Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 09:35
Récemment, j'ai reçu lors d'un "envoi groupé" ,cet article du journal "Var-Matin" du 10 décembre 2009:

Var-Matin-12-dec-2009.jpg

Je trouve bien regrettable qu'on en arrive à de telles dérives. Ce n'est pas avec des comportements témoignant d'une vue si étroite et dogmatique du problème qu'on fera avancer les choses. Cela ne fera que susciter des réactions extrêmes, et ainsi provoquer l'effet contraire à celui recherché!

Bientôt, on n'aura le choix qu'entre l'intolérance et la connerie!



Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 10:33
Encore une fois, la presse nous a bassinés avec les opérations de sauvetage d'un groupe de trois spéléologues bloqués par les eaux. Cela se passait cette fois dans les Pyrénées, au Gouffre de la Pierre Saint-Martin. Aux dernières nouvelles, ils sont sains et saufs.

Tube (4)


Quelquepart dans les profondeurs des Pyrénées, dans un environnement géologique unique, entre marbre et magma...





Pourquoi donc ne parle-t-on de ce sport que lorsqu'il y a des accidents ou des sauvetages? Je remarque d'ailleurs qu'il en est de même pour tous les sports dits "à risque", tels que l'alpinisme, le deltaplane ou l'ULM.

jura



Dans une grotte du Jura, au milieu des stalagmites, stalactites et autres draperies...







Parle-t-on de toutes les chevilles brisées lors de matches de foot, de tous les cyclotouristes tués par des collisions avec des voitures, ou de tous les amateurs de sensations fortes qui se tuent sur les circuits de vitesse, en auto ou à moto? Je connaissais un jeune qui a eu les cervicales brisées lors d'une mêlée de rugby; aujourd'hui tétraplégique, il est nourri à la petite cuiller, mais n'a pas fait la une des infos!

mines fer


Découverte d'anciennes mines de fer, près de Lunery (Cher)...







Quelle image désatreuse pour un sport qui, s'il présent certes quelques risques, permet de passer de merveilleux moments de camaraderie, et de découvrir un environnement fantastique!


repos


Après la balade sous terre, le repos, dans le cadre grandiose des montagnes du Jura.

Un bon moment entre copains.






Sinon, heureusement, pour ceux qui sont conditionnés par ces reportages-catastrophes, il reste les rifles, les concours de belote, et les après-midi à faire du "shopping" dans les zones commerciales de nos grandes villes...

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 10:08
grange.jpg

Il y a quelques années, le Conseil Général du Cher avait choisi comme emblème pour le Pays-Fort les Granges Pyramidales, typiques de la région. L'une d'entre elles, située au Domaine d'Aubigny (commune de Thou), a été soigneusement démontée, puis remontée à Vailly, route de Concressault, en respectant toutes les techniques d'assemblage d'époque. Selon une inscription portée sur une poutre, elle remonterait au XVIème siècle.



accueil.jpg
Une seconde phase consista à implanter, au pied de la Grange, l'Office de Tourisme de Vailly. Pour ce faire, au lieu de construire un bâtiment moderne qui aurait juré avec le cadre, on choisit de reconstituer une petite "locature" ancienne (son style me paraît plutôt XVIIIème que XVIème siècle). Avec sa structure bois/torchis sur soubassement de pierre et son four à pain sous appentis, elle se marie parfaitement avec la Grange.



annexe
Pour compléter le tout, une petite remise fut érigée à proximité, en utilisant les mêmes matériaux de construction. J'ignore si le bâtiment d'accueil et la remise ont été démontés ailleurs, ou construits ex-nihilo à partir de matériaux de récupération, mais le soin apporté à la réalisation de l'ensemble est indéniable.

A terme un domaine entier sera reconstitué, permettant aux touristes de découvrir (et aux "locaux" de redécouvrir) la belle architecture locale.

Excellente initiative!



Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 12:39

sapin-blanc.JPG

Je ne suis pas un grand amateur de décorations de Noël, mais celle-ci me fait carrément penser à une croix de cimetière militaire du débarquement, plutôt qu'à un sapin...

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 19:15

Le Pont Galantin est situé sur la RD52, entre Feux et Herry, et enjambe la Vauvise. La route qu'il porte a été ouverte au milieu du 19ème siècle, bien après le pont, dont la construction est émaillée d’une légende. Elle est racontée dans un recueil rassemblant plusieurs histoires sur notre région, dont l’auteur a utilisé le pseudonyme Pierre Goupillière, en référence au lieu éponyme situé au sud de Sancerre. Je ne ferai donc que résumer cette légende.

 

Avant, seuls des gués permettaient de traverser la Vauvise ; aux Vallées ou, lors des hautes eaux, à Marnay ou St-Bouize. Ce sont les moines de l’abbaye de Chalivoy qui décidèrent d’entreprendre la construction d’un pont, essentiellement pour que leurs fermiers ne puissent plus invoquer l’impossibilité de traverser la rivière afin de ne pas s’acquitter de leurs dettes…

 

Pont-Galantin--1-.JPG

 

Nos braves moines se mirent donc à l’ouvrage, mais toutes sortes de désordres mystérieux pouvaient être constatés chaque matin par les moines-bâtisseurs à leur arrivée sur le chantier. Tout ceci fut bien entendu mis sur le compte du diable…

 

Au village des Vallées, un jeune homme prénommé Berlite était amoureux d’une jeune fille résidant à Beauregard, de l’autre côté de la Vauvise, et il lui tardait de voir le pont, qui mettrait fin au détour par St-Bouize ou Marnay, achevé. Au contraire, un cupide personnage nommé Gorgeon avait pris pour habitude de faire payer les candidats au passage du gué pour d’obscures incantations censées les protéger du mauvais sort. Il n’avait donc aucun intérêt à l’avancement des travaux…

 

Pont-Galantin--7-.JPG

 

Une nuit, Berlite, qui avait pris précaution de se munir d’une bouteille d’eau bénite, se trouva, sur le chantier du pont, en face du Diable. Il eut alors la présence d’esprit de lui proposer de trinquer du breuvage, sans lui en préciser la nature.

 

Le diable prit la bouteille et la porta à sa bouche. A la première gorgée, il s’arrêta en poussant un rugissement terrible. Il suffoquait; ses yeux lançaient des éclairs; sa bouche vomissait des flammes. Le diable était prîs !

 

 A force de tirer, de cracher, de baver, de griffer, il se libéra brusquement, ce qui lui fit piquer une tête dans la rivière. Hélas pour lui! Un bouillonnement sinistre forma des remous vaporeux et le Seigneur des Ténèbres disparut dans un nuage nauséabond, au-dessus d'une couche de poissons frits. »

 

Pont-Galantin--6-.JPG

 

Suite à cet évènement, le pont fut vite terminé. Les moines de Chalivoy voulurent lui donner le nom de « Pont de Chantevaux » parce que, un peu en amont, la Chanteraine se jette dans la la Vauvise.

 

Les gens du pays lui préférèrent celui de « Pont Galantin », en référence à l’histoire de Berlite, et pour rappeler que les femmes sont toujours plus fortes que le diable…

 

Ce qui est intéressant, c’est qu’ici le Diable, au lieu de construire le pont en échange de la première âme qui le traversera comme c’est le cas pour tous les ponts portant son nom, s’est au contraire acharné à empêcher sa construction. Mais, au fait, qui pouvait bien se cacher derrière ce diable-là ?

 

Galantin Cassini

Sur cette carte datant des années 1750, on voit le Pont Galantin enjamber la Vauvise sur la droite. Aucune route n'y figure, malgré l'importance de l'ouvrage.

 

 

Evidemment, ce n’est qu’une légende mais un mystère demeure : pourquoi, au milieu du XVIIIème siècle, alors que la plupart des rivières n’étaient franchissables qu’à gué, y avait-il déjà un pont sur la Vauvise à cet endroit ? D’après l’étude menée par Annie Chazelle sur le patrimoine bâti du canton de Sancerre, le pont actuel daterait du début du XVIIIème siècle, mais pourquoi avoir bâti un si bel ouvrage sur une si petite route ?

Toute information sur le sujet sera bien entendue la bienvenue...


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 09:14

D'abord, tordons le cou à une contre-vérité: non, Geneviève de Fontenay n’a pas présidé le premier concours, chargé d’élire « la plus belle femme de France », en 1920!

 

 

 


Agnès Souret peut être considérée comme la première Miss France.

 

Agée de seulement 17 ans, elle a été élue en 1920.



Le terme « Miss France » est officiellement inventé en  1927

 

 






Lors de l’exposition coloniale de 1937 sont présentées des Miss issues des « îles », ce qui ne sera pas du goût de tous. A ce sujet, ma mère, qui avait à l’époque 12 ans, se souvient d’avoir vu des « indigènes »  présentés dans des cages…

 


 




Miss France 1953 a été élue Miss Univers à Long Beach (Californie). Cet exploit ne sera pas renouvelé.










Le « Comité Miss France, Miss Europe, Miss Univers » est fondé en 1954 fondé par Guy Lévy dit « Guy Rinaldo » et sa secrétaire administrative est une certaine Geneviève Mulmann...


 




Geneviève Mulmann est née le 30 août 1932 à Longwy ; mannequin chez Balenciaga, elle est élue Miss Elégance en 1957. Le nom « de Fontenay » lui vient de son compagnon Louis Poirot, qui l’aurait adopté durant la Résistance, bien que son appartenance à cette dernière soit vivement contestée.

 


 

 





Miss Normandie est élue Miss France 2010 le 5 décembre 2009 . Elle se nomme Malika Ménard. Il s'agit de la 1re Miss France à avoir été élue uniquement par les votes du public (pour les 5 finalistes).

 

 

 

 

 

 

 




Miss Berry 2010 a été élue à Déols, dans l'Indre.

 

Jamais une Miss Berry n'a eu droit à la consécration nationale.

 

 

 

 

 

 

Lors de la présentation des candidates au titre, samedi dernier, par l'incontournable Jean-Pierre Foucault, derrière chacune défilait un assortiment de paysages et de monuments se sa région. Pour Miss Berry, issue de l'agglomération castelroussine (bien connue pour la richesse de son patrimoine bâti), ils n'ont pas osé montré le seul monument connu de tous: la centrale pénitenciaire de St-Maur...

 

 
Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 13:46

Voici déjà un an que Sirius sévit sur Over-blog. Comme d’autres blogueurs l’ont fait, j’ai décidé de publier les statistiques de fréquentation de mon blog, par simple souci d’information. Voici donc le diagramme de fréquentation, exprimant le nombre de visiteurs par mois depuis décembre 2008. Le nombre total de visiteurs se monte à 6392, pour 19160 pages vues.

 


 

Quelles réflexions objectives m’inspire cette expérience ? D’abord, j’ai considérablement dévié du but initial, qui était d’une part de faire découvrir Veaugues à ses habitants, d’autre part de leur proposer une plateforme d’expression et d’échanges.

 

Il est vrai qu’il n’y a pas grand-chose à voir à Veaugues ; pas de château, une église récente sans grand intérêt, et un incendie qui détruisit en 1829 une grande partie du Bourg, faisant qu’il n’y reste aucune maison vraiment ancienne. Les sols calcaires de notre commune portent une flore ligneuse très riche, mais cela ne semble intéresser personne.

 

Je savais qu’en milieu rural (et pas qu’à Veaugues), il n’est pas de bon ton de dire ce qu’on pense ou de défendre ses droits, et que la langue de bois règne en maître. Après tout, qu’attendre de villageois qui ne trouvent rien à redire à ce que les délibérations du Conseil Municipal ne soient affichées nulle part ! L’expérience de « blogueur » vient de me le confirmer. Alors qu’aucun Valgycien de souche ne s’exprime jamais sur le blog, je sais qu’ils sont nombreux à le suivre, peut-être simplement pour voir s’ils seront un jour la cible de mes propos souvent sans concession, mais jamais diffamatoires…

 

Certaines personnes hésitent à mettre leurs commentaires en ligne, préférant m’envoyer des courriels (mails), ou même me téléphoner ! Pourtant, pas besoin de s’inscrire (ce n’est pas un forum), de mettre en ligne son adresse électronique, et surtout pas d’être sur Facebook !

 

N’ayant pas voulu me prêter au questionnaire inquisiteur de la « weblogueuse » du Berry Républicain, je ne figure pas parmi les blogs « fréquentables » de ce journal qui est hélas aujourd’hui notre seul quotidien départemental. Je m’en passe sans regrets, car loin de moi l’idée que mon blog puisse un jour être qualifié comme étant « d’cheu nous » !

 

Un blog, c’est avant tout un espace personnel, non soumis à la censure comme c’est le cas dans la plupart des journaux où les commentaires allant à contresens de ce qui politiquement correct sont mis à la poubelle. On y met ce qu’on veut.

 

Animer un blog, c’est aussi entretenir des relations suivies avec d’autres « blogueurs », et découvrir grâce à eux d’autres régions, lointaines ou proches, avec leur patrimoine et leur histoire. C’est également, tout simplement, lire des lignes bien écrites véhiculant des propos bien ficelés. Les personnes visées se reconnaîtront…

 

L’aventure continue.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 11:30






Un seul clocher sur l'église du village de Neuvy-... Deux Clochers!

Je reviendrai un autre jour sur cette petite église et son histoire, le but de cet article étant de parler de ses deux cloches, toutes deux sur le même clocher.









Lors de la révolution, elles furent démontées, mais leur enlèvement avait été programmé pour le jour suivant. Les habitants du village, qui tenaient à leurs cloches, profitèrentb de la nuit pour les descendre du clocher et les cacher dans un crot, sorte de mare alimentée par les eaux de ruissellement. Une fois les esprits calmés, quelques années plus tard, les cloches furent extraites de leur gangue de boue salvatrice, et remises en place.



En 1946, on décida de refondre les cloches, dont l'état accusait la fatigue des années. Une cérémonie de baptême se tint sous l'égide de Mgr Lefebvre, archevêque de Bourges (rien à voir avec son homonyme intégriste), Le 1er septembre 1946. Les noms des prisonniers de guerre du village, qui venaient d'être libérés un an auparavant, avaient été gravés sur les cloches, dont l'une se prénomme Jeanne d'Arc.





J'ai été surpris d'apprendre que les cloches n'ont été électrifiées qu'en... juin 2008!

Auparavant, c'était le garde champêtre du village qui les actionnait, une fois par jour à midi du lundi au vendredi, pour l'Angélus.

Ici, Bernard Dubois, ancien garde champêtre de Neuvy, nous montre les conduits qui permettaient aux cordes de traverser le plancher de la tribune. Pendant des décennies, il a sonné les cloches depuis l'entrée de la nef de l'église. Par la suite, les cordes furent raccourcies, et le sonneur montait à la tribune.





Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:37

Des fêtes américaines, nous ne retenons généralement qu’Halloween (en fait d’origine celtique), mais jeudi dernier a été célébrée aux USA la fête de Thanksgiving Day (jour de l’Action de Grâce). Ce que nous en percevons est en général réduit à la remise au Président d’une dinde, qu’il gracie symboliquement.

 

Ici, Barack Obama

 

 

 






 

 En 2003, George "W" Bush.

 















Elle est célébrée chaque année, le quatrième jeudi de Novembre. Son origine remonte au 16ème siècle lorsque le premier repas de Thanksgiving est supposé avoir eu lieu. Parti le 6 septembre 1620 du port de Plymouth (Angleterre), le navire « Mayflower » mit 66 jours à traverser l’Atlantique au milieu des tempêtes avec, dans ses cales, 102 pèlerins, qui n’avaient d’autres moyens pour se réconforter que de chanter des psaumes.



 



Ne pouvant, en raison de vents contraires, atteindre sa destination initiale dans le Nord de la Virginie, le Mayflower s’échoua à Plymouth Rock. Les rigueurs de l’hiver américain eurent raison de la vie de 46 pèlerins, et les autres durent leur survie à l’enseignement de Squanto, un Indien.

 

 

 





Lors de la sécheresse de l’été 1621, les pèlerins firent une journée de jeûne et de prière, afin d’obtenir de Dieu une bonne récolte. Ce dernier, répondant à leurs prières, fit pleuvoir le soir-même, sauvant ainsi la récolte de maïs. On dit que les pèlerins ont appris à cultiver le maïs, les haricots et des citrouilles des Indiens, qui leur ont ainsi permis de survivre. À l'automne 1621, ils ont tenu une grande fête, connue comme le premier « Thanksgiving day », où 90 personnes ont été invitées y compris les Indiens pour remercier Dieu de ses faveurs. Le menu se composait de canards, oies, gibier, poisson, fruits etc. Rien ne prouve que la dinde ait été consommée ce jour-là.

 


C’est le Président Lincoln qui officialisa la fête de Thanksgiving, en 1863 précisant qu’elle se tiendrait le 4ème jeudi de Novembre chaque année. Le menu traditionnel comprend la dinde et la tarte au potiron, ainsi que la « cranberry sauce » et le maïs ; les cranberries sont les petits fruits d'un abrisseau local appelé en Français canneberge.
Il s’agit d’une fête essentiellement familiale lors de laquelle on remercie Dieu de sa générosité et de sa miséricorde. Sont également organisés des défilés pour montrer la puissance militaire du pays.

 

 

Depuis 1947, il est aussi d’usage qu’on amène au Président une dinde qu’il graciera symboliquement.

 

 

 

Mais, au fait, cette dinde-là (Sarah Palin pour ceux qui ne l'auront pas reconnue...) n'ayant pas été graciée par le Président, aura-t-elle été consommée en famille jeudi soir?

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 12:06







Ce matin, en arrachant une vieille souche au pic, j'ai découvert, confortablement lové au chaud, ce beau ver...


A côté, une pièce de 2 Euros pour donner l'échelle.










La tête de la bête, vue de près. Ma première réaction fut de me demander de quel insecte il était la larve. La seconde fut: quel goût peut-il bien avoir?



Réponse à la première question: voici la bête arrivée à l'âge adulte, après cinq ans passés au stade de ver se nourrissant de souches pourries.




C'est un Lucane, aussi appelé Cerf-Volant. On le voit l'été, et il a de fortes pinces, dont il sait se servir...




... par exemple pour décourager un prédateur éventuel!


Ah oui, le goût, me direz-vous! Eh bien, la seconde question reste à ce jour sans réponse, mais nul doute qu'il doit être très fin, quelque part entre la noisette et la langoustine. Et puis, ce qui est sûr, c'est qu'il est très riche en protéines, dont seuls des préjugés issus de notre culture occidentale nous empêchent de profiter.



Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche