Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 16:40

En ce dimanche des Journées du patrimoine 2021, direction l’église Saint-Aignan du village de Jars, devant laquelle je suis maintes fois passé sans jamais y entrer. Elle fut surnommée la Petite Cathédrale du Pays Fort par l’évêque de Bourges lors d’une visite qu’il lui fit en 1865. La nef et le faux transept sont d’époque Renaissance (1533).

 

La tour-porche est un peu plus ancienne, et sa construction fut financée en 1488 par les Ruellé, famille de notables locaux, en échange d’un droit de sépulture sur place. Le porche fut remanié à la Renaissance.

 

Avant cette visite, je croyais tout naturellement que cet escalier menait à une porte murée depuis. Il n’en est rien. Il servait d’estrade au garde champêtre pour faire ses annonces au peuple rassemblé sur place.

 

L’abside tranche par sa légèreté avec le reste de l’édifice. Ses contreforts sont couronnés de pinacles.

 

Sur le mur Sud de la nef, une porte Renaissance, murée. Elle serait alors pour porter les cercueils directement vers le cimetière, qui entourait l’église.

 

La nef a été bâtie sur ordre de Guillaume de Rochechouart, seigneur de Jars, et achevée en 1533, date portée sur une clef de voûte.

 

Des croix de consécration sont visibles en plusieurs endroits, et on aperçoit en arrière-plan une des stations du chemin de croix.

 

Ce bénitier de fonte n’est pas sans rappeler ceux de Veaugues et Lugny-Champagne, fabriqués localement vers 1500.

 

Les voûtes de la nef et des deux chapelles latérales reposent sur de belles ogives ramifiées. De nombreux blasons sont aux armes des Rochechouart.

 

Ces armoiries, visibles sur la voûte de la chapelle latérale Sud, sont celles de la famille de Ménipeny. Egalement écrit Monypenny. Cette famille écossaise est arrivée en Berry dans le sillage de Charles VII, et s’est vu décernée la seigneurie de Concressault en récompense de ses services dans l’armée. Guillaume de Menipeny fut abbé de Saint Satur dans la première moitié du 16ème siècle. Il fut été nommé Archevêque de Bourges en 1512, mais roi François Ier y mis son veto. La présence de son blason est dû au fait que l’église de Jars dépendant de l’Abbaye de Saint-Satur.

 

J’en profite pour dire que je suis preneur de toute information concernant cette famille, ainsi que la famille Folcart (Flockhart en Ecosse) qui, arrivée en France de la même manière, lui était alliée par mariage. Merci d’avance…

 

La chapelle latérale Nord et son autel richement décoré.

 

L’autel. A droite, les stalles des chanoines, qui venaient épisodiquement de l’Abbaye de Saint-Satur assister à la messe.

 

Sur la clef de voûte du chœur, les armoiries des Rochechouart.

 

Selon son rang, on se voyait assigner une place particulière. Les chanoines, dont l’histoire ne nous dit pas s’ils étaient gras ou pas…

 

Les divers édiles de la paroisse…

 

Les familles bien établies de la paroisse…

 

Enfin les simples paroissiens anonymes. Selon notre guide, ces bancs seraient du 16ème siècle, et nul doute qu’une heure passée assis là vaut bien une année de purgatoire.

 

Pour terminer, cette inscription dans la paroi Sud de la nef, près de l’entrée. Y est gravé le nom C. Decencière, avec un « N » inversé. Il s’agit de Charles Decencière (1630-1677), frère d’un lointain aïeul à moi et qui était procureur fiscal (sorte de percepteur) de la seigneurie voisine de  Nancray ; cette dernière était aussi entre les mains des Rochechouart. Il a dû être enterré dans la nef.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
On reconnaît l'oeil du fouineur à la recherche de renseignements historiques. De beaux sujets d'études en perspectives !
Répondre
S
Oui, je vais m'y remettre doucement!
V
très belle église, et je ne savais pas qu'il existait des bénitiers en fonte, merci!! bisous. cathy
Répondre
S
Ici, nous sommes dans une région où on a longtemps produit du fer (le dernier haut-fourneau s'est éteint à Bourges en 1910). Rien d'étonnant donc!
A
En voila une belle visite de l'église de Jars, la dernière fois que je suis allé dans ce coin, c'était pour voir une ferme avec des chèvres et autres bestioles comme un lama qui a craché sur le copain.
Merci pour ce partage.
A pluche.
Répondre
S
Ton pote n'a pas eu de chance! Cela a failli m'arriver au château de Lagarde, dans l'Ariège, et j'en ai parlé sur le blog à l'époque, il y a environ 4 ans.