Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 14:07

Comme certain(e)s l’avaient assez rapidement compris, l’empreinte de mon précédent article est celle d’un Ragondin. Je constate en parcourant Internet que peu d’animaux semblent susciter une telle animosité à leur égard ; les mots éradication, piégeage, destruction sont les principaux utilisés quant il s’agit de lui. ici, il est même qualifié d’ « animal assez repoussant ».

 

Bon, il est vrai que, le jour où je le trouverai en train de se délecter dans mon potager — qui reste à planter —, je le maudirai. Et qui sait si je ne serai pas tenté de l’accommoder avec les quelques légumes qu’il m’aura laissé, car sa chair est paraît-il savoureuse ?

 

En attendant, c’est un voisin très discret dont la présence est trahie par ses empreintes, mais aussi par les coulées qu’il laisse dans l’herbe et qu’il utilise pour parcourir son territoire. Le photographier en liberté dans son milieu naturel relève d’une patience que je n’ai pas. Les deux photos précédentes proviennent donc de la "toile".

 

Importé d’Argentine au milieu du 19ème siècle pour sa fourrure, il s’est rapidement plu chez nous et habite toutes les rivières de plaine, exception faite du Languedoc et de la Côte d’Azur. Il ne s’éloigne guère des rivières, et est bien sûr présent dans la Sauldre.

 

Voici d’ailleurs une entrée de terrier repérée ce matin-même. Le Ragondin se distingue aisément du Castor (absent sur le haut cours de la Sauldre) par sa queue cylindrique et le fait qu’il ne s’attaque pas au bois des arbres.

 

Les traces de pattes trahissent son locataire.

 

Pour l’instant, je le préfère aux taupes, dont les monticules atteignent ici des tailles record, au point où je commence à m’interroger sur la taille de ces insectivores fouisseurs ; y aurait-il une sous-espèce locale ? Ceci expliquerait pourquoi nos 4 chats semblent les éviter.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Les hivers froids, quand la Meuse est gelée, on peut les voir un peu désemparés dans les prés. Quant aux taupes, je m'étais fait la même remarque et pense qu'elles défoncent les prés après des grosses pluies qui inondent leurs galeries.
Répondre
S
Ici, la terre est très meuble (sable ou argile), et les taupes n'ont aucun mal à creuser leurs galeries. Même si ma photo est évidemment trompeuse car prise au zoom, certaines taupinières ont le volume d'une bonne brouettée! Je serai plus réaliste et mettrai cela en rapport avec la longueur de la galerie plutôt qu'avec la taille de l'animal...
P
Ravissante petite bestiole, j'en voyais souvent lorsque je prenais mon camion sur le site de l'entrepôt de messagerie GLS à Moirans, il y avait un bras de la rivière qui longeait le parking, mais impossible de s'en approcher.
Répondre
S
Ils sont effectivement assez sauvages, et détalent à la vue de l'homme; mais assez tranquillement.
A
Je ne sais pas si les taupes du pays fort sont adeptes du bodybuilding mais un client qui pigeait ce genre d'animal dans son terrain en a attrapé deux blondes (peut-être pas autant que Maryline) que j'ai pu voir de mes yeux.<br /> A pluche.
Répondre
S
J'imagine que, chez les taupes qui sont aveugles, être d'une couleur différente ne doit pas être un problème dans l'intégration sociale! Lorsque je suis arrivé à Veaugues en 1985, il y avait dans le bourg un merle albinos.
A
https://www.centre-presse.fr/article-217238-une-superbe-taupe-blanche.html#<br /> Sans aucun doute une taupe albinos comme ce spécimen.<br /> A pluche.
S
Des taupes blondes? Je veux une photo!
V
ici les gens les nourrissent dans les parcs ou il y a de l'eau... mais j'avoue, je les trouvent mignons et amusants les ragondins. bisous. cathy
Répondre
S
Ils n'ont rien de répugnant, contrairement à ce qu'écrit le pourtant très respectable journal "le Monde", avec leur allure de Castor à queue ronde! J'espère simplement qu'ils ne viendront pas se nourrir de mes plantations, comme le font déjà les lièvres et les; chevreuils...
G
Cet animal ce laisse bien approcher, mais il a l'air de faire moins de travail dans un terrain que les taupes ! Merci beaucoup pour cet agréable partage. Passe un bon et agréable lundi . Cordiales amitiés & à +
Répondre
S
Heureusement qu'il ne se livre pas aux mêmes travaux que les taupes, car je n'ose pas imaginer la hauteur de ce qu'il conviendrait alors d'appeler des "ragondinières"!
L
J'ai entendu parler du ragondin il y a bien longtemps, à la fin des années 50, quand il faisait des ravages autour des petites pièces d'eau de la région des Mauges : les terriers creusés dans les berges faisaient s'écrouler celles-ci. Il y a quelques mois j'ai eu la surprise d'en voir un nager dans le lac d'un parc bordelais.
Répondre
S
Ici, ce sont les berges du Canal Latéral à la Loire qui sont minées par le grand rongeur. Lorsque la berge s'effondre, eh bien le canal se vide! D'où de coûteux travaux.
A
J'ai appris il y a peu que le ragondin ne supportait pas une longue période de froid, si sa queue gèle et tombe en provoquant une gangrène, il en meurt. Mais avec le changement climatique il y a peu de chance que ce locataire disparaisse du territoire.<br /> A pluche.
Répondre
S
J'espère que ce désagréable phénomène ne peut se produire chez l'Homme... En tous cas, je sors toujours bien couvert!