Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 08:45

briques-Roland--1-.JPG

Roland, un retraité du Sancerrois, s’amusait autrefois à récupérer dans les multiples dépotoirs de son coin les briques estampillées. Il en a aujourd’hui toute une collection qui nous rappelle l’existence de ces innombrables briqueteries et tuilerie, souvent très petite, la plupart disparues depuis longtemps.

 

Tuilerie-de-la-Rive--Sancergues-.jpg

Ici, la Tuilerie de la Rive, à St-Martin des Champs, vers 1900. On voit le four au milieu de la cour.

 

briques-Roland--2-.JPG

Deux produits de la Tuilerie Berger, d’Argent (sur Sauldre). Cette localité possède encore un établissement spécialisé dans les « tomettes à l’ancienne ».

 

briques-Roland--3-.JPG

La maison Jacquet, à Azy. Cette commune de la Champagne Berrichonne présente de nombreuses poches superficielles d’argile, qui furent autrefois exploitées par de très petits établissements.

 

Tuilerie-St-Martin-des-Champs-1.jpg

A nouveau la Tuilerie de la Rive, après sa modernisation au début du XIXème siècle. Les bâtiments ont été rasés il y a une vingtaine d’années ; seule la cheminée a été préservée, pour rappeler le passé industriel de ce village situé près de Sancergues, sur la RN 151.

 

briques Roland (4)

Deux ateliers de noms différents, mais tous deux localisés à « la Folie ». On désignait autrefois sous ce noms des maisons à l’écart des villages où on parquait ceux et celles qui, en raison de handicaps mentaux, ne pouvaient être « productifs », et que leurs familles ne souhaitaient garder à la maison. Il a existé au milieu du XIXème siècle une tuilerie à la « Folie » de Gardefort, sur la route de Jalognes ; l’une de ces briques en provient-elle ?

 

briques-Roland--5-.JPG

Le village de La Borne est plus connu aujourd’hui pour ses créations artistiques, mais était jadis avant tout un grand centre de production de poteries utilitaires, de briques, tuiles, tomettes et carreaux de toutes formes et couleurs. En voici un petit échantillonnage…

 

briques-Roland--6-.JPG

La Tuilerie de la Maison Neuve est probablement une des dernières à avoir fonctionné, jusque vers 1940, et ses produits se retrouvent en grandes quantités dans nos constructions. J’en ai moi-même récupéré, et réutilisé beaucoup, leur offrant ainsi deux, voire parfois trois vies !

 

 

Tuilerie-Maison-neuve-2013-copie-1.jpg

Cet établissement était situé sur le bord de la RN 151 entre La Charité et Sancergues. Voici de qu’il en reste aujourd’hui.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Bravo Roland
il faut sauver notre patrimoine et les briques estampillées en font parti.
je m'intéresse aux briqueteries de la région toulousaine et peux te communiquer quelques dossiers passionants sur le sujet. cordialement Jacques
Répondre
S
Merci! J'envisageais un moment de faire des recherches sur ce sujet, mais l'information disponible aux Archives Départementales est très mince! Il n'y a rien de bien convaincant dans les séries consacrées à l'industrie, et on glane quelques infos tout-à-fait par hasard. Ces briqueteries étaient très nombreuses, souvent très petites et tournant une petite partie de l'année; de plus, certaines ont fonctionné juste le temps d'épuiser une poche d'argile locale.

Je te remercie cependant pour ta proposition, et suis bien entendu preneur si tu as quoi que ce soit concernant mon secteur! Bon dimanche et merci pour ta visite!ù
L
bonjour j ai environs 180 briques du 58 03 71 42 18 36
et une briques lauvergeon a lucenay les aix 58
bonne annee a bientot
Répondre
S
Intéressant! J'avais l'intention de travailler sur l'historique de l'industrie tuilière et briquetière de mon secteur, mais la collecte d'informations semble plus ardue que je l'imaginais; c'est donc, au mieux, reporté. Merci de votre visite!

Curieusement, vous résidez à un jet de pierre du village d'où était originaire ma grand-mère maternelle: Chézy!
P

J'ai déjà aperçu des briques semblables, lorsque j'ai aidé un ami à restaurer une ancienne maison de rue. Certaines ont été également réutilisées, c'était du costaud. Bon dimanche.
Répondre
S


Oui, les briques sont faites pour durer. Le plus difficile est alors souvent de décoller le mortier qui les liait dans leur "première vie"! Merci de ton passage, et bonne semaine à toi.



V

Un Vestiges du 18 à conserver! très intèressant
Répondre
S


Oui, car cette industrie a marqué nos campagnes durant une bonne centaine d'années!



M

bonjour


Intéressant le sujet de la brique ,construction noble ... une grande partie de ma region fut reconstruite en brique apres la premiere guerre mondiale ....Le parement de brique arrive bien plus
tard  dans les années 50 !


Amities je vais rallumer la cheminée  vue la temperature de ce matin 4 °
Répondre
S


Ici, la brique pleine (22 x 11 x 5) fut uniquement utilisée pour les cheminées (foyer et conduit), les fours à pains jusque vers 1870 environ. Ensuite, son usage fut étendu aux les chaînages
d'angles des bâtiments et tableaux d'ouvertures. A la même époque sont arrivées les briques plates creuses pour les planchers de greniers et les cloisons intérieures, ainsi que les briques
creuses (9 ou 12 canaux) pour les murs. Beaucoup de ces petites usines fabriquaient des tuiles (plates, puis "mécaniques"), et des tomettes carrées. Tous ces matériaux sont aujourd'hui considérés
comme du luxe, et les prix sont en conséquence...



L

Fais attention en ces temps de dévoilement de patrimoine et d'ISF surprise il est peut-être risquer d'avouer que tu possède autant de briques, non? Enfin du moment qu'elles ne sont pas sur un
compte en Suisse...
Répondre
S


Je ferai part de tes conseils à Roland, bien que ce dernier me semble plus porté sur l'investissement cérébral que matériel. Ces briques semblent sa seule richesse, mais après tout peut-être
cache-t-il bein son jeu, en ont-elles un coeur en or...



C

Un superbe passage sur notre patrimoine industriel


A bientôt
Répondre
S


Autrefois, on produisait tout au plus près, car le transport était peu pratique et cher. Maintenant, on n'hésite pas à faire venir de très loin...



A

Sur ta dernière photo, juste en face de l'autre coté de la route, il reste un petit morceau d'architecture fait en brique qui pourrait être un séchoir ? Faudrait que je prenne mon appareil photo
car je passe devant 6 jours de la semaine et même les lundi et mardi je m'y arrête (en plus de la tournée habituelle).
En tout les cas, je vois encore des descendants des lauvergeon souvent, mais qui ne sont plus dans le même corps de métier.


A pluche. 
Répondre
S


Si tu peux en savoir plus sur l'histoire de ce lieu, ça m'intéresse! A noter que les produits des tuileries de la Rive (sortie de St-Martin, à droite) et de la Maison Neuve étaient toutes deux
estampillées Lauverjon; par contre, rien ne nous dit s'il s'agissait du même propriétaire ou de cousins distants...



S

Beau patrimoine à conserver !
Répondre
S


Oui, c'est un patrimoine important, car il y avait autrefois de petites tuileries et briqueteries partout en France, et toutes ont disparu, ou presque!