Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 09:23

Un jeune Strasbourgeois a décidé de vivre un an sans huile de palme. Info entendue ce matin sur France-Inter, et approfondie sur Internet dans la foulée. On nous présente l’initiative de cet étudiant en chimie comme quasi-héroïque, mais j’ai pris moi-même cette décision il y a des années et cela n’a rien de bien compliqué !

 

Se passer de pâte à tartiner, de plats touts prêts, de charcuteries industrielles et autres desserts en barquettes n’a rien d’une punition ! Il suffit de les remplacer par de la confiture maison, des plats préparés soi-même avec des produits frais, et un fruit en dessert. Le bio est conseillé, mais pas obligatoire ; à noter que, comble du non-sens, on trouve de l’huile de palme bio (peut-être même bientôt le tabac bio et les OGM bio...)! Il aussi difficile de savoir ce qu’on a donné à manger aux animaux de boucherie.

 

Pour les biscuits, il faut prendre le temps de bien regarder la liste des ingrédients (écrite en tout petit…). Reste effectivement les produits d’entretien et les savons dont l’étiquetage est très opaque et peu informatif.

 

De petits gestes simples et de bonnes habitudes à prendre qui, sans verser dans l’intégrisme, nous rendront notre vie plus saine tout en préservant l’environnement.

 

Lire l’article sur le site du journal  Le Monde

 


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:32

France 2, pensant ainsi doper son audience, s’est lancée à son tour dans la téléréalité.

 

Après « une semaine sans les femmes »  en Septembre dernier, la chaîne du service public a diffusé hier soir « une semaine sans électricité ». La part d’audience a été de 9,9%, contre 14,3% pour la semaine sans femmes. A quand « une semaine sans vêtements » ? Là, je crois que l’Audimat explosera…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 12:35

gravure Moulins Engilbert vers 1650

Moulins-Engilbert est situé entre Château-Chinon et Luzy, et occupait une position stratégique sur l’ancienne route Nevers-Autun. C’est aujourd’hui un bourg vivant au centre duquel se dresse un éperon rocheux où avait été bâti un château, dont il ne reste que des ruines.

 

Moulins-Engilbert 1

 

 

 

 

 

 

 

On accède à la cour du château depuis l’Ouest au moyen d’un escalier débouchant sur une poterne…

 

 

 

 


 

 plan Moulins-Engilbert couleur

Plan du Château. Il s’étage sur trois niveaux, depuis l’entrée principale (au Sud) : la basse-cour, la terrasse (aménagée au XIXème siècle), et la cour du château, ou haute-cour. Cette dernière est flanquée au Sud par le donjon qui renfermait le logis seigneurial.

 

Moulins-Engilbert 2 

La haute-cour est le point culminant du château. On peut encore y voir la façade Sud du logis seigneurial, qui a été reconstruit au XIIIème siècle par les Comtes de Nevers.

 

 

Moulins-Engilbert 3

 

 

 

 

 

 

L’intérieur du mur Sud du logis seigneurial.

 

 

 

 

 


 

 

Moulins-Engilbert 4

 

 

 

 

 

 

Une archère… Le sol de la pièce était bien plus bas, et a été rehaussé par les gravats tombés au cours de 5 siècles d’abandon.

 

 

 

 

 

 

 

Moulins-Engilbert 5

 

 

 

 

 

Des maçonneries en opus spicatum (en arêtes de poisson) attestent que l’origine de la construction remonte au Xème siècle, époque où on construisait le plus souvent des mottes plutôt que des châteaux de pierre.

 

 

 

 


 

 

Moulins-Engilbert 6Vue Sud du logis seigneurial. Au premier plan, la basse-cour ; juste derrière, la terrasse est percée d’un couloir, aménagé au XIXème siècle, et qui constitue aujourd’hui le seul accès aux caves du donjon.

 

Moulins-Engilbert 7 

La haute-cour et le donjon vus depuis la basse-cour.

 

 Moulins-Engilbert 8

Depuis la terrasse, on mesure l’étendue de la basse-cour avec, au fond, la porte principale du château. A l’arrière-plan, le bourg et l’église de Moulins-Engilbert. Au milieu, l'emplacement d'un puits.

 

 

Moulins-Engilbert 9

 

 

 

 

Vue depuis l’extérieur de l’enceinte castrale, la porte principale du château est défendue par deux tours en éperon. Elle vient d’être restaurée.

 

 


 

 

Moulins-Engilbert 10

 

 

 

 

 

Le bourg de Moulins-Engilbert était entouré de fossés et de remparts sur les trois-quarts de son pourtour…

 

 

 

 

 

 

Moulins-Engilbert 11

Une des tours de l’enceinte extérieure. Pour tout savoir sur cette place-forte, le mieux est de vous rendre sur le site des Amis du Vieux Château, où vous découvrirez l’historique complet, des plans, de nombreuses photos, et l’actualité des recherches. Lors de ma visite, en Août de cette année, j’avais eu la chance de rencontrer Florian Bonhomme, alors en pleine campagne de relevés, dont j’avais pu mesurer la passion au travers des explications qu’il nous a gracieusement fournies. Merci à lui et courage à ceux qui s’appliquent à restaurer et mettre en valeur ce bel élément de notre patrimoine !

 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 14:15

Kakis 2011-12-23 (1)

Le Plaqueminier est un arbre de la même famille que l’ébène, et qui est originaire de Chine. Il est cultivé depuis des centaines d’années en Extrême-Orient pour son fruit, le Kaki, et on le voit assez souvent dans le Midi de la France. Celui-ci est bel et bien dans notre Sancerrois, où il semble se plaire à merveille.

 

Kakis-2011-12-23--3-.JPG

Le Kaki a la taille et la forme d’une tomate, et même sa structure interne ressemble un peu à cette dernière. Succédant à de petites fleurs verdâtres insignifiantes,  il est d’une magnifique couleur orange-dorée.

 

Kaki-fruit.jpg

 

 

 

 

Il n’est consommable qu’à la période de Noël, quand sa chair commence à être blette. Parfumé et sucré, on peut le manger nature ou en faire de la confiture.

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 19:32

centrale-solaire.jpg

 

 

 

La commune d’Argent sur Sauldre devrait bientôt voir l’implantation d’une centrale photovoltaïque. Couvrant la bagatelle de 23,3 hectares, elle aura une puissance de 8,85 Mégawatts (MW), et produira 8.200 MWh par an.

 

 

 


 

eolienne.JPG

 

 

 

Le projet de parc éolien de Jalognes, quant à lui, prévoit l’érection de 5 éoliennes de 120 mètres de haut et 2 MW chacune. En supposant un facteur de charge de 22% (moyenne nationale), cela donne une production annuelle de 19.000 MWh (3.800 MWh par éolienne).

 

 


 

Belleville

 

 

La centrale nucléaire de Belleville, raccordée au réseau EDF en 1988, a une puissance de 2 x 1310 MW. Sa production annuelle est approximativement de 16.000.000 MWh, soit environ 4% de l’électricité d’origine nucléaire en France (qui représente 75% de l’électricité produite en France).

 


 

En effectuant une simple règle de trois, on calcule aisément que, pour arriver à la production de la centrale de Belleville, il faudrait :

 

- 45.500 hectares de panneaux solaires, soit un carré de 21 kilomètres de côté ou une fois et demi la superficie du canton de Sancerre.

 

- ou 4210 éoliennes comme celles du projet de Jalognes.

 

Ou, si on préfère, le choix entre :

 

- aliéner des centaines de kilomètres carrés de terres cultivables ou de forêts pour poser des panneaux probablement manufacturés en Chine au mépris du respect de l’environnement et de la dignité des salariés qui les auront fabriqués…

 

- une centrale qui consomme de l’uranium extrait dans des pays dont la situation politique peut nous amener à une rupture d’approvisionnement (Niger), sans parler des risques d’une perte de contrôle des processus (Tchernobyl ou Fukushima), et des problèmes liés au stockage des déchets…

 

- hérisser nos campagnes de milliers d’éoliennes disgracieuses dont l’effet des rayonnements électromagnétique reste à prouver.

 

Difficile de se décider, en effet !

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 09:21

 

 

lac-de-Vesvre.jpg

Peut-être les premiers effets du réchauffement climatique, ou le châtiment divin de l'échec de la dernière conférence sur le climat qui s'est tenue à Durban... Toujours est-il qu'hier matin, surprise: la Tour de Vesvre était baignée par un lac!

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 14:31

Hier, les animateurs d’un magazine diffusé à l’heure du déjeuner sur une chaîne cryptée bien connue ont osé un rapprochement entre des personnages politiques et des animaux. Ainsi, le hautain lama évoquerait Dominique de Villepin, le Yorkshire Terrier Valérie Pécresse, et le lévrier afghan Christine Lagarde…

 


Mes balades dans les bois m’amenant à croiser plus facilement des champignons que des animaux à sang chaud, ce sont eux qui m’ont inspiré…

 


satan.jpg

 

 

Ainsi, le Bolet Satan évoquerait un dirigeant se plaignant constamment de la « diabolisation » de son parti…Le Pen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pholiote.jpg

 

 

 

La Pholiote Changeante, difficile à cerner, correspondrait à François Bayrou, bien que celui-ci soit assez seul dans son combat...Bayrou.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

oronge.jpg

 

 

 

 

 

L’élégance de l’Amanite des Césars va bien à Ségolène Royal…

 

Royal.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

phallus.jpg

Quant au Satyre Impudique…

 

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 10:39

marche-2011-12-09--4-.JPG

Comme tous les  vendredis, et depuis longtemps à en croire l’ « Almanach des Postes et télégraphes » de 1898, c’est aujourd’hui marché à Veaugues. Un petit marché, certes, mais actif et où on trouve tout ce qui est nécessaire à notre sustentation : fruits et légumes, viande, poisson, fromage ; quelques vêtements aussi et même parfois des livres saints…

 

 

Veaugues-le-marche--1907--2-.JPG

J’ai retrouvé quelques vues anciennes du marché, datant toutes du tout début du siècle dernier. Celle-ci porte la date de 1907 au dos. Seule la forme de la place n’a pas changé. La grosse maison, à droite, a été démolie pour laisser la place à un bâtiment plus moderne probablement peu après la prise de vue, d’après son style.

 

 

Veaugues-le-marche-vers-1900--1-.jpg

Cette autre vue, prise l’été, remonte à peu près à la même date que la précédente, si on en juge à la taille des arbres. Tous les tilleuls ont été abattus en 2008 lors de la réfection de la place. A l’époque, certaines personnes venaient à pied ou avec un âne vendre la production de leur jardin…

 

 

Veaugues-fete-St-Loup.JPG

Une fois par an, en Septembre, se tient la fête de la Saint-Loup. Bal-parquet, bien sûr, buvettes, chariots fleuris, attractions pour les enfants… Ombrelles décorées pour les dames et chapeaux à rubans pour les messieurs, tout ce petit monde est très fier de prendre la pose pour le photographe ! Aujourd’hui, la Saint-Loup consiste surtout en une course cycliste dans le bourg…

 

Merci à M et Mme Pioger pour les anciennes cartes postales...

 


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 12:08

1-alignement.JPG

Nombreux sont les articles de presses, les sites internet et… les discussions (pas forcément de bistrot) qui présentent comme « romaine » la route pavée qui s’étire, toute droite, au travers du vignoble au Nord de Pouilly…

 

 

2-Pouilly-panneau.JPG

 

 

 

 

En fait, il suffit souvent, dans la pratique, qu’une section de route soit droite et pavée pour qu’elle devienne derechef une ancienne voie romaine dans la croyance populaire, surtout si, en plus, des édiles locaux ont cru bon la baptiser officiellement ainsi.


 

 

 

 

 

 

 

3-plan-Trudaine.jpg

En fait, la « route romaine » de Pouilly date du début du XVIIIème siècle, et fait partie intégrante de la « Route N°8 de Paris à Lyon », que nous voyons ici en rouge sur l’Atlas de Trudaine (vers 1750).

 

 

4-Pouilly.JPG

 

 

Elle constitue le premier véritable itinéraire carrossable par tout temps, même si son pavage rend le confort tout relatif. Son tracé fut en grande partie repris par la RN7, mais quelques sections subsistent indépendamment, lorque la RN7 a péféré un détour pour éviter une pente trop raide.

 

 

 

 

 

4a-carte-etat-major-1860.jpg

 

 

 

 

 

En vert, sur cette carte d’Etat-Major de 1860 (la vraie) : la RN7. En rouge, la pseudo-« voie romaine ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5-pont-Vilmoy.JPG

 

 

 

La « Voie Royale », qui l’avait précédée, n’était qu’un mauvais chemin, dont il ne reste pratiquement plus trace. Le seul vestige avéré dans le secteur en est ce petit pont perdu au milieu de nulle part, qui n’enjambe plus de ruisseau et ne porte même plus le moindre chemin…

 

 

 

 

 

6-Pouilly.JPG

La voie pavée a 15 pieds de large, soit environ 5 mètres, et elle était lors de son époque de gloire bien entretenue ; aujourd’hui, ce n’est plus qu’un chemin de vignes.

 

 

7-route-royale-La-Celle.JPG

 

 

 

Plus au Nord, enre La Celle et Neuvy sur Loire, même légende ! La RN7 est doublée sur quelques kilomètres par la voie pavée dite  « romaine », particulièrement défoncée en cet endroit.

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:31

1-Viaduc-vue-du-NW-ancienne.jpg

Le Viaduc de l’Etang faisait partie d’une série de plusieurs ouvrages d’art permettant à la ligne de chemin de fer Bourges-Cosne d’enjamber les vallons du Sancerrois. Cette ligne fut ouverte en 1893 dans un but stratégique afin de relier les arsenaux du Sud-Ouest aux lignes de front de l’Est sans passer par Paris.

 

 

2-Viaduc-vue-du-NW-recente.JPG

Le service voyageurs disparut en 1966, et le viaduc désaffecté. Il fut même proposé à la vente pour la récupération de la ferraille, mais personne ne se montra intéressé, vu l’ampleur du travail.

 

 

3-Viaduc-de-l-Etang-1.JPG

Ici, un train Bourges-Cosne franchit le viaduc vers 1900. Ce n’était certes pas le TGV, mais il rendait bien service !

 

 

4-tablier.JPG

 

 

 

Nous sommes sur le tablier du viaduc, et on voit bien l’emplacement des deux voies, dont les traverses étaient boulonnées à des supports, eux-mêmes rivetés à la structure du viaduc.


 

 

 

 

 

5-rouille.JPG

 

 

 

 

Malgré la rouille qui le dévore, il tient encore bien le coup, et fait la joie des randonneurs, en leur offrant de superbes panoramas sur le Sancerrois.


 

 

 

 

6-viaduc-vue-du-SE-ancien.jpg

 

 

Au tout début de son exploitation, la ligne n’avait d’autres concurrents que des charrettes comme celle-ci, tirée par un âne. Sur l’accotement, des tas de cailloux destinés à l’entretien de la route qui était assuré par les célèbres cantonniers…

 

 

 

7-viaduc-vue-du-SE-recent.jpg

 

 

 

 

La même vue aujourd’hui…

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche