie-Jeanne Geoffreneau (ils ont eu fils François, né à Dampierre le 22 Mars 1785, et mort dès le lendemain). Angélique est alors citée comme domestique, et a pour témoins Etienne Vétois, son jeune frère, et sa soeur Solange.

Angélique et François Lefèvre ont un fils, Pierre, le 2 Août 1786 à Dampierre. Le 29 Mars 1789 à Dampierre naît sa sœur Angélique Lefèvre. Je n’ai pas trouvé d’autres mention d’eux dans les registres d’état-civil. Seul l’épluchage des archives de la justice locale permettrait peut-être de trouver une éventuelle mise en tutelle.

 

La dernière mention d’Angélique avant son décès date du 27 Septembre 1790 quand, en compagnie de son mari François Lefèvre, elle est marraine de son neveu Louis, fils de Guillaume et Solange Vétois. Notons que Guillaume Lefèvre était également le frère de François ; les deux frères avaient donc épousé les deux sœurs.

 

Angélique Vétois décède à Ennordres le 7 Décembre 1799 (16 Frimaire An VIII) à l’âge de 41 ans. Son mari était auparavant décédé en la commune de Presly (Cher), sans plus de précisions.

Une vie courte et jalonnée de drames comme souvent alors, et qui n’est pas sans rappeler celle de Magdeleine Boulet, que j’avais relatée il y a quelques années ici.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2024 1 08 /04 /avril /2024 08:58

Ce week-end se tenaient les Journées Européennes des Métiers d’Art, et nous avions choisi de découvrir l’atelier Vitrail de Puisaye, situé dans les dépendances du château de St-Amand en Puisaye. Nous n’avons pas regretté ce choix car nous avons été très agréablement accueilli !

 

Ici, des panneaux d’époque Art Déco provenant d’une demeure parisienne, un peu fatigués, attendent les soins des restaurateurs.

 

Autre spécialité de l’atelier, la création de vitraux selon les désirs des clients.

 

Ici, un échantillonnage des productions de l’atelier.

 

Qu’il s’agisse d’une création ou d’une restauration, il faudra choisir les verres d’après un nuancier, comme pour de la peinture ou de la moquette.

 

Première étape d’une création : la découpe des modèles d’après un dessin.

 

Pour cela, on utilise un curieux ciseau à trois lames, dont celle du milieu a l’épaisseur de la lame de plomb qui sera insérée pour l’assemblage.

 

Pour la découpe, rien de plus simple. Après marquage à la molette diamant, le vitrailliste tape un coup sec, et ça casse ; même en courbe !

 

Pour les cercles parfaits, il utilise une molette montée sur un compas à ventouses, exactement comme les cambrioleurs.

 

Lorsque c’est nécessaire, on peut meuler la tranche des verres ; c’est indispensable dans l’assemblage Tiffany.

 

Pour les motifs compliqués, on a recours à une scie à verre !

 

Détail des baguettes de plomb servant à assembler les verres. Elles sont assemblées par soudure à l’étain.

 

L’assemblage est réalisé sur une plaque de bois, et les morceaux maintenus par des pointes spéciales.

 

Voici des panneaux assemblés. La solidité sera obtenue par un jointoyage fait avec un mastic spécial composé de blanc de Meudon et d’huile de lin.

 

Pour les motifs fins, on utilise la grisaille. Il s’agit de mélanges d’oxydes et sels métalliques appliqués au pinceau dans l’eau, et qui sont ensuite cuits, façon émail.

 

C’est ainsi qu’a été obtenue cette délicate rose.

 

Autre technique, le jaune d’argent qui, lui, s’intègre au verre par une réaction chimique. Lorsqu’on doit avoir recours aux deux techniques sur la même pièce, on met la grisaille d’un côté, le jaune de l’autre.

 

Dernière technique, le Tiffany, bien expliquée ici. Les morceaux de verre, dont les bords ont été préalablement dépolis, sont tout d’abord entourés d’une bande de cuivre. Puis on applique une soudure à l’étain.

 

C’est ainsi que sont faits les lampes et abats-jour d’un bel effet.

 

Encore une fois tous nos remerciements à l’artiste-artisan qui a patiemment répondu à toutes nos questions (surtout les miennes), et toujours avec le sourire ! Cet atelier a de quoi susciter des envies...

Partager cet article
Repost0
3 avril 2024 3 03 /04 /avril /2024 08:55

C'est le moins qu'on puisse dire de cette Cadillac Eldorado de 1959! Les voitures américaines ne sont pourtant pas ma tasse de thé, mais voir un tel "paquebot" faire le plain à son supermarché habituel, noyé dans la masse des voitures de monsieur (ou madame...) tout-le-monde, n'est pas donné tous les jours. Photos prises hier avec l'aimable autorisation de son sympathique propriétaire... à qui je n'ai tout de même pas proposé de payer son plein d'essence.

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2024 7 17 /03 /mars /2024 12:29

Depuis ma dernière visite sur le chantier de démolition des silos de Saint-Satur à la mi-Janvier, le travail a bien avancé. Le silo route de Ménétréol a diminué de moitié.

 

Les tôles sont chargées dans un camion, direction le recyclage.

 

Peut-être la dernière fois que je le vois...

 

De l'autre côté, le grand silo en béton n'est plus qu'un souvenir...

 

Gravats de béton et ferraille sont séparés.

 

Restera à trouver une utilisation pour les restes du géant...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2024 4 07 /03 /mars /2024 12:12

A eux six, Brian Jones, Amy Winehouse, Jimi Hendrix, Jim MorrisonJanis Joplin et Kurt Cobain  ont péniblement cumulé 165 ans et 146 jours. Ils sont tous morts dans leur 28ème année.

 

Le compositeur allemand Johannes Brahms aurait à lui seul, si on croit le programme de France-Musique de ce lundi 4 Mars 2024, vécu 164 ans.

 

La musique classique n’est peut-être pas étrangère à l’exceptionnelle longévité de Brahms. Cependant une Mulette perlière, moule d’eau douce, aurait vécu 190 ans dans une rivière russe (information glanée dans le n°101 du journal  la Hulotte).

 

Pourtant, les moules sont sourdes…

 

Quant au record absolu de longévité, il appartient à la Praire d'Islande. Sourde elle aussi.

Partager cet article
Repost0