Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 18:08
Candidats à l'adoption...

Trop petits pour avoir fugué…

Candidats à l'adoption...

Surtout tous les 3 ensembles…

Candidats à l'adoption...

Trop mignons pour des chats élevés « derrière les fagots »…

Candidats à l'adoption...

Ils ne demandent que des câlins…

Candidats à l'adoption...

Sont en pleine santé (pas de puces et un solide appétit)…

Candidats à l'adoption...

Ont plus d’un tour dans leur sac…

Candidats à l'adoption...

Trouvés hier à l’orée de la forêt, ils y ont probablement été « déposés »…

Candidats à l'adoption...

Heureusement, un ange gardien veille sur eux…

Candidats à l'adoption...

Mais l’ « ange » ayant déjà 3 autres bouches à nourrir, ils feraient le bonheur d’une famille adoptive ! Merci d’utiliser le lien « contact » en bas de page, ou de laisser un commentaire ; réponse assurée.

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 08:18

A l'heure où on nous rabâche que rouler en diesel est devenu péché mortel, voici comment la SNCF participe à l'effort visant à persuader les automobilistes à se tourner vers le train! On attend la réaction des syndicats de cheminots, si prompts à "défendre le service public"...

Sur la mauvaise voie...

Une vue de la gare de Nevers vers 1910. Les quais étaient abrités par une marquise en fonte, et la locomotive est un modèle du 19ème siècle.

Sur la mauvaise voie...

Autre vue prise du même endroit une dizaine d'années plus tard, avec une machine plus récente, plus puissante et aérodynamique.

Sur la mauvaise voie...

Aujourd'hui, la technique est omniprésente. Les gourmandes machines à vapeur (rendement entre 6 et 10%) ont définitivement cédé la place au diesel vers 1970, puis la ligne Moret-Nevers-Clermont a été électrifiée à grands frais vers 1990.

Sur la mauvaise voie...

Il y a 100 ans, l'activité marchandises était florissante. Aujourd'hui, même les halles visibles à l'arrière-plan ont été démolies pour faire place à un parking, et les voies sont au mieux désertes, au pire enlevées.

Sur la mauvaise voie...

La rotonde à l'époque où l'équipage des machines travaillait le nez au vent, devant alimenter le foyer de leur cheval mécanique... à la pelle à main.

Sur la mauvaise voie...

Après la disparition, il y a 4 ans, du train du dimanche matin qui permettait de passer la journée à Paris au départ de Cosne puis celle, annoncée, du Nevers-Paris le dimanche, la SNCF aura tous les arguments pour imposer le "TGV Grand Centre"...

Celles et ceux qui souhaitent le retour à un service de qualité, digne de ce nom, sur la ligne Paris-Cosne-Nevers, et l'enterrement de ce projet aussi démesuré qu'inadapté aux besoins des régions qu'il doit traverser, peuvent signer la pétition "NON au POCL", voire adhérer à l'association.

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 09:31
le Pied de Mouton

« Chapeau convexe (5-15 cm), bosselé et irrégulièrement découpé au bord, charnu, ferme, compact, un peu velouté ou pruineux, jaune chamois clair ou blanc jaunâtre. Chair épaisse, ferme, cassante… ». Telle est la description de l’Hydne Sinué (Hydnum Repandum), donnée par A Maublanc dans « les Champignons Comestibles et Vénéneux », paru en 1921 chez Lechevalier.

Ce champignon, que nous connaissons mieux sous le nom de Pied de Mouton, diffère de la plupart de ses congénères par ses aiguillons, qui remplacent les habituelles lamelles (ou les tubes des Bolets et Cèpes). Cette particularité permet de le reconnaître immédiatement, et c’est bien ce qui m’a permis d’en ramasser un plein sac il y a 2 jours dans les bois environnants... Ah oui, j'allais oublier de dire que le Pied de Mouton est un des champignons les plus savoureux!

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 11:21
Marché d'Automne à Tréloup ce dimanche...

Ce dimanche 25 Octobre, l’Association des Parents et Amis des Handicapés du Sancerrois (APAHS) organise à Tréloup (commune de Veaugues) son traditionnel Marché d’Automne. Tréloup est au bord de la route Sancerre-Bourges, comme le montre ce plan

Marché d'Automne à Tréloup ce dimanche...

Un vide-grenier/brocante, de vieux livres, et l’occasion de venir découvrir, et pourquoi pas rapporter à la maison, de nombreux produits du terroir. Petits et grands apprécieront l’ambiance ! Je m'y rendrai, espérant y trouver chrysanthèmes et autres potées de fleurs en prévision de la Toussaint.

Marché d'Automne à Tréloup ce dimanche...

Les recettes de cette manifestation vont bien entendu intégralement à l’APAHS, qui œuvre au bien-être et à l’intégration des personnes handicapées. Ici, une rencontre faite sur place, il y a 3 ans…

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 09:17
La Bryone

A la fin de l’Eté et au début de l’Automne, de nombreuses baies rouges ou noires s’offrent à celui qui chemine le long des haies, et mieux vaut ne pas les confondre. Ainsi, si les fruits visibles à l’extrême-gauche sont bien ceux de l’Aubépine (on peut en faire une gelée, un peu fade), ceux au premier plan sont bien ceux de la Bryone…

La Bryone

La Bryone est une liane herbacée de la famille des Cucurbitacées, vivace par sa racine. Ses feuilles ressemblent à celles de nos Concombres (planche Lechevallier).

La Bryone

Sa grosse racine charnue est également appelée « Navet du Diable » à cause de sa taille ; j’avoue ne jamais l’avoir déterrée, et vous en propose donc une image tirée d’Internet.

La Bryone

Ses tiges discrètes s’enroulent sur la plante-hôte (ici du Troène), au point où on jurerait que les baies lui appartiennent ! Ces dernières, rouges et juteuses, sont toxiques, tout comme la racine, et toute tentative de gelée ou de confiture doit être proscrite !

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 11:54

Dans la série "plus con qu'eux, tu meurs", voici une perle à peine croyable...

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 11:55
Délice sauvage...

La nature offre, à celui qui se donnera la peine de les découvrir et de les ramasser, quelques délices. Le fruit du Pommier Sauvage en fait partie, à l’exception près qu’il ne peut se savourer qu’en gelée.

Délice sauvage...

Première étape : laver les petites pommes jaunes ou vertes ; on peut aussi utiliser les pommes, un peu plus grosses, provenant de « sauvageons » qui ont poussé là où est tombé un pépin de pomme de culture. Les couper en deux ou en quatre selon leur grosseur, sans les peler ni enlever les cœurs.

Délice sauvage...

Les recouvrir d’eau jusqu’à ce qu’elle affleure (les pommes ne doivent pas flotter !) ; laisser cuire environ une demi-heure sans bouillir, puis filtrer à la passoire.

Délice sauvage...

Peser le jus ainsi obtenu et lui ajouter 700 grammes de sucre cristallisé par kilo. Amener à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’une goutte déposée sur une assiette froide « prenne » en une minute. Normalement, à ce stade (entre 45 et 60 minutes), l’écume aura viré au brun. Mettre alors en pots.

Délice sauvage...

Je précise qu’une confiture ou gelée suffisamment cuite n’a pas besoin qu’on retourne le pot une fois rempli, ni qu’on mette les pots entamés au réfrigérateur ! Si vos confitures ont tendance à moisir, c’est en général parce qu’elles ne sont pas assez cuites.

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 08:35
Visite à Puivert

En ce lundi 21 Septembre, premier jour de l’Automne, direction le château « dit Cathare » de Puivert, près de Quillan (Aude). C’est un des rares que je n’ai pas déjà visités. Ici, l’entrée, située à l’Est de l’enceinte fortifiée.

Visite à Puivert

Depuis la toiture-terrasse du donjon, on a une vue magnifique sur l’ensemble du château, ainsi que sur la plaine du Quercorb, autrefois occupée par un lac qui disparut lors d’une crue à la fin du 13ème siècle. Ici, quelques infos sur l’histoire de Puivert.

Visite à Puivert

Nous sommes à présent dans la cour, et voici la face Ouest de la tour-porche, aujourd’hui habitée par le propriétaire des lieux. Le château, bâti au 12ème siècle, fut un moment un haut-lieu du Catharisme, puis passa entre les mains de diverses familles avant d’être abandonné à la Révolution.

Visite à Puivert

La tour-maîtresse, ou donjon, est carrée, et abrite plusieurs salles, dont la Chapelle et la Salle des Musiciens.

Visite à Puivert

Dans sa salle basse trône une très belle maquette du château, réalisée par le propriétaire du site.

Visite à Puivert

Les nervures des voûtes de la Salle des Musiciens reposent sur des chapiteaux ornés chacun par un personnage jouant d’un instrument différent.

Visite à Puivert

Dans la cour du château, l’atelier « Cœur de Tr’âme » d’Anne-Mie et Richard Pigelet-Tacq, normalement basé à Montségur (autre haut-lieu cathare) proposait aux visiteurs de découvrir les « métiers de la laine ». J’allais enfin comprendre comment on filait la toison des moutons (et bien d’autres…), et surtout comment fonctionne un métier à tisser ! Ici, le filage de la laine avec le fuseau…

Visite à Puivert

Lors du filage, la laine brute est maintenue dans la quenouille.

Visite à Puivert

Inventé par les Chinois, le rouet à filer sera introduit en France au 13ème siècle. D’abord actionné par une manivelle, une pédale remplacera cette dernière. Il permet d’augmenter le rendement.

Visite à Puivert

La bobine du rouet permet à la fois de torsader les brins de laine et de les enrouler pour faire une pelote.

Visite à Puivert

Après le filage, Anne-Mie nous fait une démonstration sur le métier à tisser. Les choses les plus simples étant parfois les plus longues à comprendre, ce sera pour moi enfin le déclic qui me manquait !

Visite à Puivert

Et maintenant, un échantillonnage des laines produites par Cœur de Tr’âme : diverses espèces de moutons et chèvres, bien sûr, mais aussi, mouflon, chameau, dromadaire, lama et même… chien !

Visite à Puivert

En témoigne cet adorable gilet pour bébé tissé à partir des longs poils d’un berger Patou ; aussi doux que du Cachemire !

Visite à Puivert

Avant de repartir, un dernier coup d’œil sur cette magnifique région vue d’en haut. Au premier plan, un des 4 écheneaux qui évacuent l’eau de la toiture du donjon. En dessous, une tour de défense, qui fait partie de la résidence du propriétaire.

Visite à Puivert

Il me reste à saluer la passion et l’accueil des personnes que j’y ai rencontrées, le propriétaire des lieux et l’équipe des « laineux » !

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 12:17
Fleurs d'Automne

L’Automne, qui semble bien entamé si on se fie à la météo fraîche, humide et venteuse de cette semaine, nous réserve aussi son lot de fleurs. Ainsi, même si la sécheresse de Juin et Juillet a malmené mes Anémones du Japon, elles sont bien au rendez-vous et leur floraison peut durer jusqu’à la fin Novembre.

Fleurs d'Automne

Plus discrètes, les Colchiques, annonciatrices de l’Automne, ne font qu’une rapide apparition, et c’est le long des routes qu’on a le plus de chances de les apercevoir. A éviter dans la salade…

Fleurs d'Automne

Curieusement, toutes les fleurs que j’ai repérées sont à peu près de la même couleur ! C’est donc aussi le cas de ces jolis Cyclamens, issus de bulbes que m’avait donné l’an dernier un ami de Vinon qui se reconnaîtra peut-être s’il lit ces lignes. Aussitôt donnés, aussitôt plantés, et le résultat est là. Espérons que l’an prochain, le tapis se sera étendu…

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 14:35
la gare de Sancergues...

C’est le 23 Juillet 1906 que fut ouverte la section la Guerche-Veaugues de la ligne La Guerche-Argent des Chemins de fer Economiques. Ce petit chemin de fer dit « d’intérêt local » avait une voie métrique, c’est-à-dire dont l’écartement des rails était de 1,000 mètre, alors que celui des grands réseaux est de 1,435 mètre. Un an plus tard, la ligne sera prolongée jusqu’à Argent. Voici une vue de la gare vers 1910, avec le village en arrière-plan.

la gare de Sancergues...

Voici les horaires lors de l’ouverture. Le service comprenait 3 trains dans chaque sens, et le parcours de 49 kms s’effectuait au mieux en 2h15, dont 47 minutes pour les seuls 18 kms séparant Sancergues de Veaugues !

la gare de Sancergues...

Cette autre vue d’époque montre un train en attente de départ pour Veaugues. On remarque, sur la droite, le château d’eau indispensable à l’alimentation des locomotives, ainsi que la plaque qui servait à retourner ces dernières.

la gare de Sancergues...

En 1935, par mesure d’économie, seul le tronçon Sancergues-Veaugues continua d’être desservi par le rail, au moyen de cette automotrice Renault à essence qui circulait sur la ligne depuis 1922. Le service marchandises était toujours assuré par les machines à vapeur.

la gare de Sancergues...

Les 2 extrémités de la ligne étaient alors desservies par des autocars. Il fallait, en 1936, 40 minutes pour relier Sancergues à Veaugues en automotrice. Le service par fer fut rétabli sur l'intégralité du parcours à la déclaration de guerre en 1939, et subsista jusqu’à la fermeture de la ligne le 15 Août 1948.

la gare de Sancergues...

Ce dimanche, à l’occasion des Journées du patrimoine, l’Université Rurale de Sancergues propose une visite-découverte de Sancergues, qui vous emmènera jusqu’à la gare, en passant par les marais et l’Eglise. N'oubliez pas de réserver votre place…

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche