Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 09:08
Veaugues: les moulins d'Epignol

Au Nord-ouest de Veaugues (altitude 210 m), le relief s’élève rapidement pour atteindre 344 m au sommet de la « Montagne Noire », comme on l’appelle localement. Pas de raréfaction de l’oxygène là-haut, mais de bonnes congères lors des Hivers neigeux. Le bord de ce coteau est entaillé de plusieurs petits vallons délimitant des crêtes très exposées au vent. Il était donc normal que les anciens y aient installé des moulins à vent.

Veaugues: les moulins d'Epignol

Sur le Cadastre Napoléonien (1823), une de ces crêtes, ou plutôt un mini-plateau est appelé « le Moulin à Vent », entre la Brosse d’Epignol et Epignol d’en Bas. L’endroit a donc de toute évidence été occupé par un moulin, mais aucun des textes que j’ai trouvés ne s’y rapporte.

Veaugues: les moulins d'Epignol

Beaucoup plus intéressante est cette reconnaissance fiscale du 15 Juin 1519 (AD 18 E 403 ; rec. 385) qui précise que : « Jean Societ, notaire, demeurant à Veaulgues. […] Item pour ung a..ye et franchise de bastir ung molin estant assis en une pièce de terre appartenant audit Societ, assise au terrouer de Blanchet, terre et justice dudit Montigny, contenant douze Boisselées de terre ou environ, qui jouxte d’une part la terre d’Anthoine Societ son frère, d’autre part un chemin par lequel on va de Villedonnay à Espineol, d’autre au chemin tendant de Sancerre à Bourges, et d’autre bout la terre dudit Anthoine Societ ».

Veaugues: les moulins d'Epignol

Ce texte nous donne la situation exacte d’un moulin à vent, que voici replacé sur la carte IGN. En gros pointillés, l’ancien tracé de la route Bourges-Sancerre ; en petits pointillés, le chemin de Villedonné à Epignol cité dans le texte de 1519. Le Moulin des Societ est indiqué par le cercle rouge. Il semble d’ailleurs que cet acte ne concerne qu’une autorisation de bâtir ce moulin ; le permis de construire de l’époque, en quelque sorte.

Veaugues: les moulins d'Epignol

Cette photo prise du « Carrefour de l’Arable » (intersection des D 49 et D 955) nous montre où était le Moulin des Societ dans le paysage. A droite la D 955 vue en direction de Bourges. Notons au passage que les Societ étaient une famille bourgeoise alors bien implantée à Veaugues et dans les environs ; il ne me semble pas qu’ils y soient encore présents.

Veaugues: les moulins d'Epignol

Ce moulin semble avoir plusieurs fois rapidement changé de mains. Dès le 27 Juillet 1528 (E 539), il est vendu par Mathurin Maugars, meunier à Etréchy, à Guillaume et Etiennette Lacombe, d’Etréchy. La propriété consiste alors en « un moulin à vent à moudre bled, une maison et une pièce de terre contenant 12 Boisselées ». Une Boisselée vaut environ 1100 m². Le moulin est redevable au Seigneur de Montigny d’une taxe annuelle de 12 Boisseaux de froment (blé), payable le jour de la Saint-Martin.

Le 24 Octobre 1529 (E 539), on trouve : « Vente faite par Lacombe fils de feu Guillaume Lacombe, demeurant à Etréchy, à Etienne Duchasteau cardeur demeurant au bourg de Neuvy, d’un moulin à vent avec une maison étant près l’un de l’autre, paroisse de Veaugues en-dessous du village de Pignolles ; le tout bâti sur une pièce de terre de 12 Boisselées nommée le Lieu Blanchet. Ce bien jouxte la terre d’Antoine Societ et le chemin de Bourges à Sancerre. Prix 32 Livres Tournois plus une rente annuelle et perpétuelle de 12 boisseaux de froment mesure des Aix payable au Seigneur de Montigny chaque jour de la Saint-Martin d’Hiver. »

Dès le 17ème siècle, les actes ne mentionnent plus qu’une pièce de terre « où il y eut autrefois un moulin à vent appelé le Moulin des Societs ». Inutile d’arpenter le terrain à la recherche de quelconques vestiges, car rien ne subsiste ni du moulin, ni de la maison du meunier.

Published by Sirius sirius
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 19:09
Le Tambour Communal de Vinon

Vinon est un petit village bien tranquille du Sancerrois.

Le Tambour Communal de Vinon

Outre l’incontournable mairie et la déchetterie du canton, on y trouve l’église…

Le Tambour Communal de Vinon

Le château de Vaufreland…

Le Tambour Communal de Vinon

Une très belle grange ancienne à Récy…

Le Tambour Communal de Vinon

Dans les temps anciens, le garde champêtre y sonnait du tambour afin de rassembler les habitants pour leur communiquer diverses informations concernant la vie communale ; comme dans tous les autres villages français.

Depuis quelques années, soucieuse du bien-être de ses ressortissants, la municipalité a ressuscité cette coutume avec un tambour virtuel : le Tambour Communal.

Le principe en est simple : par le biais du journal communal trimestriel, les habitants qui le souhaitent sont invités à communiquer leur adresse électronique à la Mairie qui constitue ainsi une liste de diffusion qui sera utilisée chaque fois qu’une information de dernière minute mérite d’être communiquée. Le mode «copie caché » préservant la confidentialité, aucune adresse n’est visible.

Ainsi, fini les coupures d’eau lorsqu’on est sous la douche (savonné, bien sûr) ou quand on prépare le déjeuner, mésaventures qu’ont vécu de nombreux habitants de Veaugues hier ! Ce genre de « couac » est d’ailleurs particulièrement regrettable lorsqu’il s’agit de travaux programmés, comme c’est en ce moment le cas à Veaugues !

Les décès, les modifications de certains services comme le ramassage des ordures ou les travaux routiers pourraient aussi être communiqués en temps voulu.

Le Tambour Communal de Vinon

Alors, quand les Valgyciennes et Valgyciens bénéficieront-ils à leur tour de ce moyen d’information aussi pratique que rapide et gratuit ?

Published by Sirius sirius
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 09:08
Le Néflier du Japon

Il y a quelques années, j’avais rapporté de chez un pépiniériste languedocien un Néflier du Japon, par simple curiosité. Comme il est habitué au climat méditerranéen, je le plante en plein Sud, à l’abri de la forêt ; le jeune arbre semble se plaire, mais sa croissance est lente.

Le Néflier du Japon

Alors qu’il est de la même famille que le Pommier et le Néflier Commun, ses grandes feuilles vernissées et coriaces lui donnent des airs d’arbre d’ornement. D’ailleurs, elles sont persistantes en hiver, se renouvelant au long de l’année.

Le Néflier du Japon

Les fleurs regroupées en grappes compactes apparaissent au milieu de l’Automne, en Novembre et Décembre. Elles dégagent un agréable parfum d’amande amère.

Le Néflier du Japon

En cette saison où les fleurs se font rares, elles ne manquent pas d’attirer de nombreuses butineuses.

Le Néflier du Japon

Si l’Hiver n’est pas trop rigoureux (le cas cette année), les fruits apparaissent en Janvier, ressemblant à des amandes dures et veloutées…

Le Néflier du Japon

Puis mûrissent très lentement jusqu’à donner, en Juillet, ce qui ressemble à un abricot contenant deux noyaux brillants.

Le Néflier du Japon

Contrairement aux Nèfles communes, les fruits du Néflier du Japon ne se mangent pas blets, mais simplement mûrs. Je les trouve plutôt insipides et un tantinet acides ; une simple curiosité, bien que certains, notamment en Espagne où ils sont vendus en magasin, en raffolent.

Published by Sirius sirius
commenter cet article
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 08:35

L'appel à information lancé dans mon dernier article n'a pas tardé à porter ses fruits !

Alain, un lecteur assidu du blog, me fait part depuis son exil solognot, des informations suivantes à propos de Jean-Claude Crochet, propriétaire du Moulin du Mauprin en 1823:

- Né le 28/11/1785 à Veaugues.

- Marié le 13/07/1813 à Veaugues avec COQUERY Geneviève, née le 27/04/1790 à Veaugues. Profession: propriétaire.

Son épouse Coquery Geneviève, décède à Veaugues le 26/12/1826 à 36 ans. Décès déclaré par son mari, Jean-Claude CROCHET, 40 ans, meunier.

- Remarié le 17/06/1828 à Sancerre avec MOREUX Madeleine, née le 07/05/1790 à Bué. Profession: meunier.

- Décédé à Groises le 27/11/1838 à 53 ans. Profession; meunier.

Merci Alain pour ces informations collectées sur la base de données généalogiques registres18.free.fr !

Published by Sirius sirius
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 15:15
Retour aux moulins de Veaugues...

Le promeneur qui emprunte la seconde allée forestière sur sa gauche, en montant la route de Crézancy, à peu près en face de la Croix des Petits Chertiers, se trouvera au bout de 450 mètres face à une sorte de « rond-point » au milieu du chemin. Une photo ayant été peu parlante, voici sa localisation sur la carte IGN.

Retour aux moulins de Veaugues...

Le cadastre napoléonien de 1823 indique bien à cet endroit un moulin à vent, occupant les parcelles C 229 et C 229 bis. Notre rond-point cache en fait les vestiges du moulin du Mauprin!

Retour aux moulins de Veaugues...

La matrice cadastrale nous apprend que ce bien appartient à Jean Claude Crochet, résidant à Veaugues, le tout cadastré pour 2400 m². Par contre, la profession de cette personne n’est pas indiquée. Louait-il son moulin à un meunier ? Comme il n’y avait pas de logement sur place, il ne figure donc pas dans les recensements. Si un lecteur (ou une lectrice) du blog a quelque information à son sujet, je suis preneur…

Published by Sirius sirius
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 08:29
Autour du carroir de Marloup...

Nous sommes en 1582 au Carroir de Marloup (carrefour des mauvais loups) à l'intersection des routes de Menetou-Râtel, Sens-Beaujeu, Sancerre, Crézancy et Bué, lieu de sabbat des sorciers buétons.

A la sortie du siège de Sancerre, époque troublée par les guerres de religions, un enfant fut soudain pris de violentes convulsions. Après l'avoir emmené en vain voir tous les guérisseurs de la région, ses parents commençaient à se demander s'il n'était pas victime d'un mauvais sort.

L'enfant fut questionné. Il révéla qu'il avait assisté au sabbat du Carroir de Marloup, une cérémonie de débauche des plus démoniaques. Lorsqu'on le questionna sur les gens qu'il avait reconnus, déjà soupçonnés de sorcellerie par le passé, l'enfant en reconnut une demi-douzaine, qui furent emprisonnées au château de Beaujeu. L'une d'elle y périt avant même son procès.

La condamnation des accusés ne se fit pas attendre, et la sentence fut confirmée en appel à Paris. Depuis le départ de la prison à leur lieu d'exécution, les accusés furent passés au supplice. Arrivés au Carroir de Marloup, lieu prétendu de leur sabbat, les «sorciers» furent pendus et brûlés.

Published by Sirius sirius
commenter cet article
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 08:29
Rétromoisson 2016

Le temps était de la fête avec 31° à l’ombre (à condition d’en trouver…), un plateau de rêve (enfin, pour ceux que ça intéresse…) et une affluence très honorable. Saint-Loup des Bois était à la fête en cette journée d’Eté ! A l’entrée trône ce Bisomtrac 1000, constitué de deux tracteurs Someca accouplés…

Rétromoisson 2016

Restons chez le fabricant français Someca avec cette belle brochette de tracteurs construits à Bourbon-Lancy (Allier). Aujourd’hui, l’usine produit les moteurs Iveco pour l’Europe entière…

Rétromoisson 2016

Après le Bourbonnais, le Berry avec ce tracteur Agrip fabriqué à Lignières en 1959. Son propriétaire l’a admirablement restauré alors qu’il allait disparaître sous le chalumeau d’un ferrailleur. Un des points forts de ce genre de manifestation est qu’on peut entamer la discussion avec n’importe qui sans qu’on vous demande qui vous êtes et d’où vous venez. D’ailleurs, certains passionnés sont venus de fort loin…

Rétromoisson 2016

Un tracteur forestier Latil de 1958, encore une célèbre (même les Anglais en sont friands !) marque française disparue…

Rétromoisson 2016

Un tracteur Renault à gazogène des années sombres, alors que l’Occupant se réservait les carburants liquides. Pas facile pour le conducteur de voir où il allait…

Rétromoisson 2016

Cet engin à l’allure d’insecte est un Farmall de l’entre deux guerres ; il fonctionne à l’essence et est équipé de roues en fer, moins chères que les pneus, et surtout inusables…

Rétromoisson 2016

Un petit tracteur destiné aux régions d’alpages, de marque Reymond (France)…

Rétromoisson 2016

Après le moteur à explosion, le moteur à crottin avec cette faucheuse plus que centenaire…

Rétromoisson 2016

Deux magnifiques bœufs, qui avaient le matin œuvré au concours de labour (je n’y étais pas)…

Rétromoisson 2016

Nous arrivons maintenant au matériel de battage, dont le Musée de St-Loup détient une très importante collection. De nombreux amateurs sont venus avec leur matériel, en état de marche…

Rétromoisson 2016

Les machines attendent leur tour pour la démonstration…

Rétromoisson 2016

Ici, c’est un chenillard FIAT, qui tracte une machine que je n’ai pu identifier (photo prise au zoom)…

Rétromoisson 2016

Ces deux machines de marque Claeys montrent une évolution primordiale. Sur celle de gauche, le grain est mis dans des sacs qu’il faudra manipuler à la main, alors que celle de droite est équipée d’une trémie à vidage mécanique. Pas de cabine à cette époque (années 1960), et encore moins de climatisation…

Rétromoisson 2016

Cette machine Sampo de fabrication finlandaise est animée par un moteur de Coccinelle Volkswagen. Elle date de 1960…

Rétromoisson 2016

Les motoculteurs n’étaient pas en reste, avec 100 engins présentés, certains à l’allure déroutante…

Rétromoisson 2016

Celui-ci, un Rocher de 1930 à l’aspect antédiluvien, est français…

Rétromoisson 2016

« J’en ai trouvé un à ma taille », me dit ce gamin qui semblait prêt à rentrer chez lui aux commande de l’engin qu’il venait d’adopter. Celui au premier plan semble issu d’un accouplement contre nature entre une Mobylette et une bêche…

Rétromoisson 2016

Quelques engins de travaux publics étaient présents, un peu à l’écart. Ici, une pelle Tractem de 1960…

Rétromoisson 2016

Qui accepterait aujourd’hui de travailler avec un tel engin à la cabine hérissée de leviers ?...

Rétromoisson 2016

Et pour finir, quelques motos, dont cette Honda CB 350 de 1974, identique en tous points à celle avec laquelle j’ai obtenu mon permis moto… en janvier 1974 !

Un grand bravo à toute l’équipe du Musée de la Machine Agricole de Saint-Loup, qui prouve une fois de plus, si besoin était, son dynamisme !

Published by Sirius sirius
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 19:29
Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Tous les deux ans, Serge Laborie nous gratifie d’une exposition entièrement conçue par ses soins sur un thème historique local. Ainsi, après les châteaux et églises du Sancerrois, puis la Petite Vendée Sancerroise, nous avons cette année droit au Sancerrois gallo-romain, et c’est à la salle Saint-Père la Nonne (Sancerre).

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Aussi bon modéliste que dessinateur, Serge nous propose ici une reconstitution du vicus de Gortona, port gallo-romain établi sur la Loire à Saint-Thibault…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Des bateaux sont amarrés, en attente d’être déchargés, ou prêts pour le départ. Si la voie Bourges-Saint Thibault-Entrains-Auxerre était le principal axe Est-Ouest, la Loire était utilisée pour les communications Nord-Sud…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Ces deux axes se croisaient à St-Thibault (Gortona), où se voient encore les restes d’un pont du 2ème siècle, dont Serge nous propose une restitution…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Ses piles de pierre étaient posées sur de solides fondations de pieux de chêne, qu’on voit encore par basses eaux…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Le Calendrier de Coligny, trouvé en 1897 dans l’Ain, donne une idée de la façons dont nos ancêtres gaulois comptaient le temps…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Un panneau est consacré au site de Gannes (commune de Beaulieu sur Loire), fouillé lors de la construction du Canal Latéral à la Loire vers 1830. Tous les panneaux sont entièrement dessinés par leur auteur, sans photographies ni tirage imprimé…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Sur le site de Gannes, un aqueduc a été fouillé ; il était recouvert de grandes tuiles convexes comme celle-ci, prêtée par les Amis de Beaulieu…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Sur cette carte, on peut découvrir les différents sites gallo-romains des environs de Sancerre…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Comme la villa d’Elchy, qui était située à l’Ouest de l’actuel Bois de Charnes…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Ici, un élément d’une riche villa, avec son patio et son bassin. Même sans avion privé ni gros 4x4, la vie de maître de domaine ne devait pas être désagréable à l’époque…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Une taverne où tout un chacun pouvait boire une cervoise ou manger un morceau…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

La boutique du boulanger…

Pour découvrir le Sancerrois Gallo-romain

Le monde romain ne serait pas le monde romain sans ces quelques mosaïques restituées avec talent par Serge.

Sans tomber dans le piège des interprétations hasardeuses, Serge Laborie nous propose de découvrir quelques aspects de la vie de ceux à qui nous devons une grande part de notre civilisation et, grâce à la clarté et la qualité de ses panneaux et maquettes, les petits y trouveront aussi bien leur compte que les grands ! Pour tous renseignements concernant les horaires, s’adresser à l’Office de Tourisme de Sancerre.

Published by Sirius sirius
commenter cet article
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 12:10
Pour les fainéants...

Lorsqu’arrive le bois de chauffage, il faut le mettre à l’abri de l’humidité et, si possible, au plus près de son lieu d’utilisation…

Pour les fainéants...

Afin d’optimiser l’espace disponible (il y a tout de même 12 stères), il est en général nécessaire de refendre les bûches. Certains, estimant que le travail sans peine est réservé aux fainéants, s’accrochent aux méthodes traditionnelles…

Pour les fainéants...

Ayant depuis longtemps compris que l’effort inutile n’apporte aucune satisfaction, je fais partie de ceux qui croient en l’innovation…

Pour les fainéants...

Je me suis ainsi procuré l’année dernière, dans une bonne quincaillerie locale et moyennant la somme de 300€ environ, cette fendeuse hydraulique hergestellt im Deutschland

Pour les fainéants...

Il suffit de placer la bûche (ici diamètre d’environ 25 cms) sur le plateau…

Pour les fainéants...

Puis d’actionner la mécanique. Le moteur électrique entraîne une pompe hydraulique d’une force de 5 tonnes. Les deux mains sont nécessaires, par mesure de sécurité. Je conseille aussi les chaussures de sécurité…

Pour les fainéants...

Poussée contre le coin métallique, la bûche se fend sans effort, et rares sont les récalcitrantes ! On peut ensuite la refendre plusieurs fois jusqu’à la dimension requise. Vive le progrès !

Published by Sirius sirius
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 08:39

Après les deux moulins à eau de Veaugues, voyons les moulins à vent…

Veaugues: le Moulin Vatan

Nous avons précédemment vu que Jacques Vattan était propriétaire du Moulin d’en Bas. Eh bien, probablement pour s'assurer du travail toute l’année, il possédait aussi un moulin à vent, situé au bord de l’actuel Chemin des Averdines. Il a subsisté jusqu’à il y quelques années quelques pierres au bord de ce chemin, dont il se disait qu’elles en étaient les ultimes vestiges. Carte IGN.

Veaugues: le Moulin Vatan

Sur le cadastre napoléonien, le Moulin Vattan est répertorié sous les articles D 812 (bâtiment) et D 813, sur la droite du chemin qui va du Bourg aux Averdines.

Veaugues: le Moulin Vatan

Sur une autre feuille, le dessinateur s’est fait plaisir en le représentant soigneusement dans le paysage. Ce croquis montre sans doute possible une tour en pierre muni d’ailes. Faut-il y voir une représentation exacte du Moulin Va(t)an, ou un simple symbole ? Les moulins à vent pouvaient être en pierre, mais aussi entièrement en bois.

Veaugues: le Moulin Vatan

En 1823, Jacques Vatan était propriétaire du moulin cadastré D 812.

Veaugues: le Moulin Vatan

Curieusement, la carte de Cassini indique la présence d’un moulin à vent nommé le « Moulin de Veaugues » en plein bois, juste au Nord des Averdines. A l’époque où Cassini dressa sa carte, cette zone était boisée, tout comme aujourd’hui. Il y a donc tout lieu à penser qu’on ait là affaire au Moulin Vatan, à moins qu’il s’agisse du mystérieux moulin qui sera cité en dernier…

Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche