Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 13:44

L'Aubépine est un de nos premiers arbres autochtones à reverdir, souvent dès la fin de Février. Il en existe deux espèces, très proches: Crataegus Oxyacantha, et C. Monogyna. La seconde (cette photo) se distingue par ses feuilles plus allongées et son fruit à un seul noyau contre deux dans la première.

 

Au printemps (ici C. Oxyacantha), il se couvre de fleurs blanches dégageant un agréable parfum. L'Aubépine croît très lentement et peut vivre très longtemps (plus de 500 ans).

 

On l'utilise beaucoup dans les haies et comme limites parcellaires; il est souvent cité dans les anciens terriers seigneuriaux. Ainsi, dans le terrier de la seigneurie de Montigny en  1545 (AD 18; E 448): "... une borne estant d’une pierre rouge piquée et assise au bout des prez appelez les Prez de Tavellière8 soubz un gros aubespin …" Là, la borne est matérialisée à la fois par un Aubépine et une pierre.

 

Les fruits apparaissent à la fin de l'été, acquièrent ensuite une couleur rouge, et restent sur l'arbre jusque tard dans l'hiver, fournissant ainsi aux oiseaux une appréciable source alimentaire. On peut, comme avec les fruits de beaucoup d'arbres voisins (Pommier, Poirier, Cognassier…) en faire une gelée, mais elle sans grande saveur.

 

Pas de couleurs spectaculaires pour les feuilles de l'Aubépine à l'automne (les feuilles violettes sont celles du Cornouiller Sanguin), mais elles se piquent souvent de petites taches noires (champignon?).

 

P. L. Glatin, dans les Arbres, Arbustes et Arbrisseaux  Forestiers (éditions Paul Lechevalier, Paris, 1913) dit que "le bois est jaune ou rougeâtre, pourvu de noeuds nombreux, et très dur; sa densité varie de 0,746 à 0,776. Il est utilisé par les tourneurs pour faire de menus objets, et aussi pour confectionner des pièces de machines susceptibles de subir de violents frottements."

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Merci pour ces explications complètes, j'avais souvent vu ce genre de fruits rouges, sans savoir à quelle variété ils appartenaient, maintenant je sais. Bonne continuation.
Répondre
S
Je crois que l'Aubépine se rencontre partout en France, quelle que soit la région, à part bien sûr aux altitudes où rien de pousse. Donc, certainement dans le Dauphiné!
M
Alba spina, aubespin, aubépine, épine blanche. Pour une fois qu'un texte du XVIème est de lecture facile, vous avez de la chance !
Répondre
S
En 1545, nous sommes à la charnière; c'est surtout entre 1545 et 1600 que la lecture vire au cauchemar, le pic étant atteint vers 1570-1590. Je défie aussi les paléographes des siècles à venir de déchiffrer mon écriture...
L
Il faudra un jour qui je passe ce bois à ma scie pour voir sa beauté car il doit être beau. Bel article sur notre nature
Répondre
S
Tu as encore la moitié de ton espérance de vie devant toi, Christian; alors prends ton temps. Mais ce qui m'étonne, c'est qu'alors que tu utilises des bois exotiques, tu ne te sois jamais intéressé à notre Aubépine, bois bien de chez nous! Un peu dommage...
L
Maintenant je ne sors plus (enfin depuis la retraite et le départ du chien) alors je préfère prendre du petit que du plus grand. Et dans mes balades actuelles, je préfère prendre des pomme de pin si possible.
S
Je m'étonne qu'alors que tu as essayé tant de bois plus étonnants les uns que les autres, tu ne te sois pas encore intéressé à l'Aubépine! Il est courant chez toi aussi.
A
Il me semble qu'on peut greffer l'aubépine avec du poirier ou du pommier ?<br /> A pluche.
Répondre
S
J'ai essayé avec du pommier, et mes greffes n'ont pas survécu plus de deux ans. Il paraît qu'en Angleterre et en Irlande, ça se fait couramment.

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • : Après 36 ans à Veaugues, direction Le Noyer pour vous faire découvrir son cadre, son histoire, et aussi quelques billets d'humeur...
  • Contact

Recherche