Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2023 7 19 /03 /mars /2023 11:57

Hier, en allant voir un ami, je photographie (depuis la route, je précise) cette étrange machine garée dans la cour d’une ferme. A première vue, sa vocation m’échappe ; elle ne ressemble pas à une moissonneuse-batteuse, ni une ensileuse, arracheuse de patates, botteleuse, etc…

Rentré à la maison, je mène mon enquête. De marque Albach et dotée d’un moteur Volvo (c’est marqué dessus), elle appartient à une entreprise de travaux agricoles sise dans le Loiret, et en affinant avec ces quelques informations, l’identification se fait. Il s’agit d’une broyeuse de bois automotrice de grande puissance (600 ch tout de même).

 

La voici en action.

Capable et autorisée à rouler à 80 km/h sur la route, elle emporte une petite remorque (visible sur ma photo) sur laquelle le machiniste met sa voiture pour aller de chantier en chantier.

 

L’an dernier, une nouvelle version encore plus puissante (798 ch) est lancée.

 

Comme je l’avais déjà exposé, nos haies sont attaquées de toutes parts. On voit le long de nos routes et chemins de plus en plus de ces grands tas de longs bois, qui attendent d’être avalés par ces machines qui les réduisent en copeaux. Elles sont capables d’engloutir des troncs d’un mètre de diamètre. Ensuite, direction l’usine à granulés pour le chauffage (à 25 kms d’ici) ou celle de fabrication de panneaux de particules (50 kms).

 

Je crains que cette façon de "faire du bois", certainement plus rentable car elle demande moins de main d'œuvre, va peu à peu marginaliser la méthode classique à la tronçonneuse qui fournit le bois en bûches que nous mettons dans nos poêles.

 

Il s'agit donc de l'industrialisation d'une activité restée jusqu'ici principalement artisanale. A quand l'interdiction du chauffage traditionnel? A quand l'obligation du chauffage piloté par smartphone à l'aide d'une ce ces applications qui envahissent notre vie quotidienne (enfin, pas la mienne puisque je n'ai pas de smartphone)? Application bien entendue fournie par une agence agréée…

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Vu le coût d'amortissement de la machine<br /> Vu le coût du gazole pour la déplacer et la faire fonctionner<br /> Vu le faible prix du copeau de bois,<br /> je suis très sceptique sur la rentabilité.
Répondre
S
Je pense que, comme sur la vidéo de mon article, le plus gros du travail de ces entreprises doit être de l'éclaircissement de grandes forêts, ou de l'entretien sous lignes électriques. Dans ce cas, ils sont payés à la prestation, et le bois est un sous-produit qu'ils revendent ensuite aux industriels. C'est ainsi que fonctionne, par exemple, l'usine de panneaux de particules de Sully sur Loire. Ce qui leur permet d'acheter le stère de bois à un coût ridicule.
P
Un chauffage par smartphone très peu pour moi. J'ai un poêle à bois pour chauffer les pièces du rez-de-chaussée et ça chauffe très bien. On est très loin des 19° comme on nous rabâche les oreilles. @+
Répondre
S
Jusqu'il y a peu, il était très facile de trouver du bois de chauffage dans nos campagnes. Chez un professionnel ou auprès de particuliers, souvent agriculteurs retraités, qui en font pour arrondir leur maigre retraite. Maintenant, c'est presque plus difficile que trouver du cannabis!
L
Cette machine obscène est juste un délire d'ingénieur, qui ne sera jamais rentable.<br /> II y a trois manières de se ruiner... le jeu, les femmes et les ingénieurs. <br /> Les deux premières sont plus agréables ; mais la dernière est plus sûre. <br /> Auguste Detoeuf
Répondre
S
Je n'en suis pas aussi certain que vous, hélas. L'abattage en forêt se fait de plus en plus au moyen d'abatteuses mobiles qui débitent les troncs en segments, ensuite chargés sur les camions. Ceci ne concerne pas (encore?) le bois d'oeuvre, mais dans ce domaine le progrès va très vite. De plus l'explosion de la demande de bois de chauffage nous réservera des surprises; immédiatement avec la hausse de son prix, puis bientôt dans les techniques de "production".<br /> <br /> Imaginez qu'il est déjà prévu de planter des haies configurées (espèces, alignement, etc...) pour finir broyées!
V
impressionnant et plutôt terrifiant! et plus de bois mort pour les insectes! bisous. cathy
Répondre
S
Exact! Et je n'y avais pas pensé. Idem pour le petit bois qui est normalement laissé sur place, pourrit et restitue de la matière organique au sol.
A
Alors Sherlock c'est quand même bien la technologie pour faire des recherches :)<br /> C'est vrai que ce n'est pas du plus élégant ces tas de bois en vrac, c'est quand même plus jolie une pile de bois même en bout de 2 mètres.<br /> Cet après-midi direction le bois de Groise pour la traditionnelle sortie jonquilles, c'est la fin nous les avons laissé dans la forêt mais il y avait deux bucherons armés de tronconneuses et de beaux tas bien rangés.<br /> A pluche.
Répondre
S
Ce seront probablement les dernières jonquilles. Par ici, il ne semble pas y en avoir; pas plus que de morilles.