Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 18:48

cloisons-RDC-Vesvre--2-.JPG

A une époque que les archéologues situent autour du XVIIIème siècle, des cloisons à ossature de bois furent érigées dans la grande pièce du rez-de-chaussée de la Tour de Vesvre, afin de la diviser en plusieurs pièces plus petites et surtout plus confortables. A cette occasion, deux cheminées furent installées au dos de la cheminée principale, et deux fenêtres percées dans la façade Est. On voit bien sur cette photo que le remplissage encore présent sur la partie haute de la cloison, a disparu en bas, laissant apparaître l’ossature de bois.

 

cloisons-RDC-Vesvre--4-.JPG

Ces cloisons ont été construites principalement avec des matériaux de récupération. Comme on le fait toujours aujourd’hui, lorsqu’on procédait à des travaux de couverture et de charpente, on mettait de côté toutes les pièces démontées, en attendant une utilisation future en remploi.

 

cloisons-RDC-Vesvre--7-.JPG

Ainsi, cette pièce oblique porte les traces d’un assemblage en tenon-mortaise au cours d’une « vie antérieure ». On voit bien ici le rainurage auquel effectué avec une gouge, destiné à l’ancrage du remplissage de maçonnerie. Une fois l’ossature assemblée, un banchage était mis en place en clouant de chaque côté des lattes, entre lesquelles sera jeté un mélange fait de pierres, de chutes de carreaux et briques, et de mortier.

 cloisons-RDC-Vesvre--8-.JPG

Au bas de la partie intacte de la cloison, on voit bien ce lattis ; sur la droite du cliché apparaît le remplissage. Une fois cette opération terminée, on appliquait un enduit, ici en deux couches.

 cloisons-RDC-Vesvre--15-.JPG

Cette vue en « écorché » montre parfaitement l’anatomie du mur. De gauche à droite, le remplissage (mortier rose et pierre calcaire) exposé par l’arrachage d’une latte, deux lattes, et les deux couches d’enduit superposées. La première couche d’enduit, plus grossière, était renforcée par des fibres végétales et du poil animal, dont on distingue ici très bien une touffe. Poil de bœuf ou crin de cheval ? Seul un laboratoire spécialisé pourrait le préciser, mais je crois qu'ils sont tous débordés en ce moment…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 09:35

jardin-du-Faineant-1.JPG

L’art de la fainéantise appliqué au jardinage consiste à pouvoir récolter sans se donner trop de mal, et sans peiner inutilement, et c’est bien sûr cette voie-là que j’ai choisie et que je pratique depuis des années. Voici donc en quelque sorte le « bréviaire du jardinier fainéant », et ses principes essentiels. Tout d’abord, une bâche plastique noire (surtout pas transparente) est étendue sur le sol après la dernière récolte de l’année, une fois le sol nettoyé. Elle permet de le conserver propre jusqu’au semis suivant sans utiliser de produits chimiques. Il est important de disposer des pierres tout autour, à intervalles d’1,5 mètre environ, et de la lester au milieu pour éviter que le vent ne l’emporte.

 

jardin-du-Faineant-2.JPG

Voici les deux principaux outils du Jardinier Fainéant en cette saison, où on commence à préparer la terre (ici, à Veaugues, elle a l’avantage d’être meuble). Le tabouret en tôle est indispensable pour se reposer régulièrement ; il reste dehors, et le trou central dont il est muni permet à l’eau de pluie de s’écouler. En dehors des séances de travail, il vaut mieux l’appuyer contre un arbre, afin de le retrouver sec par tous temps. Pour les outils, une Grelinette à 5 dents, et une griffe à 4 dents.

 

jardin-du-Faineant-3.JPG

La Grelinette est une alternative très efficace au motoculteur et beaucoup moins fatigante que la bêche, qui casse le dos. Il suffit de l’enfoncer en terre, puis de la basculer en arrière en terminant le mouvement par un secouage latéral. Elle permet ainsi d’ameublir la terre sans la retourner. Comme on travaille des deux bras de manière symétrique, et qu’il n’y a pas de mouvement de soulèvement, le dos ne peine pas beaucoup. Quelques passages de la griffe permettront d’extirper les racines et les pierres.

 



 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 14:29

1-lavoir-Vinon--1-.JPG

Le lavoir de Vinon est traversé par un ruisseau issu de l’une des multiples sources qui alimentent la rivière de Planche-Godard. Cette source est située au milieu d’un pré à une cinquantaine de mètres du lavoir, mais en terrain privé et clôturé, ce qui fait que je n’y ai pas eu accès…

 

2 lavoir Vinon (4)

Il fut construit en 1860, à une époque où le département se couvrit de lavoirs, suite à une décision du Conseil Municipal. En ce mercredi  6 Février, un rayon de soleil, conjugué à l’abondance du filet d’eau en raison des importantes précipitations, illumine l’endroit…

 

3-plan-ancien.jpg

Ce plan datant de 1823 montre bien qu’à l’endroit du lavoir se trouvait un bassin alimenté par ladite source du Pron (ou Prou ?). Le bassin a dû être comblé pour y édifier le lavoir. Au sortir du lavoir, le ruisseau s’en va rejoindre la Planche-Godard, en bas du plan.

 

4-lavoir-Vinon--2-.JPG

Contrairement à bien de ses collègues tombés dans l’oubli et l’abandon depuis l’arrivée du lave-linge électrique, le lavoir de Vinon a bénéficié de tous les égards. Peut-être parce qu’il st situé au cœur du bourg… Sa charpente élégante et solide abrite un bassin au pourtour entièrement dallé, où les lavandières pouvaient s’installer face-à-face.

 

5-lavoir-Vinon--3-.JPG

Détail de l’un des piliers sur lesquels prend appui la charpente.

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 14:40

escargots--1-.JPG

En ces temps où le « mariage pour tous » fait la « une » des informations, au point où l’indigestion est proche, les Escargots n’ont pas ces soucis-là. Depuis l’éternité des temps, chaque couple est constitué de deux « parents », sans différenciation sexuelle. Chacun est muni des organes des deux sexes, et point ne leur est nécessaire d’artifices pour parvenir au plaisir partagé et assurer leur descendance.

 

escargots--2-.JPG

Pas de problème d’homophobie non plus, puisque chacun est à la fois Monsieur et Madame, sans pour cela avoir recours à quelque piqûre d’hormones ou modification de son état-civil. Pour l’éducation des enfants, c’est très simple : ils s’en contrefichent, et chaque nouveau-né se débrouille seul dès la naissance.

 

escargots--3-.JPG

Après l’amour, chacun s’en va de son côté chercher un(e) autre partenaire. Pas besoin de textes de loi pour gérer la vie sentimentale de ces Gastéropodes, qui ont depuis longtemps trouvé les astuces afin d’éviter discriminations sexuelles, drames conjugaux et conflits parents-enfants.

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 09:30

Le Conseil Général du Cher vient enfin de numériser les Archives Départementales, et elles sont consultables en lignes à l’adresse suivante :

http://www.archives18.fr/article.php?laref=1

 

Le site est apparemment bien fait et d’un usage pratique et facile, ce qui mérite d’être souligné. Vous pourrez entre autres y trouver :

- le cadastre dit « Napoléon », qui vous permettra de découvrir le parcellaire, le réseau de routes et chemins, ainsi que tous les bâtiments existants vers 1825.

- les registres paroissiaux et civils.

- les recensements.

Et bien d’autres informations très utiles.

Il existe aussi un site pour la Nièvre, mais il semble que le cadastre ancien n’y soit pas encore disponible :

http://archives.cg58.fr/

 

Le même Conseil Général avait débuté un excellent travail de recensement du patrimoine bâti du département, sous l’égide de Mme Annie Chazelle, qui n’a (à ma connaissance) malheureusement pas été poursuivi lors du départ en retraite de cette personne. Par chance pour nous, habitants du Sancerrois, c’est par notre canton qu’elle avait commencé. Ce site est lui aussi d’un usage très agréable, et vous y trouverez de précieuses informations sur l’histoire du bâti de votre commune (canton de Sancerre uniquement) :

http://sancerre.cg18.fr/

 

Maintenant, si vous voulez savoir ce que votre commune fait de vos sous, vous pouvez consulter son budget dans ses moindres détails (France entière) ici :

http://www.colloc.bercy.gouv.fr/colo_otherfiles/divers/communes.html

 

Passons maintenant aux Députés à l’élection desquels vous avez contribué (ou pas). Vous pouvez vérifier s’ils sont à la hauteur de la mission qui leur a été confiée par le peuple, et s’ils font bon usages des généreux émoluments et gratifications diverses dont ils bénéficient :

http://www.nosdeputes.fr/circonscription

 

De quoi s’occuper utilement par ces journées bien maussades !

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 11:51

1-place-Veaugues-2009-06-28--1-.JPG

Suite à une demande d’information de la part d’un lecteur du blog, j’ai cru utile de présenter les deux monuments aux morts de Veaugues. Le principal, dédié aux héros de la Première Guerre Mondiale, est installé en bas de la place depuis le remaniement du centre-bourg effectué en 2009.

 

2-bourg-1964.JPG

Au tout début, il était dans (ou devant) le cimetière, puis a été transféré au milieu de la place vers 1960, lors de premier réaménagement de cette dernière. On le voit très bien sur cette vue de 1964.

 

3-monument-aux-morts-de-Veaugues-detail.jpg

Cette vue de la plaque commémorative permet de voir la liste des habitants de Veaugues qui ont péri lors du conflit de 1914-18, à laquelle se sont ajouter neuf victimes supplémentaires en 1939-45.

 

4-Monument-Four-a-Chaux-Veaugues--1-.JPG

Sur la route de Neuvy, à l’endroit connu sous le nom du « Four à Chaux », se trouve un autre monument, dédié à un évènement tout particulier. Le 19 Mai 1944, un groupe de résistants dont l’objectif était de délivrer l’un des leurs emmené par la Gestapo à Bourges pour y être interrogé, fut pris entre deux groupes d’Allemands.

 

5-Monument-Four-a-Chaux-Veaugues--2-.JPG

S’en suivit une fusillade, au cours de laquelle périrent huit Français. Leurs noms figurent sur cette plaque.

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 13:47

 

cytise 2012 (1)-copie-1

Le Cytise est un petit arbre de la famille de l'Acacia, mais sans épines. Contrairement à son cousin, il ne drageonne pas, et se pare au Printemps de magnifiques fleurs jaune vif en grappes.

 

cytise 2012 (4)

 

 

Pas très exigeant, il se contentera d'un sol bien drainé et sain, de préférence calcaire, et d'une exposition lumineuse. Il faut aussi le protéger des lapins qui adorent le grignoter, et des chevreuils, qui s'y frottent leurs jeunes bois. Il produit des milliers de graines, qui germent au Printemps suivant.

 

J'ai dans mon jardin une multitude de jeunes plants issus des graines des cytises de mes haies, et en donnerai volontiers à quiconque se donnera le mal de venir les chercher.

 

De même, je vais devoir "débarrasser" des dizaines de pieds de framboisiers. A titre indicatif, un pied de framboisier en godet est vendu 4€ en jardinerie. Merci aux personnes intéressées de me contacter soit en MP en utilisant la fonction "contact" en bas de page, soit en laissant un commentaire auquel je répondrai par MP.

 

 

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 12:09

ecole-Veaugues-2013-01-22--1-.JPG

Ce matin, à l’école de Veaugues, pas de car et les parents ont dû s’organiser pour amener leur progéniture eux-mêmes. Quant à ceux dont les parents ne peuvent se débrouiller, eh bien, ils manqueront les cours ! Grève des transports? Non, tout simplement une « alerte orange », décrétée par la Préfecture, qui fait que le ramassage scolaire est suspendu. Pourtant, à voir la situation, on peut se poser des questions ! Pas de neige sur la route, une petite pluie fine, et une température oscillant entre 0 et +1°.

 

ecole-Veaugues-2013-01-22--2-.JPG

Aujourd’hui, nos véhicules sont munis de nombreux équipements de sécurité : antiblocage des freins, antipatinage des roues, chauffage et dégivrage efficace des vitres et rétroviseurs, réchauffeur de gasoil, etc… En cas de « naufrage », chacun dispose de son téléphone portable pour appeler au secours, voire d’un système de géolocalisation (GPS).

 

ecole-Veaugues-2013-01-22--3-.JPG

Malgré tous ces progrès, au moindre flocon annoncé c’est déjà la pagaille : transports scolaires suspendus, aiguillages et caténaires gelés sur le réseau ferroviaire, camions obligés de se garer sans qu’on se soucie un instant de leurs conducteurs bloqués sans nourriture ni chauffage pendant plusieurs jours… La télévision nous abreuve d’images de voitures au fossé, de piétons faisant la culbute sur les trottoirs verglacés, de files de véhicules bloqués sur les autoroutes, alors qu’il ne s’agit que du quotidien d’un hiver normal !

 

En 1985, 86 et 87, la France avait connu 3 hivers rigoureux et, à cette époque où l’administration et les médias n’avaient pas encore infantilisé la population, la vie continuait malgré des intempéries d’une autre envergure ! Les automobilistes, au moins à la campagne, se munissaient de pneus cloutés leur permettant d’affronter neige tassée et verglas. Quant aux écoliers, ils arrivaient parfois un peu en retard, mais arrivaient tout de même. Nous leur demandions de venir un peu à l’avance à l’arrêt de car.

 

Mercedes-O302-1974.JPG

Nos cars ? Des modèles dont plus personne ne voudrait aujourd’hui, comme celui-ci-dessus  qui était aussi à l’aise sur la glace que sur l’asphalteou l’autre, plus bas. Bien sûr, le chauffage était symbolique, et il fallait gratter le pare-bise de l’intérieur plusieurs fois au cours du même trajet. Il n’y avait ni radio, ni ABS, ni ESP, ni GPS, et il nous fallait parfois démonter les filtres à gasoil au bord de la route, la nuit par -20° pour que le moteur reparte. Une congère ? Qu’à cela ne tienne ! On prenait de l’élan et affrontait l’obstacle de face, quitte à s’y reprendre plusieurs fois. Et par ces temps-là, on emportait une pelle et une corde, utile pour sortir du fossé quelques automobilistes malchanceux ; le car faisait aussi office de dépanneuse.

 

S-53-M-1985.JPG

Alors, étions-nous des héros ou des surhommes? Non, nous ne faisions qu’accomplir pour le mieux la mission qui était la nôtre, avec les moyens de l’époque, et sans "alertes oranges". Pauvre France d’aujourd’hui…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 12:49

Crecerelle-2013-01-20--3-.JPG

Vendredi soir, je file voir un ami m’a appelé parce qu’il vient de trouver un oiseau sur le pas de sa porte, et qu’il ne sait qu’en faire. Dans un carton, je découvre ce joli Faucon Crécerelle, que j’extirpe délicatement de son emballage. Posé au sol, il trotte vers le coin de la pièce pour se cacher ; il a l’air en bonne santé, mais incapable de voler. Dans ce cas, il faut contacter le centre de soins le plus proche qui vous sera indiqué par les associations de protections de l’environnement (Nature 18 dans notre cas), un vétérinaire ou même la Gendarmerie. Problème, le centre le plus proche est à 60 kms et il neige. Décision est donc prise de soigner l’oiseau à la maison en attendant une météo plus clémente.

 

Crecerelle-2013-01-20--2-.JPG

Le lendemain, surprise, le jeune homme (eh oui, les Crécerelles ayant la tête grise sont des mâles) a repris des forces, grâce à de solides bouchées de pâté qu’il ne savoure que si elles lui sont données à la main. Les vers de terreau qu’on lui présente sont engloutis avec voracité, preuve qu’il est en forme. Au bout de 24 heures, il se tient sur la main de son bienfaiteur.

 

Crecerelle-2013-01-20--1-.JPG

Ce matin, la décision est prise de l’emmener ce soir au centre, dont les spécialistes seront mieux à même de décider le moment où il pourra être relâché. En effet, relâcher dans la nature un oiseau incapable de voler correctement, c’est le condamner à finir entre les griffes d’un chat, les crocs d’un chien ou dans le bec d’une corneille. Ne sachant pas de quoi souffrait cet oiseau, mieux vaut mettre toutes les chances de son côté, et c’est avec un pincement au cœur que mon copain et sa petite famille se sépareront de leur pensionnaire d’un week-end…


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 13:46

 

Les propos qui suivent concernent ceux et celles qui m’envoient (ou reçoivent de ma part) des diaporamas, histoires à rire (ou à pleurer) et autres liens vers des sites plus ou moins recommandables. Comme je sais que beaucoup de ces personnes consultent mon blog, souvent sans laisser de traces écrites, c’est par ce biais que je m’adresse à elles. Voici quelques principes simples qui relèvent de la courtoisie…

 

Thunderbird-1.jpg

 

 

Quand vous envoyez (ou faites suivre) un message à plusieurs destinataires, mettez-lez donc en « copie cachée ». Personne ne saura ainsi à qui vous les avez envoyés, et n’aura connaissance de votre carnet d’adresse. Sur Thunderbird, la commande « copie cachée » est très accessible.


 

Lorsque vous recevez un message de la part de quelqu’un qui n’a pas effectué cette manipulation, et que tous les destinataires s’affichent, ne jamais faire « répondre à tous ». Il n’y a rien de plus agaçant que d’être bombardé de messages provenant de personnes qu’on ne connaît ni d’Eve, ni d’Adam ! Effacez aussi l’historique des étapes précédentes du cheminement des messages.


 Si vous faites suivre un message reçu, sélectionnez-donc vos destinataires, au lieu d’avoir une liste préétablie de contacts. Vous ménagerez ainsi la sensibilité de chacun(e), en évitant de choquer certain(e)s avec des images ou propos coquins, ou d’en ennuyer d’autres avec des sujets dont ils n’ont que faire ! En plus, ça montre que vous prenez soin de chacun en lui envoyant du « sur-mesure ».

 

Enfin, sachez que tous ces diaporamas et liens visant à valoriser le « bon Français », travailleur, de préférence avec le cheveu court et de solides chaussures à tige montante, si possible très à droite et hétéro, et se revendiquant catholique (même si ses valeurs sont à des années-lumière de celles de générosité et de tolérance qu’on m’a enseignées au catéchisme…) vont directement à la poubelle. Je ne les regarde même pas.

 

A la corbeille également les propos faisant l’apologie de la délinquance routière (excès de vitesse et alcoolisme au volant), ainsi que les chaînes de solidarité, qui ne visent en général qu’à exploiter la crédulité des gens. Je ne prends pas le temps de visionner des vidéos (genre YouTube) trop longues non plus, certaines atteignant une heure !

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche