Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 19:24
Un logo oublié...

Il y a quelques années, j’avais présenté les 3 gares de Saint-Satur. Pour mémoire, revoici celle de la ligne Bourges-Cosne avec, en arrière-plan, Sancerre.

Un logo oublié...

Les passagers en attente en direction de Cosne (la ligne était initialement à double voie) disposaient d’un abri en maçonnerie, toujours présent aujourd’hui.

Un logo oublié...

Les concepteurs de cet abri l’avaient voulu largement ouvert côté voies. C’est pourquoi sa toiture repose sur une sablière en trois éléments, dont les jointures s’appuient sur deux élégantes colonnes de fonte. Et, contrairement à nos abris-bus modernes, les murs descendent jusqu’en bas. On prenait alors soin des voyageurs, même en attente…

Un logo oublié...

Lors d’une récente visite, mon attention fut attirée par des fresques peintes sur les murs, à l’intérieur de l’abri. Si les années ont bien abîmé ces « œuvres », un œil attentif pourra cependant deviner ici le cadre d’une publicité vantant probablement les prouesses du chemin de fer (enfin, il y a un certain temps…).

Un logo oublié...

Là, ce losange, en y regardant bien, contient les lettres « P0 M PO », le second « P » étant inversé. Il s’agit là des initiales de la compagnie Paris-Orléans-Midi, produit de la fusion en 1934 des compagnies du Paris-Orléans et du Midi. Cette entité eut une existence des plus brèves, puisque la SNCF l’absorba lors de sa création en 1938. Ce logo a donc été peint entre 1934 et 1937.

Un logo oublié...

Dans le Sancerrois, du moins pour ceux qui ont déjà un peu de route derrière eux, le pont ferroviaire enjambant la Loire entre Bannay et Port-Aubry est souvent appelé « Pont du P-O », ultime souvenir de cette époque.

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 08:29

Un ex-ministre de l'intérieur prend des libertés avec le code de la route.

Le maire d'une agréable petite commune que je connais très bien (non, ce n'est pas Veaugues) est persécuté par la justice...

Candidat aux Municipales de 2014, puis réélu dès le premier tour...

démissionne, et est mis en garde-à-vue, à nouveau condamné pour ses "affaires"...

Voilà qui fait désordre!

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 19:10
Troisième vie pour la gare...

Le 29 Mai 1908 était inauguré l’embranchement de la Compagnie Générale des Chemins de Fer Economiques qui reliait Neuilly Moulin Jamet à Saint-Satur. Outre les gares intermédiaires de Crézancy et Bué, elle desservait Sancerre, où la gare, baptisée Sancerre-Ville, était implantée près de la route de Bourges.

Troisième vie pour la gare...

Ici, un aller simple 2nde classe à destination de Neuilly Moulin Jamet.

Troisième vie pour la gare...

Un aller-retour pour Crézancy.

Troisième vie pour la gare...

Après la fermeture de la ligne le 15 Août 1948, les emprises de la gare de Sancerre-Ville furent affectées à la subdivision de Sancerre de la Direction Départementale des Routes, qui y installa ses bureaux. Seconde vie, donc, pour ce bâtiment alors quadragénaire.

Vers 2010, les services de l’entretien routier furent transférés… dans les emprises de l’ancienne gare SNCF de Sancerre (ligne de Cosne à Bourges), libérant ainsi l’ex-gare du Tacot.

Troisième vie pour la gare...

Devenu plus que centenaire, la vaillante petite gare a subi une transformation de plus, et accueille depuis peu le Pôle de la Petite Enfance. Après les petits trains, puis les camions orange, place aux enfants ! La petite gare est repartie pour une troisième vie…

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 17:38
Matou perdu...

Un appel à l'aide vient de me parvenir... Merci à celles et ceux qui l'entendront!

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 12:10
L'écluse de Boisrond, à Bannay.

Tout ayant une fin, j’ai dû me résoudre à changer mes pneus arrière au bout de 108.019 kms. Pendant que les hommes de l’art s’affairent, je pars profiter de cette belle journée de Printemps qui m’amène devant l’écluse de Boisrond, à Bannay. Elle tire son nom du domaine de Boisrond, dont on devine le porche à l'extrême-gauche de la photo, qui fut longtemps la propriété des Gevry, puis des Foucault.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

La maison éclusière d’origine, construite avec le canal en 1838. Comme les maisonnettes de garde-barrières des chemins de fer, elle abritait l’éclusier et sa famille.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

Une plaque émaillée indique la distance avec les écluses suivantes, Thauvenay (écluse du Guénetin) en amont, et Le Peseau en aval ; eh oui, les canaux ont une pente ! Si St-Thibault est indiqué, c'est parce que l'on y rencontre le Canal de Jonction qui permettait de passer du Canal Latéral à la Loire; son accès est libre, mais une écluse le ferme, côté Loire.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

Le sas de l’écluse, vu en direction du Sud. La maison éclusière est aujourd’hui remplacée par un bâtiment en bois qu’on devine à l’extrême-gauche.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

Les portes aval du sas. Le niveau de l’eau indique que le dernier bateau est sorti vers l’aval.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

Les voici de plus près. Afin d’obtenir la meilleure étanchéité possible, elles forment un angle lorsqu’elles sont fermées ; ainsi, la poussée de l’eau lorsque le sas est plein tend à les maintenir fermées.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

Ici, la manœuvre se fait à la manivelle, et par les utilisateurs eux-mêmes. Seuls les plaisanciers l’empruntent aujourd’hui.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

L’ouvrage vu depuis le Nord, en venant de Cosne.

L'écluse de Boisrond, à Bannay.

En se tournant de l’autre côté, on aperçoit le pont de l’ancienne ligne SNCF, fermée à tout trafic en 1999. A l’origine, la route Cosne-Bourges (alors Nationale 455) passait tout au bord du canal, à gauche ; vers 1980, un nouveau pont en béton (à gauche sur la photo) fut aménagé sous la voie pour rectifier le tracé de la route. Sur la droite du canal, le chemin de halage.

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 08:33
Surprise de printemps

En déforcissant des Batavias hier, j'ai eu la surprise de découvrir ces deux Morilles. Contrairement aux années précédentes qui ont vu un début de Printemps trop sec, les conditions cette année sont idéales. Les températures relativement douces annoncées pour les jours à venir, associées à un sol humide, devraient réserver d'autres découvertes du genre...

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 08:29

Pour cet article, j'ai préféré la solution de la facilité, en vous proposant un lien vers l'excellent article de Gilblog concernant le projet déraisonnable de "TGV Grand Centre"

http://www.gilblog.fr/berry_blog/samedi-7-mai-pocl--non.html

Je rappelle que la meilleure façon de faire entendre sa voix est d'adhérer à l'association "NON au POCL; Oui aux Alternatives", ou tout au moins de signer la pétition. Plus cette dernière comportera de signatures, plus la lutte sera crédible. Après, il sera trop tard pour pleurer...

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 08:30

Les habitués de ce blog ont depuis longtemps compris que Veaugues était une petite commune rurale tranquille, sur la vie de laquelle son auteur ouvrait épisodiquement une fenêtre…

Cette fois, je vous propose d’en découvrir toutes les statistiques, grâce à l’excellente étude réalisée par les services de l’INSEE. Situation matrimoniale et professionnelle, tranches d’âge, logement, niveau d’instruction et de qualification, etc…

Veaugues en statistiques...

L’évolution du nombre d’habitants depuis 1800 (source INSEE). Le pic des années 1890 correspond au chantier de construction de la ligne de chemin de fer Bourges-Cosne.

Tout y est passé au peigne fin à part, bien sûr, les petites anecdotes croustillantes qui font toute la saveur de la vie à la campagne. Une bonne idée pour occuper un week-end qui s’annonce particulièrement maussade !

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 09:04

Vous cherchez un travail qui vous permettra de vous épanouir dans une ambiance idéale ? La Municipalité de Veaugues vous offre cette occasion rêvée !

Outre les compétences indispensables afférentes au poste, le libellé de l’offre stipule que le (la) candidat(e) devra être aimable. Mais ne vous inquiétez pas, l’amabilité de Mme Chestier est contagieuse !

En effet, la gentillesse légendaire, unanimement reconnue, de Madame le Maire, l’empathie qu’elle manifeste aussi bien à l’égard de ses employés que de ses administrés, sa bienveillance, sa sincérité et sa bonne humeur feront de vos journées de travail un pur bonheur !

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 18:23
La ruelle sans nom...

Si la « Voie Romaine », présentée comme telle par son Syndicat Viticole, n’a de romain que le nom, le village de Pouilly possède de nombreuses et curieuses ruelles établies entre les propriétés.

La ruelle sans nom...

Je décide d’en explorer une, qui part devant les locaux d’un ancien marchand de matériaux et d’engrais qui a gardé toute sa saveur d’antan…

La ruelle sans nom...

Qui pouvait être ce Laubespin ? Un ancien maire de la commune ? En tous cas, cette avenue concentre les médecins du secteur.

La ruelle sans nom...

Logiquement, cette ruelle devrait me permettre de rallier l’autre extrémité de l’Avenue Laubespin, moyennant un petit détour, et me ramener à mon cheval de fer…

La ruelle sans nom...

N’excédant pas un mètre, sa largeur permettrait tout au plus à un cycliste de s’y aventurer, tout croisement se révélant alors problématique…

La ruelle sans nom...

L’obscurité quasi-permanente qui y règne en fait un terreau idéal pour les fougères, qui fuient la lumière…

La ruelle sans nom...

Au bout d’une centaine de mètres entre deux murs, d’anciens jardins s’ouvrent sur la gauche de la sente. Probablement pour éviter de passer trop en profondeur, la racine d’un Sycomore a préféré enjamber une bordure de pierre (peut-être vestige d’un ancien mur)…

La ruelle sans nom...

Au bout de 150 mètres, la ruelle débouche sur des jardins, mais reste un cul-de-sac. Demi-tour donc ! Je me demande bien qui en sont les utilisateurs, et quelle doit y être l’ambiance après la tombée de la nuit…

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche