Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 13:55

1-Primeveres.JPG

On n’y croyait plus, mais le Printemps a tout de même fini par arriver, avec son cortège de fleurs et, parmi elles, l’incontournable Coucou, dont le vrai nom est Primevère Officinale. Plutôt que de faire du plagia, je préfère vous renvoyer vers l’excellent blog d’Anatole pour tout connaître de ses propriétés.

 

2-Primeveres.JPG

Les jolies Primevères de culture, que je pense échappées de jardins depuis des générations et devenues ainsi « subspontanées », présentent les couleurs les plus diverses. Les plus répandues sont le rouge plus ou moins intense, le blanc, le lilas, et le jaune, comme ici.

 

3-Primeveres.JPG

J’ai depuis longtemps remarqué une Primevère qui est peut-être un hybride entre les deux précédentes, car elle ne figure dans aucun de mes livres. Allure de Coucou, mais pétales délicatement ourlés de rose saumon…

 

4-Primeveres.JPGPendant que je prenais mes photos, un « inspecteur » est venu faire sa tournée, entre deux siestes…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 08:45

briques-Roland--1-.JPG

Roland, un retraité du Sancerrois, s’amusait autrefois à récupérer dans les multiples dépotoirs de son coin les briques estampillées. Il en a aujourd’hui toute une collection qui nous rappelle l’existence de ces innombrables briqueteries et tuilerie, souvent très petite, la plupart disparues depuis longtemps.

 

Tuilerie-de-la-Rive--Sancergues-.jpg

Ici, la Tuilerie de la Rive, à St-Martin des Champs, vers 1900. On voit le four au milieu de la cour.

 

briques-Roland--2-.JPG

Deux produits de la Tuilerie Berger, d’Argent (sur Sauldre). Cette localité possède encore un établissement spécialisé dans les « tomettes à l’ancienne ».

 

briques-Roland--3-.JPG

La maison Jacquet, à Azy. Cette commune de la Champagne Berrichonne présente de nombreuses poches superficielles d’argile, qui furent autrefois exploitées par de très petits établissements.

 

Tuilerie-St-Martin-des-Champs-1.jpg

A nouveau la Tuilerie de la Rive, après sa modernisation au début du XIXème siècle. Les bâtiments ont été rasés il y a une vingtaine d’années ; seule la cheminée a été préservée, pour rappeler le passé industriel de ce village situé près de Sancergues, sur la RN 151.

 

briques Roland (4)

Deux ateliers de noms différents, mais tous deux localisés à « la Folie ». On désignait autrefois sous ce noms des maisons à l’écart des villages où on parquait ceux et celles qui, en raison de handicaps mentaux, ne pouvaient être « productifs », et que leurs familles ne souhaitaient garder à la maison. Il a existé au milieu du XIXème siècle une tuilerie à la « Folie » de Gardefort, sur la route de Jalognes ; l’une de ces briques en provient-elle ?

 

briques-Roland--5-.JPG

Le village de La Borne est plus connu aujourd’hui pour ses créations artistiques, mais était jadis avant tout un grand centre de production de poteries utilitaires, de briques, tuiles, tomettes et carreaux de toutes formes et couleurs. En voici un petit échantillonnage…

 

briques-Roland--6-.JPG

La Tuilerie de la Maison Neuve est probablement une des dernières à avoir fonctionné, jusque vers 1940, et ses produits se retrouvent en grandes quantités dans nos constructions. J’en ai moi-même récupéré, et réutilisé beaucoup, leur offrant ainsi deux, voire parfois trois vies !

 

 

Tuilerie-Maison-neuve-2013-copie-1.jpg

Cet établissement était situé sur le bord de la RN 151 entre La Charité et Sancergues. Voici de qu’il en reste aujourd’hui.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 08:25

Rouky-2013-04-05--3-.JPG

A l'heure où, au Royaume-Uni, David Cameron veut faire payer une taxe spéciale aux familles bénéficiant d'un logement social trop grand pour elles, ce matou semble bien à l'abri de cette nouvelle ponction fiscale, dans la minuscule cagette qu'il s'est modestement choisie!


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 09:13

Orme-2013-04-10--3-.JPG

En ce Duodi 22 Germinal, jour de la Romaine (une salade…), nous sommes déjà dans la troisième décade du Printemps, dont les premiers signes commencent enfin à pointer, malgré un ciel désespérément gris qui déverse son trop-plein d’eau depuis 3 jours. La preuve : le Coucou s’est fait entendre pour la première fois hier ; d’habitude, c’est autour du 20 Mars.

 

Au milieu de cette haie classée Natura 2000 pour sa richesse, un arbre qui n’a à première vue rien pour attirer l’attention. Il s’agit d’un Orme, une espèce encore très répandue il y a une trentaine d’années, mais dont les effectifs ont été décimés par un champignon (la Graphiose), lui-même propagé par un minuscule Coléoptère : le Scolyte. Alors que les Ormes bordaient nos chemins et avaient été massivement plantés comme « Arbres de la Liberté » en 1789, puis en 1848, presque tous ont disparu. Autant dire que celui-ci est un survivant…

 

Orme-2013-04-10--12-.JPG

L’Orme, tout comme bien d’autres arbres (Noisetier, Aulne, Saules, etc…) produit ses fleurs avant les feuilles. Ce ne sont pas des « chatons », mais de discrètes inflorescences légèrement colorées en rouge, qui se transformeront bientôt en graines munies d’une « aile » circulaire. Ces dernières tomberont avant la fin de l’été, et germeront à l’Automne.

 

Orme-2013-04-10--16-.JPG

Autre manifestation du Printemps, ce Sureau qui commence à se couvrir de feuilles avec un mois de retard. Espérons que ce Printemps tardif mettra au moins nos arbres fruitiers à l’abri des dernières gelées !

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:49

Lavoir-Feux---1-.JPG

Pour la petite anecdote, cet article est le 500ème de mon blog. Comme la majorité de ses « congénères », le lavoir de Feux fut construit durant la seconde moitié du XIXème siècle, plus précisément en 1881.

 

Lavoir-Feux---2-.JPG

Il est établi sur la rivière Benelle, en aval de l’ancien Moulin du Pont, et surprend par sa longueur, environ 20 mètres.

 

Lavoir-Feux---3-.JPG

Un seuil a été établi en amont du lavoir, peut-être pour décanter l’eau l’alimentant. Le cours principal de la rivière passe sur la droite.

 

Lavoir-Feux---4-.JPG

En arrière-plan, on aperçoit le pont de la route menant à Sancerre et, tout au fond, l’ancien Moulin du Pont.

 

Lavoir-Feux---5-.JPG

L’eau est, au moins à cette époque, cristalline…

 

Lavoir-Feux---6-.JPG

La charpente du lavoir est mixte bois/fer, et l’ensemble est parfaitement entretenu. Le long du mur, deux barres parallèles servaient peut-être à étendre le linge pour l’égoutter, mais la question reste soumise aux lecteurs…

 

Lavoir-Feux---7-.JPG

Oh surprise en ces temps où le Printemps se fait tant désirer, de belles fleurs égayent le cours de la rivière. Il ne fait que 3° en cette matinée grise et ventée…

 

Lavoir-Feux---8-.JPGA lire les nombreux graffiti, tous de bon goût à défaut d’être des œuvres d’art, le lavoir de Feux se veut un lieu d’expression des sentiments…

 

Lavoir-Feux---9-.JPG

Voire carrément de poésie…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 12:47

Tel serait le nom du jour où nous sommes selon le Calendrier Républicain (ou révolutionnaire) ! C’est le commentaire d’un lecteur assidu de mon blog qui m’a incité à en connaître un peu plus sur ce calendrier, adopté par la Convention le 22 Septembre 1792, qui constitue son origine. Il sera appliqué rétroactivement suite au décret de la Convention nationale du 14 vendémiaire an II (5 Octobre 1793). Ce calendrier fut utilisé jusqu’à son abrogation par Napoléon le 9 Septembre 1805, qui décida le retour au Calendrier Grégorien à partir du 1er Janvier 1806. Il fut aussi très brièvement utilisé après la Révolution de 1871.

 

calendrier-Revolutionnaire.jpg

Son principe était bien entendu de supprimer toute référence à la Religion (noms de saints pour les jours) et ainsi à la Monarchie, en substituant au Calendrier Grégorien des termes empruntés à la nature et aux travaux des champs.

 

Il était prévu au départ de remplacer les 24 heures, divisées en minutes et secondes par dix « heures », elles-mêmes divisées en dix parties, puis encore en dix, et ainsi de suite. Ce système ne fut jamais adopté.

 

la-liberte-guidant-le_peuple.jpg

La semaine de sept jours est remplacée par la décade de dix jours : Primidi, Duodi, Tridi, Quartidi, Quintidi, Sextidi, Septidi, Octidi, Nonidi, Décadi. Il n’y a donc aucune correspondance avec les jours de la semaine.

 

Triomphe-de-la-Republique.jpg

Les mois étaient nommés d’après le temps : Vendémiaire, Brumaire et Frimaire pour l’Automne ; Nivôse, Pluviôse et Ventôse pour l’Hiver ; Germinal, Floréal et Prairial pour le Printemps ; enfin messidor, Thermidor et Fructidor pour l’Eté. Comme 12 mois de 30 jours ne font que 360 jours, il fallait chaque année intercaler entre l’Eté et l’Automne 5 ou 6 jours appelés les « sans-culottides » (eh oui, à cette époque déjà, le ridicule ne tuait pas…) : Vertu, Génie, Travail, Opinion (contrôlée…), Récompenses et, les années bissextiles, Révolution.

 

Comme, bien entendu, il ne fallait plus parler de du jour de la « Saint-Machin », on donna à ces derniers des noms de plantes, animaux, ou minéraux et matières diverses, allant du Cheval au Plomb, en passant par le Persil, le Chanvre (il devait régner une ambiance particulière ce jour-là…), le Granit et la Rhubarbe. Chaque jour de fin de Décade (le Décadi) recevait un nom d’instrument agricole : Charrue, Arrosoir ou Râteau, par exemple.

 

Germinal.jpg

Ainsi nous sommes aujourd’hui le Quintidi 15 Germinal de l’An CCXXI (221), jour de l’Abeille. Demain, ce sera la Laitue… et Dimanche la Cigüe ! Prochain outil au calendrier, la Ruche, qui marquera la fin de la seconde Décade de Germinal.

 

Informations Wikipedia.

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 13:56

ecoliers-picards-2013-04-03.JPG

C’est par un temps superbe que de jeunes écoliers picards sont venus ce matin sur le site de Vesvre, étrennant ainsi la saison 2013. Une trentaine de jeunes de l’école de Vers sur Selle (Somme), en classe verte au CAAPN de Veaugues pour la semaine, ont ainsi pu tout découvrir de ce site médiéval, et les guides bénévoles ont été mis à contribution pour satisfaire la soif de connaissance de cette fort sympathique équipe ! Un bon moment pour tous qui, nous l’espérons, se répètera au cours de l’année…


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 09:09

1-corbeau-Vincent.JPG

Il se dit parfois que les corbeaux traversent les régions les plus désolées en volant sur le dos…

 

2-corbeau-Vincent.JPG

Un léger souffle de vent, et voici notre oiseau qui change d’avis…

 

3-corbeau-Vincent.JPG

Il prend de l’altitude…

 

4-corbeau-Vincent.JPG

Et attend que le fromage s’engouffre dans son bec… Certains auront certainement reconnu le corbeau apprivoisé de notre ami Vincent…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 12:01

1 balade

Avant que la neige fasse un (espérons) ultime retour en fin de matinée, je suis parti en quête de quelques signes annonciateurs d’un Printemps qui n’a cesse de se faire désirer cette année. L’Ellébore Fétide (nommée d’après l’odeur exhalée par ses feuilles froissées) est toujours en pleine floraison !

 

2 balade

Le long de l’ancienne voie ferrée, très sujette aux courants d’air, aucun signe de vie, pas un bourgeon. Par contre un tache orange vif attire mon attention ; tiens, une affiche plastifiée a été apposée sur ce panneau interdisant depuis déjà longtemps l’accès des lieux aux véhicules motorisés, mais que personne ne semble capable de lire…

 

3 balade

Un peu plus loin, toujours dans la zone « Natura 2000 », quelques Saules Marsault exhibent leurs chatons, dont les couleurs vivent tranchent avec la grisaille ambiante. Enfin un peu de vie !

 

4 balade

Quelques dizaines de mètres plus loin, une autre de ces affiches. Approchons-nous. Je laisse le soin aux lecteurs du blog d’apprécier le sérieux de ce texte.

 

5 affiche carrières

Gageons que les services habilités à faire respecter cet arrêté, dûment énumérés sur l’affiche, seront vigilants et que, dès le mois de Juin, Orchidées, Vipérine, Onagre et autre plantes qui égayaient ce coteau (normalement) ensoleillé coloniseront à nouveau cette zone particulièrement riche, enfin débarrassée de ceux qui ont comme habitude de prendre les espaces naturels comme terrain de motocross. En tous cas, ceci nous montre que la Municipalité de Veaugues a pris conscience de la valeur de son patrimoine naturel, et de l’urgence qu’il y a à le protéger !

 

6 baladeContinuons dans les bois communaux, à présent hors du périmètre protégé. Par un bourgeon là non plus à cette époque ou les premières feuilles devraient pointer. Ici, un Daphné Lauréolé, plante de la famille des Thyméléacées, inféodées aux terrains calcaires.

 

6a balade

Le Daphné, comme l’Ellébore, fleurit l’hiver et sa floraison consiste en discrètes trompettes verdâtres qui se transformeront l’été en petites baies noires.

 

7 balade

Arrivé à la lisière Sud du bois, enfin de « vraies » fleurs ! Quelques bouquets de violettes parsèment le sol…

 

8 balade

Le Buis fleurit aussi en fin d’hiver. Ses fleurs jaunes dégagent normalement une senteur légèrement acidulée, qui déplaît à certains. Son nectar est une aubaine pour les premières abeilles, mais aujourd’hui, avec une température qui ne décolle pas du Zéro et alors que tombent quelques flocons, elles préfèrent la tiédeur de leurs ruches, maintenues à une température constates par ses habitantes…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 10:54

1.JPG

Depuis quelques jours, on sentait bien qu’il se passait quelque chose au sein de la petite famille … Puis est apparue une nouvelle silhouette, au fond du jardin…

 

2.JPG

Plutôt élégant, mais « inconnu au bataillon », il s’approche timidement…

 

3.JPG

Voilà que la cible de toutes ses attentions passe près de lui, dans un premier temps dédaigneuse…

 

4.JPG

Et maintenant, je découvre un nouveau soupirant, posé sur un tas de planches, face à la maison. Il est à moitié essorillé. L’essorillage était une pratique médiévale qui consistait à couper un morceau d’oreille pour marquer un condamné. Le multi-récidiviste se retrouvait parfois privé de ses deux oreilles. Ainsi, où qu’il aille, il était immédiatement reconnu comme délinquant ou criminel, ce qui le condamnait à une perpétuelle errance…

 

5.JPG

Délinquant ou pas, ce prétendant a l’air de plaire à ma seconde petite chatte. Il faut dire que, pour une entrée en matière, mieux vaut souvent ne pas se montrer trop difficile ; elle n’a que neuf mois.

 

6.JPG

Changement soudain de situation : la première donzelle (probablement éprise du premier larron) poursuit le nouveau prétendant, qui semble ne plus se faire très fier…

 

7.JPG

Cette fois, le soupirant prend la poudre d’escampette, poursuivi par les deux demoiselles. « Une, ça va, mais deux, je ne fais plus le poids », doit-il se dire ! Il ne tardera pas à revenir, car ses vocalises se font déjà entendre…

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche