Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 11:28

L’été, c’est bien sûr la saison du farniente, mais aussi le début de celle des légumes et fruits du jardin. Après des mois d’attente, de binage, et de désespoir quand, comme cette année, il ne tombe pas une goutte de pluie (ou presque) du Printemps, c’est l’abondance…

 

1-Aubergines-2011-08-21.JPG

 

 

 

 

 

Ici, ce sont les Aubergines qui, grâce à l’ensoleillement exceptionnel du Printemps et aux récentes pluies, sont en pleine forme… Ici, dans la ratatouille, tout vient du jardin!

 

 

 

 

 


 


2-cornouilles-2011-08-18--2-.JPG

Les Cornouilles, probablement pour les mêmes raisons, ont un bon mois d’avance ! Les pots de gelée commencent à s’aligner dans leur placard.

 

3-anemones-japon.jpg

 

 

 

 

 

L’Anémone du Japon fleurit d’Août aux gelées ; il en existe aussi des blanches et d’autres d’un rouge plus soutenu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4-Dahlias-decharge-2011-08-18--2-.JPG

Là, surprise, ce splendide Dahlia met une note de couleur dans une décharge de gravats, et ce sans les soins d’aucun jardinier !

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 09:11

 

Frimousse-2011-08-20.JPG

... et le repos semble la meilleure parade pour lutter contre la chaleur!

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 09:33

Celles de France-Télécom, pas les miennes, et le fait est suffisamment rare pour être signalé! Le différend concernait la réactivation d'une ligne "résidence secondaire" chez un ami. En bref, la facture avait été réactivée, mais pas la ligne... Après m'avoir baladé de service en service, ces derniers se renvoyant la balle comme d'habitude, ils avaient promis de "faire un geste commercial". Eh oui, chez France-Télécom, c'est ainsi qu'on nomme un remboursement, car cette entreprise n'a pas pour habitude de reconnaître ses torts.

 

 

Lettre-France-Telecom.jpg

Toujours est-il que, à sa grande surprise, l'abonné concerné a reçu une lettre dans laquelle France-Télécom reconnaissaient leurs manquements aux termes du contrat, et indiquaient qu'ils allaient rembourser la somme indûment prélevée. Le début d'une nouvelle ère dans le monde sans scrupules de la téléphonie? A voir...

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 09:08

L’architecte Charles Guillard est né à La Charité sur Loire en 1821, et son travail a marqué l’architecture du Sancerrois tout au long de la seconde moitié du XIXème siècle. Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts e Paris en 1848, il effectua toute sa carrière comme Architecte de l’Arrondissement de Sancerre (qui fut sous-préfecture jusqu’en 1926), poste auquel il sera nommé le 28 Décembre 1848, et qu’il occupera durant près de 60 ans !

 

Il reconstruisit notamment entièrement 5 églises, dont Bué, Thauvenay, Beffes, Gardefort, sans parler de celles qu’il a agrandies ou transformées (Jalognes, Azy, Couy, Le Noyer, Sancerre). Pas moins de 46 écoles publiques sont également de sa facture.

 

1-presbytere-Veaugues.JPG

 

 

 

A Veaugues, Guillard remania profondément le presbytère, qui fut réhaussé et flanqué de deux ailes (1870). C’est dans cet état qu’il nous est parvenu.

 

 

 

 


 

2-preau-Veaugues.JPG

 

 

 

Il construisit également le préau de l’école des garçons en 1866. Il effectua également des travaux d’agrandissement à l’Hospice (1863), ainsi qu’à l’école de filles, dont l’emplacement exact ne nous est pas connu avec certitude (peut-être dans les emprises de l’Hospice).

 

 

 

 

3-eglise-Jalognes.JPG

 

 

 

 

 

Charles Guillard obtint aussi le marché de la quasi-reconstruction de l’église de Jalognes en 1863. Des malfaçons (lézardes dans la voûte) conduisirent à la fermeture de l’église en 1868, et la commune attaqua l’architecte, qui se retourna contre l’entrepreneur. Après remplacement de l’entreprise de maçonnerie, l’édifice ne fut finalement terminé avec l’édification du clocher qu’en 1875.


 

4-eglise-Bue.JPG

 

 

 

 

 

A Bué, l’église était devenue beaucoup trop petite, et il fut décidé de la reconstruire entièrement sur un autre emplacement. Ce chantier fut confié à Guillard, et la nouvelle église consacrée le 6 Décembre 1871, bien que certains travaux n’aient pas été achevés, comme le perron.

 

 

 

 

 


 5-expo-Guillard-.JPG

Le nouveau cimetière de Sancerre fut aménagé 1860, puis agrandi en 1877 et 1896. Les pierres utilisées proviennent de carrières locales pour les moëllons, et de Suilly la Tour et Bulcy (Malvaux) pour les pierres de taille. Suite à la demande du curé Peny, il fut décidé que Catholiques et Protestants auraient chacun son entrée, ce qui explique la présence de deux portails. Aujourd’hui, seul celui de gauche (celui des Catholiques) sert encore. En 1877, une maison de garde fut ajoutée, pour loger le gardien du cimetière, ainsi qu’un hangar destiné à abriter les employés et les visiteurs en cas d’intempéries.

 

6-expo-Guillard.JPG

 

 

Les grossistes qui entraient dans Sancerre pour y livrer des marchandises aux commerçants, devaient acquitter un droit d’octroi (taxe de l’ordre de 1% de la valeur de biens concernés). Jusque vers 1900, sancerre comportait 4 octrois, qui furent remplacés par deux établissements. L’un se situait en contrebas de St-Romble, et l’autre, représenté ici, à la Croix Saint-Ladre, route de Bourges.

 

 

 

 

7-la-halle.jpg

 

 

On lui doit aussi, entre autres, la construction à Sancerre du groupe scolaire de la Porte-César (vers 1885), et de la Halle (1884). Cette dernière, en maçonnerie et charpente, était plus petite que la précédente, afin de faciliter la circulation. Elle fut démolie vers 1980 pour laisser place à la « Nouvelle Place », dont la conception n’a pas dû faire trop fumer les méninges de ses géniteurs…

 


 8-expo-Guillard-.JPG

En 1869, Charles Guillard s’installe à Sancerre dans une belle maison qu’il a fait construire. Somptueusement décorée, elle est entourée d’un jardin agrémenté de plantes rares et d’une fontaine. C’est aujourd’hui le siège de la MSA.

 

9-expo-Guillard.JPG

 

 

 

 

Une passionnante exposition conçue, réalisée et présentée par Simon Maudry, qui se fera un plaisir de vous expliquer et commenter son travail agréablement illustré de nombreux plans et photos Elle est visible à Sancerre (esplanade derrière la mairie) jusqu’au 28 Août. Horaires 10h-12h ; 15h-19h ; fermé le mardi.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 09:36

Lagarde.jpg

 

Notre ex-Ministre des Finances Christine Lagarde, fraîchement promue à la tête du FMI en remplacement de DSK, a déjà une affaire qui lui colle aux baskets. On lui reproche d’avoir confié l’arbitrage final de l’affaire Tapie / Crédit Lyonnais à un « tribunal privé » en 2008, et déconseillé à qui que ce soit d'en contester le résultat.

 

Mais, au fait, quel est exactement ce préjudice moral subi par ce pauvre Tapie, et dont la réparation a été évaluée à 45 millions d’Euros ?

 


 

Tapie.jpg

 

 

 

En 1990, Tapie rachète Adidas, alors en mauvaise posture, pour 1,6 milliard de Francs (244 millions d’Euros), somme réunie par un prêt auprès de plusieurs banques dont le Crédit Lyonnais (devenu depuis LCL). Après une restructuration musclée, dont de nombreuses délocalisations, Adidas renoue rapidement avec les profits.

 

 

 


LCL

Le 15 février 1993, pour la somme de 2,085 milliards de francs (315,5 millions d'euros), l'entreprise est revendue par l'intermédiaire du Crédit Lyonnais à un groupe d'investisseurs. La suite de l’histoire permettra de découvrir que le Crédit Lyonnais a usé de montages aussi compliqués qu’étranges pour dissimuler à Tapie qu’il aurait pu vendre son affaire 4,6 milliards de Francs, le privant donc d’une conséquente plus-value.

 

 

Tapie-2.jpg

 

Le fond de cette histoire compliquée est que Tapie a bien été floué par le Crédit Lyonnais et divers associés lorsqu’il a revendu Adidas. Une plus-value se chiffrant en centaines de milliers d’Euros lui a échappé. Ses adversaires useront effectivement des méthodes les plus viles dans les procès qui s’enchaîneront durant 14 ans, et qui se concluront par le fameux arbitrage et l’allocation d’une somme de 45 millions d’Euros au titre du « préjudice moral », en plus d’une indemnisation pour le manque à gagner.

 

Cette somme sera réglée par le CDR (consortium de réalisation), structure destinée à liquider les actifs douteux du Crédit lyonnais, et dont le financement est assuré par l'EPFR (établissement public de financement et de restructuration), alimenté par les crédits budgétaires de l'État, donc par le contribuable. En fait, nous, simples citoyens.

 

Petite précision, le séjour en prison de Tapie se situe dans la triste affaire V-A/O-M, et n’a rien à voir avec Adidas et les 45 millions de « préjudice moral ».

 

Dils.jpg

 

 

 

 

Patrick Dils, lui, a fait 15 ans de prison pour un meurtre qu’il n’avait pas commis. Il a touché 1 million d’euros pour réparer son préjudice moral, celui d’une vie brisée dès l’âge de 16 ans par une erreur judiciare.

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 08:14

bolet-2011-08-07.JPG

 

"Je ne suis pas né de la dernière pluie!" C'est la réponse classique de quiconque se sentant injustement accusé de naïveté. Par contre, ce sont bien les toutes récentes et salvatrices pluies qui ont fait pousser ce Bolet d'une espèce voisine du Satan , et toute aussi indigeste que lui.

 

Si le terrain calcaire des bois de Veaugues porte une flore ligneuse exceptionnellement riche avec, entre autres, l'Alisier Hybride dont le responsable local de l'ONF m'a dit qu'il n'était connu qu'ici, sa flore mycologique est par contre d'une affligeante pauvreté. Quelques Morilles dans les jardins des plus chanceux lors des printemps pluvieux, et des Pieds-de-Mouton en Octobre-Novembre les bonnes années. A part ça, que des trucs immangeables. Alors attention aux indigestions...

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 15:23

L’Office de Tourisme de Bourges présente jusqu’au 18 Septembre une exposition de maquettes de maisons médiévales berrichonnes construites par M. Boistel, artisan en restauration du patrimoine-pierre.

 

1-Expo-Boistel.JPGL’exposition comporte deux « pâtés » de maisons, dont les époques de construction s’étagent du XIIème au XVème siècles. L’auteur a utilisé les mêmes matériaux que les maçons : pierre, bois et torchis. Pas de plastique ! ici, nous sommes sur un chantier de construction, avec les matériaux en attente, et tout le matériel des bâtisseurs.

 

2 Expo Boistel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certaines parties sont montrées en cours de construction, afin de mieux voir l’intérieur, qui est aussi soigné que les façades…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3-Expo-Boistel.JPG

 

 

 

 

 

 

Ici, une porte avec son linteau en accolade du XVème siècle. Difficile d’imaginer que nous sommes en présence d’une maquette !

 

 

 

 

 


 

4-expo-Boistel.JPG 

 

 

 

A l’étage, deux fenêtres aux jambages torsadés, comme on peut en voir à Bourges ou Aubigny. Les vitrages de l’époque étaient réalisés par assemblage au plomb de petits carreaux.

 

 

 

 

 

5-Expo-Boistel.JPG

Voici le second « pâté », dont la partie au premier plan représente une échoppe moyenâgeuse. La présentation permet d’admirer les cheminées dans les étages, toutes sculptées dans le calcaire !

 

6-Expo-Boistel.JPG

Sur l’autre face, c’est la charpente qui est apparente. Un travail exceptionnel qui ravira tous les passionnés d’histoire, du patrimoine bâti ou tout simplement des belles choses.

 

7-expo-Boistel.JPG

 

 

 

 

Une autre échoppe de commerçant. L’abattant en bois était déplié au-dehors, et servait à présenter la marchandise.

 

 

 

 

 

 

Les visiteurs curieux ne seront pas en reste, une étudiante aussi agréable que compétente se faisant un plaisir d’apporter une réponse à toute question. Une exposition à ne manquer sous aucun prétexte!

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 08:29

rep-12-1192.JPG

 

 

 

 

 

Un premier Avril, on aurait parié pour un montage effectué grâce à un logiciel de traitement d'images bien connu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rep-12-1193.JPG

Eh bien non! Ce panneau existe bel et bien, et nul doute qu'il doit figurer sur l'interminable liste que doivent apprendre à connaître les candidats au permis. Contrairement à celle de Sancerre, la municipalité de Cosne fait preuve de plus de considération envers les handicapés moteurs, qui disposent d'un emplacement réservé pour la pêche. Ils peuvent s'installer tranquillementau bord du Nohain, près de la nouvelle salle de sports, pour tendre leurs gaules. Un bon point pour cette initiative!

 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 15:06

1-Ferme-1970.jpg

L’entrée du site de Vesvre en 1973, alors que le bâtiment de la chèvrerie était encore intact.

 

2-entree-2006.JPG

 

 

 

 

En 2006, alors que la toiture de la Tour a été refaite à neuf quelques années plus tôt, les maçons travaillent sur les façades, dont les parements avaient été partiellement arrachés par les intempéries et le lierre…

 

 

 

 

 

3-vue-globale-1500.jpg

La ferme de Vesvre, construite vers 1500 par la famille de Fontenay, comprenait divers bâtiments d’exploitation, un pigeonnier, et deux tourelles d’entrée. (Vue virtuelle de Denis Fargeot).

 

4-Pigeonnier-v.-1970.JPG

 

 

Le pigeonnier vers 1965. Il possédait encore sa toiture, et une mare occupait une partie de la cour. Privilège seigneurial, le droit de colombier était un apanage des seigneurs. Il devait abriter autant de couples de pigeons que le domaine comportait d'arpents (1 arpent = 4500 m²). Celui-ci possède 880 trous.


 

 

 

 

5-grange-2006.JPG

 

 

 

 

En 2006, cette grange située au bord de la route possédait encore une partie de sa toiture, qui sera soufflée par un coup de vent en Février 2008.


 

 

 

 

 

6-porterie-ferme.JPG

Ce qui reste de l’ancienne entrée de la cour de ferme. Si la tourelle date du XVIème siècle, le petit bâtiment qui lui est accolé a été profondément remanié.

 

7-ferme-2008.JPG

 

 

 

La ferme en 2008. La toiture du pigeonnier a été démontée par précaution.

 

 

 

 

 

 

8-poutres-Vesvre-2011-07-26--1-.JPG

 

 

 

 

Un programme de reconstruction de la grange a été décidé par la commune, propriétaire du site, afin d’y installer une salle « multiculturelle » qui aura vocation à recevoir des conférences, expositions, stages, séminaires, etc…

 

 

 

 

 

9-poutres-Vesvre-2011-07-26--2-.JPG

L’entreprise chargée des travaux, qui viennent de débuter, n’a pas fait dans la dentelle : des poutres de près de 10 mètres de long, et d’une section de 45 centimètres, vieilles de 500 ans et toujours saines, ont été purement et simplement tronçonnées en bouts d’un mètre cinquante. La raison financière a primé sur toute considération historique ou sentimentale, alors que ces poutres auraient pu soit être entreposées en vue de travaux ultérieurs, soit être revendues. Regrettable, quand on sait que, sur un tel site classé, il est interdit à toute personne non dûment mandatée de donner le moindre coup de pioche !

 


 

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 14:31

1-Motte-Beaujeu-vue-generale-SE.jpg

La Motte de Beaujeu (vue ici depuis le Sud-Est) est implantée sur le versant Est de la Forêt de Beaujeu, et domine la vallée de la Sauldre. La vue, très étendue, porte jusqu’au village de Sens, sur la rive opposée, et à la Tour de Vesvre, au Sud-est.

 

2-situation.jpg

 

 

Le lieu-dit nommé « la Motte » est en fait la ferme relevant du château. La motte dont il est question ici est nommée sur les cartes « château de la Motte »… Beaujeu, branche cadette des Sully qui étendent leur influence jusqu'aux portes du Bourbonnais au XIIIe siècle, apparaît dans les textes dès 1151. Le chevalier Eudes de Sully, seigneur de Beaujeu (donc pas un grade très élevé dans l'aristocratie locale, juste un petit féodal), est cité en 1201. (source O. Trotignon).


 

 

3 Motte Beaujeu vue aérienne

Cette vue aérienne, prise dans la même direction que la photo précédente, montre bien les terrassements considérables effectués lors de l’érection du tertre. En-dessous de la Motte, une plateforme secondaire moins élevée devait abriter la basse-cour.

 

 

4-terrassements.JPG

 

 

Toujours orientée dans le même sens, cette modélisation 3D de Denis Fargeot reprend tous ces travaux. A l’origine, la motte était plus élevée, et a été partiellement arasée, probablement au XIVème siècle, pour y construire les bâtiments que nous voyons aujourd’hui.

 

 

 

5 coupe motte seuly

 

Pour compléter la vue précédente, notre ami Denis a réalisé cette coupe très explicite…

 


6--plan-motte-blog-1.jpg

 

 

 

Plan des lieux datant probablement du XVIIème siècle. La ferme de la Motte est en bas, à droite. On remarque que plusieurs bâtiments « en dur » occupent la plateforme de la Motte, qui est ceinte d’une palissade ou d’un mur.

 

 

 

 

 

7-Motte-Beaujeu-vue-NW.JPG

 

 

 

 

Vue prise du Nord-Ouest. Les bâtiments d’habitation actuels sont sur la gauche ; à droite, une grange qui ne figurait pas sur le cadastre de 1825.

 

 

 

 

 

8-Motte-Beaujeu-vue-NE.JPG

 

 

 

 

C’est au Nord-Est que le talus de la Motte est le plus visible.

 

 

 

 

 

 

9-Caves.jpg

 

 

 

 

La partie Est des actuels bâtiments d’habitation est la plus ancienne, et a été construite sur des caves datées du XIVème siècle. Les élévations ne présentent plus rien d’ancien.

 

 

 

 

 

10--reconstitution.jpg

 

Lors de son érection, vers les Xème ou XIème siècles, la motte portait vraisemblablement une fortification en bois et torchis, et était protégée par une ou plusieurs clôtures de pieux acérés. La basse-cour, au Sud du tertre, comportait des bâtiments d’exploitation, et était aussi protégée d’une enceinte de pieux. Tous ces bâtiments furent probablement abandonnés lorsque les Seigneurs de Beaujeu quittèrent la Motte pour le château du Vieux-Beaujeu, qu’ils firent construire vers 1300. Le sommet de la Motte fut alors arasé pour permettre la construction d’un petit logis de pierre, dont il ne reste aujourd’hui que les caves. Reconstitution 3D de Denis Fargeot.

 

Je tiens tout particulièrement à remercier Monsieur et Madame Thirot, propriétaires de la Motte, qui nous ont très gentiment reçus et permis de copier les documents en leur possession.

 


 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche