Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 14:06

tribu-inconnue.jpg

 

Ces images sont passées dans les divers journaux télévisés depuis quelques jours. Une tribu inconnue vient d'être découverte quelque part en Amazonie. Des gens, une cinquantaine peut-être, qui n'ont probablement jamais vu d'autres humains, et encore moins de Blancs. Des sauvages ayant vécu en dehors du monde civilisé, en quelque sorte. Espérons que nos amis évangélistes américains viendront vite leur apporter la bonne parole, et sauver leurs âmes des ténèbres éternelles...

 


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 09:57

Ellebore-2011-01-31.JPG

 

Malgré les -7° marqués au thermomètre ce matin, je viens de découvrir les premières fleurs de l'année dans mon jardin! D'abord cette Ellébore, aussi appelée Rose de Noël. D'accord, elle a peu à envier à ses homonymes (les Ellébores ne sont pas des Rosacées, mais des Renoncules) à tige piquante et aux couleurs éblouissantes, mais au moins nous annonce-t-elle que le Printemps va bientôt pointer le bout de son nez!


 

primevere-2011-01-31.JPG

 

Cette primevère un peu pâlotte est là pour confirmer que nous sommes bien sur la bonne pente, celle du rallongement des journées, qui voit la vie revenir... Par contre, je me suis toujours demandé qui venait polliniser ces fleurs d'avant-saison?

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 09:58

Au temps de sa splendeur, Avaricum (nom de Bourges aux temps gallo-romains), était alimentée en eau par plusieurs aqueducs, dont le plus long ne faisait pas moins de 42 kilomètres. Il captait les eaux de la fontaine de Traslay (commune d'Ourouer les Bourdelins), et la conduisait jusque dans la capitale des Bituriges en suivant une pente continue de 0,6 mm par mètre, soit un dénivelé de 25 mètres environ.

 

1 tracé aqueduc Traslay

 

Carte du tracé, d'après les travaux de A. Bernon et P. Trotignon, parus dans la Carte Archéologique de la Gaule (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres). En bleu: l'aqueduc; en rouge: les routes principales.


 

2-trace-aqueduc-Traslay-a-Soye.JPG

 

 

 

 

 

Cliché n°2; pris là où l'aqueduc croise la D 15, entre Bourges et Soye. Souterrain sur la plupart de son parcours, il faisait des lacets pour épouser les courbes de niveau, mais devait parfois couper un vallon à l'air libre pour raccourcir la distance.

 

 

 

 

 

 

 

3-trace-aqueduc-Traslay-a-Soye.JPG

 

 

 

 

Sur cet autre cliché (n°2) pris au même endroit, on voit bien les traces de l'aqueduc, qui ressortait à l'air libre pour franchir un vallon, soit sur un pont, soit simplement sur une levée.

 

 

 

 

 

4-Traslay-1.JPG

 

 

 

Cliché n°4, pris lors du chantier de la rocade est il y a une dizaine d'années. L'aqueduc est ici souterrain. les ingénieurs romains avaient fait creuser une tranchée; la maçonnerie était ainsi construite à l'air libre, et la terre replacée au-dessus de la voûte de l'ouvrage. A certains endroits, cette dernière était à fleur de terre, et les labours finirent par en déchausser les pierres, laissant ainsi une trace rectiligne dans les champs. C'est probablement de là qu'est née la légende hélas vivace affirmant que les voies romaines étaient doublées d'un souterrain...

 

 

 

 

 

5-Traslay-2.JPG

 

 

 

Cliché n°5. Les personnages donnent une idée de la dimension de l'ouvrage. Il peut toujours être observé dans ce secteur, à l'endroit où il a été recoupé par les carrières, mais il est difficile à localiser et l'endroit est dangereux.

 

 

 

 

 

 

6-Traslay-3.JPG

 

Ici, toujours au même endroit, on aperçoit le jour de l'autre côté du conduit, là où il a été mis au jour par les travaux des carrières. Le conduit où coulait l'eau, de dimensions 40 x 40 cms environ, était enduit d'un mortier étanche fait à base de chaux et de brique pilée: le mortier de tuileau. La hauteur intérieure totale de l'ouvrage variait entre 1,30m et 1,80 m. Construit après la conquête de la région par les Romains (vers 50 av JC), il fut utilisé jusque vers la fin du IIIème siècle ap JC.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 18:40

fil-prisonnier--2-.JPG

 

 

 

 

Cet après-midi, en me baladant avec des amis, on a trouvé ceci au moment d'enjamber une clôture. Le fil, probablement au départ fixé par un crampon sur le tronc d'un petit arbre, a fini par être absorbé par le bois...

 

 

 

 

fil-prisonnier--1-.JPG

 

 

 


 

 

 

 

Le petit érable a entièrement "digéré" le fil barbelé, et on dirait même qu'il le vomit. Bizarrerie de la nature, mais cela me fait toujours plaisir quand je vois cette dernière reprendre le dessus...

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 19:23

Rebuté par l’augmentation continuelle du gaz en citerne, et lassé des défaillances du service de livraison du distributeur régional Butagaz, visiblement incapable d'honorer ses engagements, j’ai décidé d’équiper ma maison d’un poêle à bois moderne. Un ami chauffagiste professionnel me dit que son installation par le fournisseur me donne droit à un crédit d’impôt de 38%.

 

poele-a-bois.jpg

 

Je me décide pour un modèle à 1360,35€ HT, et demande un devis d’installation, puisque cette dernière est indispensable pour prétendre au crédit d’impôt. Et là, surprise, on me dit que le tubage inox du conduit, pourtant tout neuf de cette semaine, est indispensable. J’ai donc le choix entre deux options.

 

Option 1 : poêle enlevé par le client et installé par lui-même : 1626,98€ + environ 50€ de tuyaux divers. Pas de crédit d’impôt. Disons donc 1700€.

 

Option 2 (sensée vous faire bénéficier d’une réduction) : 3116,12€ - 516,66€ (crédit d’impôt calculé sur le prix HT du seul poêle) = 2599,46€

 

Les comptes sont vites faits : la soit-disant économie vous coûte en fait autour de 900€ ! Moi, j’appelle ça un « attrape-nigaud » !

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 18:35

 

Le moulin à huile de Pesselière est un des derniers survivants de cette petite industrie qui florissait jadis dans nos campagnes. Les moulins servaient à tout : grain bien sûr, mais aussi huile, fer (forges), tan (écorces pour le tannage des peaux), foulon (chanvre), etc… Mûs par l’eau, le vent, ou la force animale (en général un âne), ils ont souvent été électrifiés dès les années 1930. C’est le cas de celui de Pesselière.

 

1 sacs

 

 

 

Les noix, ici appelées « calons », arrivent débarrassées de leurs coques (l’opération s’appelle le « déliage »), par sacs qui sont dûment pesés à leur arrivée. Certains apportent leurs noix et repartent avec leur valeur en huile (1 litre pour 2 kilos de cerneaux). D’autres insistent pour que l’huile provienne de leurs propres noix. Certains enfin, comme moi, gardent leurs noix pour les manger, et achètent leur huile.

 

 

 

 

2 pesée

 

 

 

 

 

 

C’est l’occasion de bavarder un peu, retrouvant parfois des gens qu’on ne voit qu’ici, une fois l’an. Le moulin produit également de l’huile de noisette, mais ces dernières proviennent surtout de Turquie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 broyage

Les cerneaux sont étalés sur la meule dormante, et seront broyées par la meule tournante, entraînée par un moteur électrique qui a remplacé l’âne des premiers temps. Il faut ajouter un peu d’eau de temps en temps pour obtenir la consistance idéale.

 

4 meule

 

 

 

 

 

La meule tournante, usée par les années, a été récemment remplacée par une pièce toute neuve, faite sur mesure par les carrières Sauvanet, à Suilly la Tour.

 

 

 

 

 

5 cuisson

 

 

 

 

 

La pâte obtenue est ensuite cuite à 80° dans cette marmite chauffée exclusivement au bois, pour en libérer l’huile. Une palette assure le malaxage de la préparation. A noter que l’huile « vierge » est obtenue par pression à froid, dans passer par la case cuisson.

 

 

 

 

6 presse

 

 

 

 

 

Arrive alors le pressage, effectué avec une machine centenaire. La pâte est placée entre deux toiles de jute, puis pressée. L’huile qui s’écoule est recueillie dans des bidons.

 

 

 

 

 

7 tourteaux

 

 

 

 

 

Les résidus solides, très secs, sont appelés tourteaux, et incorporés à l’alimentation du bétail.

 

 

 


8 toulons

 

 

 

 

 

Les toulons sont des récipients traditionnels en grès de la Borne ou de St-Amand en Puisaye, destinés au stockage de l’huile, qui est ainsi conservée à l’abri de la lumière et des variations brusques de température.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 maison

Face au moulin, cette petite maison a été agréablement restaurée, dans les règles de l’art, par son propriétaire (le même que celui du moulin).

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 14:26

Sarkomickey.jpg

 

Les principaux syndicats et personnalités du monde de la recherche et de l'éducation ont boycotté les Voeux du Président de la République au monde de la culture et du savoir. Quelle ingratitude!

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 14:44

Le blog de Sirius est depuis quelques semaines entré dans sa troisième année, et il est temps de faire le bilan de celle qui vient de se terminer.

 

Veaugues2-.JPG

A l’actif, la fréquentation toujours en hausse, bien que je n’en connaisse pas le mécanisme. De nombreux blogs découverts grâce à des liens, et que je suis avec assiduité ; des documents photographiques collectés ça et là auprès de lecteurs m’ayant contacté directement, et qui se reconnaîtront certainement ; d’aucuns m’ont gentiment fait visiter leurs châteaux ou manoirs en principe fermés au public… autant de personnes que je remercie encore une fois.

 

Loustic.JPG

 

 

J’ai réussi à me débarrasser de mes coings, et espère en faire autant avec mes iris… Si les appels lancés ne m’ont permis ni de retrouver le chat que j’avais perdu, ni de placer celui de mon ami Denis (ils se sont résolus à le supporter, ce qui ne semble pas bien difficile), j’ai par contre grâce à un ami habitué de mon blog trouvé Loustic, qui a intégré sans accrocs sa nouvelle famille d’adoption (ci-dessous)…

 

 

 

 

famille-Moustache.JPG

 

 

 

 

N’oublions pas non plus que chaque article historique est pour moi l’occasion de retravailler son sujet, même si je pensais au départ en connaître tous les mystères ; parfois même suis-je obligé de remettre en question certaines vérités en principe acquises…

 

 

 

 

chemin-carrieres.JPG

 

 

 

Au passif, essentiellement la déception de constater que tout article impliquant une expression d’opinion reste sans commentaires… Décidément, nous sommes dans une société où il ne fait pas bon dire ce qu’on pense, surtout lorsqu’on a des idées nuancées qui tranchent avec les modèles de tous bords. Ces articles sont par contre l’objet de commentaires « privés », qui me sont envoyés directement par le lien « contact » ; je ne peux en aucun cas les afficher en tant que commentaires, ne serait-ce que par leurs auteurs ne le souhaitent pas, mais il est bien dommage que ces personnes n’expriment pas ouvertement leur avis, ouvrant ainsi le débat, d’autant plus que leur anonymat est garanti sur le blog !

 


 

bois-Porteaux.JPG

 

 

 

 

 

Egalement celle de ne pas avoir réussi à intéresser la population locale dans les richesses de son environnement naturel. Ici, visiblement, la nature n’intéresse que les « Parisiens » (après tout, j’en suis originaire…) et quelques originaux…

 

 

 

 

 

 

 

En tous cas, l’aventure continue, au rythme de mon inspiration, et je remercie tou(te)s ceux et celles qui y participent, ne serait-ce que par un commentaire de temps à autres, ou leur présence anonyme mais régulière dans les statistiques…

 

aurore.JPG

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 19:06

Enfin quelques belles journées, de quoi donner envie de se lancer dans les premiers travaux de printemps, même si ce dernier est loin d'avoir pointé le bout de son nez...

 

Averdines.jpg

 

 

 

 

Les iris ayant la fâcheuse habitude de répandre assez rapidement, il faut régulièrement éclaircir leurs rangs, ce que je viens de faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

iris.JPG

 

 

 

 

 

Résultat des opérations: j'ai un plein seau de tubercules prêts à planter que je donne à qui viendra les chercher, comme pour les coings, dont j'avais réussi à me débarrasser jusqu'au dernier. Petite précision: c'est gratuit et ils sont tous bleus.

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 17:33

Guy de Mello, évêque d’Auxerre de 1247 à 1269, fonde vers 1260 la Villa Catulli, château entouré d’une enceinte régulière. Le Comte de Nevers Eudes de Bourgogne fait arrêter le chantier, car il menace son château de Cosne. Louis IX intervient pour autoriser la poursuite des travaux. Pris successivement par les Anglais et leurs alliés les Armagnac, il est ruiné vers 1420 ; il n’en reste qu’une tour présentant des archères à étrier.

 

1 face Est 2011-01-12 (3)

 

 

 

 

 

La face Est de la Chapelle Sainte-Brigitte conserve les traces de plusieurs ouvertures murées.

 

Le bâtiment réutilise une partie des murs de l'ancien château des Evêques d'Auxerre, ruiné pendant la Guerre de Cent ans.

 

Le clocher date de 1862.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 chapelle-Sainte-Brigitte CPA

 

 

 

Carte postale des années 1900-1910. Il semble que des ruines soient visibles au premier plan, sur la droite.

 


 

 

 

 

 

Guy de Mello avait également fait construire un oratoire mais la chapelle actuelle, qui réutilise en partie des murs semblant dater du XVème siècle, fut construite pour servir de lieu de culte provisoire après l’écroulement du clocher de St-Aignan en 1738. Elle fut consacrée le 6 décembre 1742 à Ste-Brigitte de Suède, on y vénérait également St-Nicolas.

 

3 tour

 

 

Cette tour, datant du XVème siècle, est l'unique vestige de l'enceinte du château. Ce dernier comprenait, outre un corps de logis, de vastes écuries, une grange et "une cave immense taillée dans le roc".


 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 archère

 

 

 

 

 

La tour était munie, à l'origine, d'archères à étrier. Celle-ci a vu sa partie inférieure murée, et a été aménagée en fenêtre pour éclairer ce qui est maintenant la sacrisite.

 


 

 

 

 

 

 


 

5 face Sud 2011-01-12

 La face Sud de la chapelle donnait à l'origine sur la cour intérieure du château. Elle présente également les traces de plusieurs ouvertures murées. La face Ouest est dépourvue de chevet, et était autrefois percée par une baie aujourd'hui murée.


 

6 fenêtre Ouest

 

 

 

Sur la partie supérieure de l'ouverture murée, une croix fleurdelysée avec, en son centre, une main bénissant, est sculptée au milieu d’un trilobe. Les deux doigts indicateurs sont levés vers le ciel, symbole de consolation et d'espérance.

 

 

 

 

 

 


 

 


 

7 intérieur

 

L'intérieur de la chapelle est très sobre. Un retable de pierre peinte représentant St-Nicolas et Ste-Brigitte est entouré de deux statues.

 


 

8 fontaine

 

 

 

 

En-dessous de la chapelle, près de la Loire, se trouve une fontaine, auprès de laquelle les femmes venaient parfois de très loin se recueillir à la Pentecôte et le 8 octobre (précédemment jour de la Sainte Brigitte).


 

 

 

 

 

 

 

 

9 fontaine (détail)

 

Elles priaient tantôt afin d'être délivrées de leur grossesse, tantôt pour obtenir le lait nécessaire à leur nourrisson. Il fut attribué de nombreuses guérisons à la fontaine. Ce culte est probablement à rapprocher de celui de Saint-Guerluchon, à Ste-Solange. La fontaine, située dans une propriété privée, est visible depuis la promenade du bord de Loire, mais on ne peut y accéder.

 


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche