Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 16:24
Découverte en Loire...

Il y a quelques semaines, j’étais averti par un membre de la blogosphère locale que des fouilles avaient été entreprises dans le lit de la Loire, à St-Thibault. Ne tenant pour rien au monde à manquer cet évènement, je me rends sur place…

Découverte en Loire...

J’ai déjà rendu compte plusieurs fois des vestiges du pont, ou plutôt des ponts gallo-romains qui franchissaient la Loire à cet endroit. Cette fois, même décor, mais autre fait. Il s’agit de l’épave d’une grosse barque qui avait coulé dans le fleuve il y a bien longtemps.

Découverte en Loire...

La DRASSM (Direction Régionale d’Archéologie Subaquatique et Sous-Marine) de Bourgogne a envoyé une équipe, et je retrouve Annie Dumont, qui avait déjà effectué une campagne de fouilles sur les ponts romains. L’endroit est quadrillé, et un homme-grenouille arpente l’épave en prenant des relevés…

Découverte en Loire...

Annie Dumont m’explique que, sous toutes réserves, cette barque à fond plat, typique de la navigation ligérienne, a coulé vers 1400, datation au Carbone-14 à l’appui. Elle transportait un lot de pierres calcaires dont les géologues détermineront la provenance, ainsi que des ardoises, ce qui semble indiquer qu’elle remontait le cours de la Loire lors de l’accident.

Découverte en Loire...

La barque faisait entre 12 et 15 mètres de long pour environ 4,50 mètres de large. Elle était entièrement en bois, assemblée par des chevilles.

Découverte en Loire...

Détail de la structure de la barque. On voit bien les trous d’assemblage. Inutile de vous précipiter pour ramasser des reliques, l’ensemble a été à nouveau enfoui en attendant une nouvelle campagne de fouilles plus approfondies.

Tous mes remerciements à Mme Dumont pour sa disponibilité et ses explications.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Incroyable de voir que des armatures en bois ont résistés aux siècles passés sous l'eau. Ces embarcations devaient être robustes pour transporter une telle charge de pierre.
Répondre
S
Le bois se conserve dans l'eau tant qu'il y reste. Dès qu'il émerge, ne serait-ce que temporairement, il de décompose. C'est pourquoi, lorsqu'on repêche des navires anciens, on les arrose continuellement. Ensuite, on substitue progressivement à l'eau pure une résine soluble qui vient stabiliser le bois, puis on sèche. Dans le cas de "ma" barque, il n'est pas prévu de sauvetage.
E
J'ai entendu parlé de ces fouilles. Vivement le compte-rendu !
Répondre
S
Une conférence devrait se tenir à Saint-Satur l'année prochaine; si j'en ai vent, je l'annoncerai sur le blog.
A
Ils ont eu de la chance pour faire les fouilles puisque la Loire était basse cet été, il me semble que Mme Dumont enverra son compte rendu en mairie quand il sera prêt. Sur l'autre rive en face il y a une "Madeleine" un vieil hospice chrétien proche d'une voie ou d'une route ancienne, avec une grosse borne devant la maison.<br /> A pluche.
Répondre
S
Il y a bien un lieu-dit "la Madeleine" à la hauteur de Boulleret ou de Léré, mais j'en avais jamais entendu parler à St-Thibault. S'agit-il d'une maison sur le Quai de Loire?
L
Superbe la découverte, j'espère que personne ne fouillera sauvagement
Répondre
S
Merci! Je tâcherai d'identifier ce "resto du coeur" d'une auttre époque...
A
Effectivement c'est une maison sur le quai, la propriétaire nous a expliqué qu'environ tous 50 km il y avait une maison comme la sienne pour accueillir les gens qui voyageaient sur cette voie, ils accrochaient une branche pour signaler la maison.<br /> A pluche.
S
Il n'y a absolument rien de monnayable sur ce site. De plus, tout bois ancien qui a séjourné des siècles dans l'eau pourrit très rapidement une fois au sec; c'est pourquoi le sauvetage d'une épave est très compliqué... et cher!

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • : Après 36 ans à Veaugues, direction Le Noyer pour vous faire découvrir son cadre, son histoire, et aussi quelques billets d'humeur...
  • Contact

Recherche