Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 09:45

L'église actuelle de Veaugues date de 1891, et a été entièrement reconstruite sur un emplacement différent de l'ancienne, qui a été démolie en 1888, jugée trop petite et en trop mauvais état. De l'ancienne église n'ont été conservés qu'une colonne réutilisée comme socle de statue dans le choeur, ainsi que deux bénitiers en fonte.

 

église Veaugues 2010-09-12 (1)

 

Le premier bénitier se trouve dans l'entrée de l'église, posé sur ce qui semble être un élément de colonne, peut-être lui aussi provenant de l'ancienne église.

 

Simplement muni de deux anneaux, il porte un écusson (d'or palé d'azur) sur lequel, selon Buhot de Kersers, figurent les armes de la famille de La Porte, Seigneurs de Veaugues.

 

Peut-être doit on voir dans ce patronyme l'origine du nom du château des Porteaux?

 

 

 

 

 

 

église Veaugues 2010-09-12 (3)

 

 

Une date est également inscrite sous son rebord. Elle utilise un système de chiffrage typique de cette époque, difficile à lire pour le non-initié que je suis. Ce ne sont ni des chifres romains, ni les chiffres arabes utilisés de nos jours.

 

 

 

 

 

On peut néammoins raisonnablement estimer que ce bénitier a été fabriqué vers 1500, car il est très similaire à celui de l'église de Lugny-Champagne. Ce dernier porte une inscription  indiquant qu'il a été fabriqué dans les forges de la Motte-Cochon (ou Cachon) en 1494. Sur place, derrière la ferme de La Motte, on trouve de nombreuses scories attestant la présence de cette ancienne industrie.

 

 

église Veaugues 2010-09-12 (15)

 

L'autre bénitier, un peu plus grand que le précédent, est disposé sur un socle de pierre, dans une chapelle dont les peintures sont l'oeuvre du curé Blanchet, qui officiait à Veaugues durant le premier quart du XXème siècle.

 

 

église Veaugues 2010-09-12 (14)

 

 

Plus lourd que son "frère", il porte quatre anneaux maintenus par des têtes humaines.

 

Son intérieur est garni d'un cuvelage en zinc  dont les bords sont rabattus sur ceux du bénitier, le rendant indémontable. Ce cuvelage est divisé en trois compartiments.

 

 

 

 

 

 

église Veaugues 2010-09-12 (13)

 

Il semble être de la même facture que l'autre, et repose sur quatre pieds représentant des têtes d'animaux fantaisistes.

 

Buhot de Kersers y voit des reptiles mais, comme les "Vouivres" de la Tour de Vesvre, on peut y voir ce qu'on veut: chiens, loups, ours, serpents, etc...

 

Le socle de pierre, de facture moderne, a probablement été taillé spécialement pour recevoir le bénitier.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

O

En relisant la photographie, il me semble voir la date de 1503.
Répondre
S


Je me doutes bien que vous êtes plus à l'aise que moi pour déchiffrer ces caractères! Celui de Lugny-Champagne, de même facture que ceux de Veaugues,  porte la date de 1494; celle de 1503
que vous proposez est très pertinente; merci de cette contribution!



O


Belles pièces! J'ignorais complètement leur existence. Peut-être votre article va t-il permettre d'en révèler de nouveaux?


J'en ai photographié un plus récent, avec une cuve enduite d'une sorte de mastic, dans le village où sont enterrés mes grands-parents, à Saint-Baudel, entre Châteauneuf et Mareuil.


Il est antérieur de quelques années à la Révolution.



Répondre
S


Il faut venir les voir sur place... Peut-être alors me permettriez-vous de mieux les dater!



C


Il est bizarre ce bénitier . Moi lors des journées du patrimoine j'en ai vu un étrange à Boulterner car dans ce bénitier il y a une grenouille sans tête et un vase ! 


A bientôt



Répondre
S


Ah, les grenouilles de bénitier... Une espèce en voie de disparition, comme tant d'autres!



M


Concernant l'inscription sur le bénitier de l'église de Veaugues, doit-on y voir l'influence de l'ordonnance de Villers-Cotterêts décidant que le français serait la langue
administrative ? A moins que ce ne soit une sorte de langage basé sur des abréviations et propre aux religieux ?... ?...


Oui, seuls des spécialistes pourraient apporter une réponse. Olivier Trotignon aurait certainement une explication.



Répondre
S


L'ordonnance de Villers-Cotterêts date de 1539, et est donc postérieure à la confection du bénitier de Lugny. Quant à la date de celui de Veaugues, je compte bien la faire déchiffrer par un
connaisseur...



Présentation

  • : Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région, ainsi qu'ailleurs. Un peu de tout, même si ça ne plaît pas à tou(te)s...
  • Contact

Recherche