Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 09:04

Comme je l’avais laissé entendre la semaine dernière, je suis allé avec un ami à une séance de greffage à Neuvy Saint-Sépulchre (Indre). Le but de cette journée est de proposer aux adhérents de l’association (la Société Pomologique du Berry) de perpétuer des variétés anciennes de fruitiers : pommiers, poiriers, pruniers, etc… On arrive avec des pousses prélevées sur des arbres vieillissants, et ils les greffent sur des porte-greffes qu’ils fournissent. La SPB possède aussi des vergers conservatoires dans lesquels ils cultivent des dizaines variétés anciennes de divers fruits, entretenant ainsi un patrimoine inestimable.

 

1.JPG

 

L’intérêt du greffage est de disposer sur un même arbre d’une partie enracinée solide et bien adaptée au sol, ainsi que d’une partie aérienne qui portera de beaux et bons fruits. L’opération se fait en deux temps. La personne en gilet noir taille le greffon et l’adapte au porte-greffe, puis celle au blouson rouge scelle la greffe au mastic.

 

 2.JPG

Inutile de préciser que nous avons affaire à des personnes rodées à cette opération ; de vrais « pros » ! Premier geste, le parement du porte-greffe au moyen d’une serpette spéciale. Il est d’abord tranché, puis fendu pour insérer le greffon.

 

 3.JPG

Ensuite, et là c’est le plus difficile, il faut tailler le greffon en « sifflet », c’est-à-dire en biseau très allongé, puis l’insérer dans la fente du porte-greffe de façon à ce que les deux cambiums (partie où coule la sève) soient parfaitement en face l’un de l’autre.

 

 4.JPG

Il reste à la fin à sceller la greffe au moyen de mastic chaud. Cette opération empêchera la sève de s’échapper, et les deux parties de se dissocier. Les deux cambiums se souderont lentement, et les deux éléments de la greffe ne feront bientôt plus qu’un seul arbre.

 

 

5

 

 

 

 

 

Une fois rentré à la maison, il ne reste plus qu'à planter le jeune arbre dans un trou qu'on aura de préférence creusé auparavant, garni de fumier et d'un tuteur.

 

 

 

 

 


 

 

6.JPGL'idéal est de protéger le plant des oiseaux, lièvres et autre chevreuils au moyen d'un filet en plastique. J'ai ainsi ajouté quatre nouveaux pommiers à mon verger. Evidemment, la prise n'est pas garantie, mais il faut "croiser les doigts"....

 

 


Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 09:18

perce-neige-2012-02-25--5-.JPG

La douceur du début de cet hiver avait fait éclore avant l'heure Primevères et autres Perce-Neiges, avant que les -10° du début de Février ne vienne leur griller la corolle. Alors que pour certaines fleurs, les dégâts semblent irrémédiables, les Perce-Neiges se sont bien sortis d'affaire, et redressent la tête, débordants de vitalité.

 

perce-neige 2012-02-25 (9)

Leur faible hauteur rend difficile la photo de leur corolle. Evidemment, on peut tricher en la retournant à la main, et la gardant maintenue "la tête en l'air" au moyen d'une brindille, mais ça ne fait pas naturel. Un petit appareil photo "compact" permet, avec un peu de chance, de prendre un cliché "macro" à peu près potable. C'est ainsi qu'on découvre que le Perce-Neige ressemble par en-dessous à une Jonquille en miniature...

 


Partager cet article
Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 10:22

Saint-Satur-epicerie-Lognon.jpg

Mon récent article sur la boucherie Leboeuf ayant révélé que de nombreux commerçants du coin avaient un nom en rapport avec leur profession, voici une carte postale du début du XXème siècle montrant l'épicerie Lognon, toujours à Saint-Satur...

Partager cet article
Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 09:57

Neuvy-St-S.-eglise---2-.JPG

Hier, la journée de greffage organisée par l’association de Pomologie du Berry fut l’occasion de redécouvrir l’église St-Etienne de Neuvy Saint-Sépulchre (Indre). Conçue sur le plan de l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, elle-même sensée représenter le tombeau du Christ, elle fut construite par Eudes de Charenton au milieu du XIème siècle. Elle est composée d’une nef (ici au premier plan) plusieurs fois remaniée, et d’une rotonde à onze piliers qui lui est accolée.



Neuvy-St-S.-eglise---1-.JPG
La rotonde est la partie la plus ancienne (XIème siècle). La petite tourelle est un ajout postérieur à la construction de l’église…



Neuvy-St-S.-eglise---3-.JPG
 

 

 

 

 

Chacun des onze piliers de la rotonde est orné d’un superbe chapiteau…

 

 

 

 

 Neuvy-St-S.-eglise---4-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Neuvy-St-S.-eglise---8-.JPG

La rotonde, difficile à photographier à moins de disposer d’un très-grand-angle, possède une galerie haute…


Neuvy-St-S.-eglise---5-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle communique avec la nef par un passage décentré…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Neuvy-St-S.-eglise---6-.JPG

Ici, la nef avec, à droite, le passage venant de la rotonde


Neuvy-St-S.-eglise---6a-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chœur de l’église…


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une très intéressante étude étant disponible et téléchargeable (PDF) en utilisant le lien suivant, je ne m’étendrai pas davantage en descriptions, me limitant à ces quelques images qui vous donneront peut-être envie de faire un détour afin d’admirer cette merveille…

http://racf.revues.org/186

 


Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 09:58

 

voiture-electrique-Breguet.jpg

Dans un numéro spécial automobile du journal « l’Illustration » datant de 1941 (donc sous l'Occupation, période propice à toutes sortes d'inventions...), j’ai trouvé cette pub. Il y a 70 ans, la voiture électrique affichait déjà 100 kms d’autonomie !

jamais_contente.jpg
Et que dire de la Jamais Contente, avec laquelle le Belge Jenatzy battit le record du kilomètre lancé en 34 secondes, soit près de 106 km/h en… 1899 ? Son suppositoire roulant était animé par deux moteurs électriques.

autolib--image-l-automobile-propre-.jpg
Régulièrement, la voiture électrique refait surface. Renault propose à présent toute une gamme, et c’est Autolib qui fait l’actualité la plus récente en la matière (image automobile-propre.com). Alors, comment se fait-il que ce mode de transport ne présentant apparemment que des avantages, au moins en parcours urbain, ne parvienne-t-il pas à s’imposer ?

 


Partager cet article
Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 12:13

Leboeuf.JPG

C'est le moins qu'on puisse dire du nom de ce boucher présent tous les jeudi matins sur le marché de St-Satur!

Partager cet article
Repost0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 12:14

 Comme de nombreux blogueurs et blogueuses, il arrive que l’inspiration soit en panne. Les circonstances du moment (météo, conjoncture, etc…) font que les occasions de faire de belles photos n’affluent pas, et s’astreindre à traiter de banalités (ex : la campagne présidentielle) n’est pas motivant. L'eau sera le fil conducteur de cette balade...


0 Glendalough
C’est le moment de ressortir les vieux clichés qui remettent un peu de soleil dans ces journées d’hiver un peu tristes. Nous allons donc faire un petit voyage du Nord vers le Sud. Ici, une vue prise à Glendalough, au Sud de Dublin (Irlande) en 2009…



1 Annestown
Toujours en Irlande, mais plus au Sud, la plage d’Annestown (comté de Waterford)…



2a Dover
Ici, la plage de galets de St-Margaret’s at Cliffe, près de Douvres (Angleterre) au lever du soleil de Mai…

 

3 coucher soleil Cosne
Le soleil vient de se coucher sur la Loire, à Cosne, en Décembre dernier…



4 Salagou
Le Lac du Salagou (Hérault) offre une superbe palette de couleurs, même si sa création en 1970, obligea de nombreuses familles à quitter les cultures de vignes et d’oliviers auxquelles elles étaient si attachées, et engloutit plusieurs hameaux…



5 Côte Vermeille
Descendons un peu plus bas avec l'Anse de Paulille, près de Collioure, un jour de gros temps en Mai 2008…



6-Cap-de-Creus.JPG
Le périple s’arrête au Cap Creus (Espagne), qui offre lui aussi des tons superbes, surtout au Printemps, et lorsque le soleil est de la partie.

 


Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:00

fouilles-1.JPG

En milieu de semaine dernière, un article sur le site Internet du Journal du centre faisait part d’une « journée portes ouvertes » sur un site de fouilles à Entrains sur Nohain. Cette paisible agglomération était autrefois le siège d’un important vicus gallo-romain à la croisée des voies Bourges-Auxerre et Orléans-Autun. L’opération était annoncée pour le dimanche 5 février, de 10h à 17h, avec une équipe d’archéologues de l’INRAP (Institut National de la recherche Archéologique Préventive) présente sur les lieux pour répondre aux questions des visiteurs.


Fouilles-2.JPG

Arrivé sur place (55 kms dans chaque sens), voici ce qui m’attendait. Certes, la petite laine était de rigueur avec -3°, mais je n’étais pas le seul à avoir fait le déplacement. Les services météo avaient depuis longtemps prévu ce temps froid, en tous cas bien avant que l’annonce de cette manifestation ne soit faite dans le journal, et il n’y avait pas de neige qui aurait caché les vestiges mis au jour par les fouilles. Cette publicité avait donc été faite en toute connaissance des conditions météo.


Fouilles-3.JPG

 

 

 

 

Précisons que, en ces jours où des ouvriers travaillent dans les vignes par -10°, nos archéologues disposaient tout de même d’un bungalow pour se mettre à l’abri.

 

 

 

 

 


Je trouve que c’est témoigner de bien peu de considération pour ceux qui auront fait le déplacement dans une région où les manifestations culturelles ne sont pas légion en cette période hivernale ! Triste façon de traiter les passionnés d’histoire ! Désolé(s), mais par autant que moi et tous ceux qui se seront déplacés pour rien…

 

Fouilles-4.JPG

 


Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:01

Musée Angillonnais CPA

Sur cette carte postale ancienne datant du premier quart du XXème siècle, j’ai eu la surprise de constater qu’il y avait autrefois un musée aux Aix d’Angillon ! Le Musée Angillonnais se trouvait sur la route d’Henrichemont (vue ici en direction du bourg des Aix), à l'angle de la route de Menetou-Salon. Curieux détail: le personnage de gauche est un peu flou et il semble lui manquer une jambe. Il est tout simplement probable que, contrairement aux autres personnes présentes sur ce cliché et qui prenaient la pose, il ait continué à marcher; les temps d'exposition d'alors étant beaucoup plus longs que ceux d'aujourd'hui, le personnage n'a pas eu le temps d'impressionner correctement la pellicule .

Les Aix affiche musée angillonnais

C’est encore Claude Laroche qui a éclairé ma lanterne par le moyen de cette affiche ancienne vantant la richesse du Grand Musée Préhistorique des Aix, dont les collections, à lire l’affiche, n’auraient rien eu à envier à celles des grands musées de Paris… Son propriétaire-fondateur, un facteur retraité du nom de Millet, étant mort en 1940 sans enfants, le devenir de ses collections reste un mystère…

 


Partager cet article
Repost0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 09:24

Il y a un an, j’avais publié un petit article sur Les Aix d’Angillon dans lequel je proposais des vues anciennes de bâtiments qui ont depuis été détruits ou transformés.

 

Les-Aix-grange-dimes-ancienne.jpg

On pouvait entre autres voir cette belle grange que j’avais présentée comme étant la Grange aux Dîmes située dans l’enceinte castrale, à mi-chemin entre l’église du XIème et le presbytère. Grâce à la perspicacité de Monsieur Claude Laroche, passionné par l’histoire de sa ville des Aix et qui m’a envoyé un commentaire mettant en évidence mon erreur, je dois faire amende honorable en rectifiant.

 

dime-1830.jpg

Cette grange se trouvait en fait à Valentigny, derrière le cimetière, et aurait d’après Mr Laroche, été démolie vers 1940. Voici un extrait du cadastre dit « Napoléon » de 1830, sur lequel elle figure en vert. En rouge, l’ancienne église paroissiale, située dans le cimetière actuel.

Merci donc à ce lecteur dont je salue le souci d’exactitude !

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région, ainsi qu'ailleurs. Un peu de tout, même si ça ne plaît pas à tou(te)s...
  • Contact

Recherche