Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 10:01

Une première gare, nommée Vinon-Bué en raison de sa situation à mi-chemin entre les deux villages, fut ouverte en 1893, avec la ligne Bourges-Cosne. Quinze ans plus tard, en 1908, fut ouverte la ligne à voie métrique reliant Neuilly–Moulin Jamet (sur l’artère La Guerche–Argent de la S-E), à Saint Satur. Une gare fut alors aménagée à l’Estérille, portant le nom de Bué. Vinon disposait donc d’une gare, et Bué de deux : une sur la grande ligne, l’autre sur le Tacot.


29a Gare Bué S-E 1

 

La gare du "Tacot", à Bué.

 

Un train en provenance de Sancerre entre en gare

Au premier plan, des piquets de vignes, peut-être en provenance de la scierie Thuillier toute proche, attendent d'être chargés pour leur client.

 

 

 

scierie-Thuillier.jpg


La scierie Thuillier était établie à l'Estérille, tout près de la gare de Bué S-E, et possédait un autre établissement près de la gare P-O de Vinon-Bué. On y voit des billes de chêne attendre leur transformation en planches ou en poutres. Installés dans le vignoble, il est probable qu'ils aient produit des piquets de vigne en acacia ou châtaignier.


 

31 Gare Bué 2

Une autre vue de la gare de Bué (S-E)

 

Là aussi, un train en provenance de Sancerre entre en gare


Le Tacot disparut en juillet 1948.


 


 


La gare Vinon-Bué de la compagnie du P-O était située en pleins champs, à mi-chemin, mais aussi un peu loin des deux villages. Comme à Bannay, Montigny et Ste-Solange, la halle aux marchandises est accolée au bâtiment des voyageurs.


 

gare Vinon

Vue de la gare de Vinon-Bué vers 1910. Au fond, la direction de Sancerre. Vu le nombre de bagages attendant sur le quai de gauche, un train en provenance de Bourges doit être annoncé!

 


Madame Girault, qui coule aujourd’hui une retraite paisible dans une ancienne maisonnette de garde-barrière de Veaugues, travaillait à l’époque à Vinon-Bué et raconte : "A Vinon, il y avait une grande activité marchandises ; la gare expédiait les truites de l'élevage local ainsi que du vin, et recevait toutes sortes de colis en messagerie, ainsi que des troncs de noyer en provenance d'Espagne et du Périgord pour une scierie." Ces noyers faisaient d'ailleurs l'objet de tout un trafic peu licite; ceux du Berry avaient en effet une grande réputation de qualité, certains "négociants", aussi improvisés qu'opportunistes et fraudeurs, achetaient donc des arbres ailleurs, se les faisaient livrer à Vinon ou Veaugues, puis les réexpédiaient avec un label d'origine berrichonne plus que douteux.


 

Vinon-Bué 2009 (4)

 



Aujourd'hui, si la végétation a envahi les emprises de la gare, les bâtiments sont encore intacts, au moins à l'extérieur.






 

Le service voyageurs cessa en juillet 1966 sur la ligne Bourges-Cosne; la gare de Vinon-Bué fut encore desservie pour les marchandises jusqu'en 1969, au départ de Bourges, la section St- Satur-Vinon ayant été déposée. Le service en provenance de Bourges fut ensuite limité à Veaugues.


 

Vinon-Bué 2009 (3)

 

La gare vue côté cour. Au premier plan, le bâtiment des sanitaires, abritant également la lampisterie.


 

 

Vinon-Bué 2009 (1)


Vue côté voies...

 


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 07:11
Certes, des mots comme "sandwich" ou "football" font partie intégrante de notre langue depuis longtemps, et il ne saurait être question, par excès de franchouillardise, de leur trouver un équivalent dans la langue de Molière.

Mais pourquoi dire "relooker" à la place de "restyler", et pourquoi les avions modernes se "crashent"-ils, alors que leurs prédécesseurs s'écrasaient ou s'abîmaient (en mer)?

Plus rares sont les nouveaux mots 100% français, mais ça existe. Sur France-Inter (la seule radio qui échappe à mon embargo, à quelques rares exceptions près), lors de deux reportages concernant respectivement une femme condamnée au Mexique, et des prisonniers belges qui seront logés dans la prison de Tilburg, aux Pays-Bas, les journalistes ont employé le mot "transfèrement".

Jusqu'ici, on entendait parler de "tranferts" de prisonniers. A quand les "transfèrementations"?
Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 18:21
De passage ce matin à Aubigny, j'ai pris quelques clichés de la gare, ou de ce qu'il en reste, avant qu'il ne soit trop tard...

Aubigny-1910.jpg
La gare d'Aubigny, située sur la ligne Etampes-Bourges par Pithiviers et Les Bordes , a été ouverte en 1884; la voici au temps de sa splendeur, au début du XXème siècle. A une époque, il a même circulé des trains omnibus directs de Paris-Austerlitz à Bourges sur cette ligne.

gare Aubigny 2010-02-04 (3)
La même vue en 2010. Après la fin du trafic voyageurs en 1940, la section Aubigny-Bourges fut fermée aux marchandises en 1987, puis la voie retirée. Les trains de citernes de gaz ont circulé d'Orléans à Aubigny (via Châteauneuf) jusqu'à la fin 2009, date à laquelle tout trafic devait cesser, suite à la décision de l'exploitant devant les dépenses nécessaires à la réfection de la voie.

gare Aubigny 2010-02-04 (4) 
Il faut reconnaitre que l'état de la voie, faute d'entretien, n'est pas très engageant... Rails usés jusqu'à la corde, traverses pourries... Si les voies de service sont à présent rouillées, ce n'est pas le cas de la voie principale, malgré le temps humide de Janvier. Aux dernières nouvelles, un ultime sursis de quelques mois a été accordé à la ligne, probablement le temps que Butagaz organise le service de remplacement par camions.






Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 08:20
Georges-Freche.jpg

Tout aussi antipathique que me soit Georges Frêche, il est au moins le révélateur d'un état d'esprit déplorable qui envahit notre société: le souci d'être "politiquement correct".






- Comme Frêche, je n'ai jamais apprécié Laurent Fabius (c'est mon droit): je suis donc "antisémite"...

- Je n'accepte pas que des gens puissent circuler sur le domaine public le visage entièrement dissimulé: je suis donc "islamophobe"...

- Je n'aime pas Joey Starr: c'est forcément parce qu'il est noir!


Bientôt, le simple fait de constater qu'un Sénégalais soit noir sera taxé de racisme!

Triste société qui s'obstine à tout légiférer; ce n'est pas en empêchant les gens de s'exprimer qu'on vaincra les penchants les plus vils de l'espèce humaine!

Au fait, j'oubliais: si je n'ai pas voté Sarkozy, c'est peut-être parce qu'il est... blanc!
Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 09:36

img-dominique-de-villepin-5.jpg
Grand, élégant, bronzé, décontracté, bref irrésistible! Voici l"anti-Sarkozy" revenu.

Le hasard du calendrier a fait que la justice a choisi le jour du 55ème anniversaire de Nicolas Sarkozy pour "relaxer" son pire ennemi.

La liberté de parole retrouvée de Dominique de Villepin va peut-être remettre un peu de piment dans la vie politique française, qui en manque tant, malgré les pitreries de Georges Frêche!


J'apprends à l'instant que le parquet a fait appel. Un deuxième procès aura donc bien lieu.
Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 08:22

Billeron maison


Au domaine de Billeron, sur la commune de Sainte-Solange, le bâtiment d’habitation possède encore un pignon on la hauteur permet de supposer qu’il remonte au XVIème ou XVIIème siècles. Le sommet de ce pignon est orné d’une statue malheureusement très altérée..

 




 



l y a une dizaine d’années à peine, j’avais demandé au fermier ce que représentait cette statue. Il me répondit, l’œil malicieux : « c’est Saint-Guerluchon, les femmes le priaient pour avoir de gros nichons ». Ensuite, il m’expliqua que Saint-Guerluchon (ou Greluchon) était prié par les femmes enceintes, afin qu’il leur assure une bonne lactation pour nourrir leur enfant.


Bllleron Greluchon (1)



Selon les versions, on peut retenir cette explication, ou une autre, assez voisine, selon laquelle les femmes stériles venaient râper un peu de la statue du saint, et mélangeaient la poudre dans du lait ou du vin qu’elles buvaient ensuite pendant 9 jours symbolisant les 9 mois de la grossesse.









Bllleron Greluchon (4)




Saint Guerluchon est un saint « fantaisiste » qui fait partie du folklore bourbonnais. Et qui aurait son équivalent en Berry avec Saint-Vit. A ce sujet, je vous recommande de vous rendre sur le site Berry-médiéval, pour en savoir beaucoup plus…

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 08:48

Série américaine sur la 2, documentaire hospitalier sur la 3, mélodrame sentimental sur la 5, « spatial-fiction » sir la 6… Restait donc, à part la lecture, TF1 avec le débat entre Sarkozy et un « panel » de Français soigneusement sélectionnés.

 

Du prolo décidé à en découdre, au patron de PME (800 salariés tout de même, et une santé de fer, je l’ai vérifié sur le Net) qui suggérait timidement une exonération partielle de Taxe Carbone pour les transporteurs, tous les Français devaient se retrouver parmi ces 11 personnes.

 

Sarko-25-jan.jpg


Notre Président, à l'aise entre une infirmière et une étudiante, sur le plateau de TF1

 

 

J’ai vu un Président à l’écoute, attentif aux propos de ses interlocuteurs, allant même jusqu’à se faire couper la parole sans broncher, presque humblement. Des réponses, il en a eu pour tous, ou presque.

 

A l’employée de supermarché qui se plaignait d’avoir des fins de mois difficiles : « travaillez plus ! ». C'est-à-dire le dimanche ou la nuit...

 

Au syndicaliste sans concessions  à qui "on ne la jouait pas": « je vous promets que toutes les Renault vendues en France seront construites en France. ». « Le chômage va baisser dans les mois à venir ! ». Discours maintes fois entendu mais qui cette fois se concrétisera probablement, avec la radiation des chômeurs en fin de droits…

 

A l’éleveuse qui perd de l’argent à chaque litre de lait : « il est inadmissible que les cours mondiaux fassent autorité dans l’agriculture ».

 

A l’étudiante au chômage malgré un Bac + 5 : « mes prédécesseurs se sont trompés en croyant au partage du travail ; seule la croissance créera des emplois ».

 

Bref, il connaissait tous les chiffres, a rassuré tous ses interlocuteurs et a, comme d’habitude (et comme ses prédécesseurs…), brassé du vent !

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 17:26

 

 11-Lithographie-XIXe-siecle.jpg


Le Donjon au XIXème siècle. Au second plan, les restes du Portail du Château, puis l'église.


A moins de 15 kms de Cosne sur Loire, en allant sur St-Amand en Puisaye, se cache un site d’une richesse exceptionnelle, pourtant ignoré de presque tous. L’automobiliste de passage n’en devinera même rien, surtout l’été, en raison de l’épaisse végétation masquant murailles et tours.


 

1 plan synthétique. jpg

 


Plan de St-Verain aujourd'hui.


En rouge, les portions de l'enceinte et les bâtiments subsistants.


En vert, les éléments architecturaux disparus.


Les fossés, en bleu clair, ont toujours été secs.





















Autrefois appelé Rond le Fort, l’appellation de St-Verain vient de ce que les reliques du saint (Vérain ou Véran), évêque de Cavaillon, transitèrent par le village au cours de leur voyage qui les conduisit à Jargeau (Loiret) à la fin du IXème siècle. Une petite partie y furent alors déposées. Aujourd'hui, un reliquaire en laiton doré conservé dans l'église contient un morceau de sa calotte crânienne.

 

2 vue enceinte Nord

 




L'enceinte extérieure, vue côté Est, seul endroit où elle ait conservé son parement.


C'est à cet endroit, entre les Portes de l'Etang et d'Alligny, qu'elle est la mieux conservée.








Les Seigneurs de St-Verain, vassaux directs de l’évêque d’Auxerre, furent parmi les plus puissants de la région du XIème au XIVème siècle. A leur apogée au milieu du XIIIème siècle, ils détenaient 179 fiefs allant d’Auxerre à St-Benin d’Azy. C’est de cette époque que datent les principaux bâtiments : donjon, enceintes, château, église, chapelle, etc… L’existence d’une Maison de Change, où le visiteur pouvait échanger les monnaies battues dans les environs contre celle qui avait cours à St-Vérain, témoigne de l’importance économique du lieu !

 

4 maison du change

 

Cette maison est le seul édifice ancien bien conservé du village.


Son origine remonte vraisemblablement aux XIV ou XVème siècles, et elle a été remaniée depuis.

Il s'agit de la maison de l'Intendant des Comtes de Nevers.

La Maison de Change, aujourd'hui disparue, occupait le coin de la rue, juste sur la droite du photographe.






La région fut ravagée à plusieurs reprises par les Anglais lors de la Guerre de Cent Ans, avant que St-Vérain ne soit prise en 1434 par Perrinet Gressard, allié des Anglais et des Bourguignons, qui tenait déjà entre autres La Charité, La Motte-Josserand et Passy les Tours. Le coup de grâce à la puissance de St-Vérain fut donné avec son partage à la fin du XVème siècle ; les Comtes de Nevers héritèrent alors d’une grande partie des terres et de la place-forte.

 

3 église & prieuré

 

L'église date de la fin du XIIème siècle.


Elle faisait jadis partie d'un ensemble prieural, dont seul subsiste aujourd'hui le bâtiment visible à droite. Fortement remanié, il possède encore quelques éléments d'architecture très anciens.







Le saccage de St-Vérain par les troupes du Prince de Condé (fin XVIème siècle), l’incendie de 1603, le désintérêt des propriétaires qui n’y résidaient plus, puis les exactions des révolutionnaires eurent raison des fortifications. Les pierres taillées des parements furent, comme partout, récupérées par les habitants pour construire ou réparer leurs maisons. Plusieurs maisons du village sont manifestement construites ainsi.

 

5 Hôtel-Dieu

 

Cette maison, très dénaturée, possède encore des tableaux de fenêtres chanfreinés qui semblent indiquer une construction XVIème ou XVIIème siècle, à moins qu'il ne s'agisse plus vraisemblablement d'éléments de réemploi.




 

 

 

 

 

 

6 gravure colorisée et légendée

Vue d'ensemble de St-Verain, d'après une gravure de Jean Georges. L'absence de la Grange aux Dîmes, peut-être alors déjà détruite, ainsi que l'abondance de la végétation laissent planer le doute quant à la date à laquelle situer cette gravure. Son auteur la situe "au Moyen-Age", mais l'incendie de 1603 ne serait-il pas déjà passé par là?



7 porte de Cosne

La Porte de Cosne, jadis appelée Portail du Vieux Château.


Il faut l'imaginer couronnée de deux étages, et mui de deux lourdes portes, ainsi que d'une herse.









La première enceinte, dite du village, renferme l’église et son prieuré (fin XIIème siècle), la Grange aux Dîmes, la maison de Change, l’Hôtel-Dieu (hôpital), les Halles et le Gibet.

 

8 Tour Renard ou des Colons


La Tour des Colons est une des mieux conservées de l'enceinte extérieure.


Elle n'a gardé malheureusement que trois rangs de son parement d'origine en pierres de taille.










Passée la Porte de Cosne, autrefois appelée le portail du Vieux Château, on accède au « Vieux Château », sans qu’on sache à quoi correspond cette dénomination. Faisant probablement office de basse-cour, on devait y trouver les différents corps de métiers indispensables au seigneur ainsi que, vraisemblablement, la Maison de Justice, où se tenaient les procès relevant du baillage du Seigneur.

 

9 ruines Tour Carrée

 

La Tour Carrée est située près de l'église.


Seule de cette disposition, elle est aujourd'hui totalement masquée par la végétation.







Le Portail du Donjon donnait alors accès à la Cour du Château, regroupant, outre ce dernier datant du XIIIème siècle et qui était habité par les Seigneurs pour qui le Donjon n’était qu’un refuge en cas de danger, les écuries, la garnison, et les logements du personnel de service du Seigneur.

 

10 porte d'Auxerre 1

 

L'actuelle route de St-Amand a été percée au XIXème siècle.


Auparavant, elle se détachait de l'actuelle route de La Celle, à l'extérieur du village, dont elle sortait par la Porte d'Auxerre.


De cette porte du XIIIème siècle, il reste ce petit bâtiment










S’y élevait aussi la Chapelle Seigneuriale, dans laquelle étaient conservées au Moyen-Age les reliques de St-Vérain. Détruite en 1576 par les reîtres, reconstruite en 1628, elle fut démolie vers 1825, et ses matériaux servirent à réparer l’église paroissiale.

 

12 Donjon

 

Le Donjon était construit au point le plus haut de l’ensemble ; il consistait en une Grosse Tour entourée de murs et de 5 autres tours.


Celle du premier plan est appelée la Tour du Puits.






13 chaînages donjon




Les murs de la Grosse Tour du Donjon étaient renforcés par un chaînage composé de poutres en chêne. L'emplacement des poutres (disparues suite à leur pourrissement) est très visible.

 









La Tour du Puits, la seule dont il reste des vestiges appréciables, est nommée ainsi en raison du « puits », en fait un regard sur une grande citerne aménagée sous le Donjon. Elle captait l’eau de sources proches qui, aujourd’hui, se déversent dans les fossés.

 

15 fossé ouest

 

Les fossés, vus ici à l'Ouest. sont parfois profonds de plus de 10 mètres. Ils étaient secs.

 

L'eau accumulée au niveau du Donjon provient d'une source alimentant jadis la citerne aménagée sous la Tour du Puits.








Un tel ensemble, même à l’état de ruines, mériterait mieux que l’abandon. Il est pourtant classé depuis longtemps, ce qui lui a  au moins permis de ne pas être rasé. Le fait qu'à part l'ensemble du Donjon, tous les vestiges soient morcelés sur des dizaines de propriétés privées rend pratiquement impossible toute opération d'envergure. Il faudrait alors exproprier pratiquement tous les habitants de St-Verain!

 

Les informations historiques proviennent de l'ouvrage "la Cité féodale de St-Verain au Moyen-Age", par Rémy Fouchard.


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:12
En consultant les informations concernant la fréquentation de mon blog (visibles par le seul animateur du blog), j'ai activé un lien qui m'a renvoyé vers... un de mes articles publié dans son intégralité sur un autre blog!

En l'occurence, le "Vrai Blog de Brigitte Bardot" a jugé l'article que j'avais écrit sur Serge Gainsbourg digne de figurer dans ses colonnes!

Ma première réaction fut l'étonnement. En effet, si j'utilise régulièrement, pour illustrer mes propres articles, des images "piquées sur le web", ainsi que certaines informations de même provenance, il ne me viendrait jamais à l'idée de recopier intégralement ne serait-ce qu'un paragraphe du travail de quelqu'un d'autre.

Ensuite, je me dis que, si mon article avait l'honneur de figurer sur ce site visiblement animé  par un passionné de la star des années 60, c'est qu'il avait fait l'objet d'une rigoureuse sélection, et que je devais considérer cette publication comme un compliment. Ce que m'a confirmé, en commentaire, Bruno Ricard, l'animateur du Vrai Blog de Brigitte Bardot. Cette coutume s'appelle la "Net-Etiquette".

bardot-balkany
En tous cas, j'ai appris sur ce site que Brigitte Bardot a formellement démenti les allégations de Patrick Balkany, qui prétendait avoir passé une nuit avec elle.

Une bonne claque pour ce gros con!



Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 14:17

 

 

Serge+Gainsbourg jeune



Qu’elles soient drôles ou sentimentales comme le Poinçonneur des Lilas, la chanson de Prévert, Melody Nelson, Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve, je suis venu te dire que je m’en vais, ou coquines comme les Sucettes,   je t’aime moi non plus, la Décadanse, Variations sur Marilou, toutes ses chansons étaient l’antithèse de la banalité.

 

 

 

 

 

 

 

Gainsbourg Birkin


Il a écrit pour les plus grandes, de Brigitte Bardot à Vanessa Paradis, en passant par Juliette Gréco, France Gall, Régine, Françoise Hardy et bien d’autres, sans oublier bien sûr Jane Birkin !

 



Parfois à court d’inspiration, surtout dans ses dernières années, il a toujours réussi à éviter la médiocrité et la vulgarité.


 

bardot sg


L’homme qui se considérait comme le plus laid de la planète eut une histoire d’amour avec celle qui passait en son temps pour la plus belle femme du monde .

 




.Personnage fascinant et provocateur, tantôt touchant, tantôt carrément insupportable, il est toujours resté lui-même, vivant à l’écart de la mode et de la « politique correction ». Par son intelligence et son talent, il avait su transcender ses complexes pour séduire les femmes auxquelles même les plus beaux garçons n’osaient rêver.

 

tetedechouAfin d’exorciser tout ce qu’il détestait en lui, il avait créé le personnage cynique et dérisoire de Gainsbarre, qui finit malheureusement par prendre le dessus.


L’ « Homme à tête de Chou » est parti le 1er mars 1991 à l’âge où d’autres, aujourd’hui, devraient comprendre qu’il est temps d’arrêter.

 




serge-gainsbourg-1970



Parti sans héritier « artistique », preuve, s'il en est besoin, de son immense talent !

 

 

 

Merci à France 3 de l'avoir ressucité hier l'espace d'une soirée...


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche