Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 11:46

En Mai, certains sous-bois voient s’épanouir l’Ornithogale des Pyrénées, connue localement sous le nom d’Aspergette. Bien évidemment, il en va comme pour les champignons et chacun garde jalousement au secret ses coins de ramasse. La voici au stade de bouton floral.

 

Juin voit l’éclosion des fleurs…

 

Qui font penser à des étoiles blanches.

 

Ce sont les boutons floraux qu’on consomme comme les Asperges. Il suffit de les rassembler par petites bottes et de couper la tige, comme pour leurs cousines.

 

La cuisson doit être brève, pas plus de cinq minutes, sinon ça tourne en purée. Ici, cuisson vapeur avec des pommes de terre et du cabillaud en papillote silicone ; les Aspergettes sont rajoutées au bout de vingt cinq minutes environ. Une sauce aux champignons, faite maison bien sûr, accompagnera le tout.

 

Bien entendu, nous aurions aussi pu accompagner ce plat d’un petit blanc sec.

 

Les Aspergettes peuvent également être consommées en salade, en quiche et bien d’autres façons. Notons que quelques locaux préparent de la même façon les jeunes pousses de Tamier, mais je n’ai pas encore essayé.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je n'ai jamais trouvé ces ornithogales dans mon coin, par contre les répountchous, à la saison j'en ai fait quelques cures !
Un excellent bouquin pour ceux qui ne connaissent pas : => https://www.decouvertes-occitanes.fr/es/home/978-le-repountchou-m-poux-a-m-rantet-poux-9782859271206.html
Répondre
S
Tes répountchous, connus ici sous le nom de tamier, sont abondants dans nos chemins. Seulement, je ne savais jusqu'ici pas qu'on pouvait les consommer; alors, peut-être l'an prochain?...
M
Cuisiné ainsi, ça ne peut être que bon ! Ici, les coins à asperges ne sont pas tenus cachés. Il suffit de s'y rendre à temps...
Répondre
S
Il y a aussi de vraies asperges sauvages par ici, mais souvent au bord des vignobles, donc sujettes à de fréquents épandages de phytosanitaires. J'évite donc!
L
Tu vas te régaler
Répondre
S
Je me suis régalé!
V
je n'y ai jamais gouté, ni le tamier d'ailleurs, mais lui, il me fait un peu peur... bisous. cathy
Répondre
S
Pour l'ornithogale, tu ne risques rien à essayer. Le tamier, c'est plus délicat. Par chez toi, il y a la salsepareille dont les jeunes pousses peuvent aussi se consommer, et elles ne te feront pas virer au bleu!
L
Voilà qui me rappelle les "respounchous" que s'arrachent les Aveyronnais, sorte de petites asperges sauvages qui je crois seraient le tamier commun. Je n'en ai jamais goûté, mais si tu me sers un petit Quincy avec je ne dis pas non! Bon appétit!
Répondre
S
Tu crois, donc tu as raison! Les respounchous sont bien les pousses du tamier, qu'on récolte aussi ici, bien que nous ne soyons pas dans le Sud-Ouest.
É
Ca a l'air bien bon, cette petite recette ! Il est très agréable de "cueillir" dans les bois ou dans le jardin ce que l'on va accommoder dans son assiette ! Avec toi on apprend des choses, et concernant la nature, c'est très agréable. La balade en forêt restant un plaisir inégalé pour les yeux, l'odorat, les bruits (et le silence)...
Bon appétit !
Répondre
S
Quelle que soit la saison, la forêt offre plein de découvertes, et je plains les "urbains"!
A
Alors c'était bon ?
En tous les cas cela fait une jolie assiette.
A pluche.
Répondre
S
La première fois que j'avais essayé, je les avais fait cuire aussi longtemps que les patates, et ce n'était pas bon. Cette fois-ci, ce fut bien minuté, et nous avons même fait une seconde récolte. Avouons que ça a moins de goût que les vraies asperges, mais ça fait un accompagnement très agréable avec du poisson.
L
Je n'en ai jamais mangé, pas plus que des pousses de tamier si appréciées dans le Tarn. Un jour peut-être...
Répondre
S
Et peut-être qu'un jour, j'essaierai le tamier, mais il faut faire attention car la plante adulte est toxique, ce qui n'est pas le cas de l'ornithogale. Bonne fin de week-end!