Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 10:35

chats-2013-11-01.JPG

Sitôt adopté, le poêle! Signe du retour du froid...

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 17:33

page-de-garde.jpg

Que tout malentendu soit dissipé, je ne milite pas au sein d’un mouvement « identitaire » comme il en fleurit tous les jours, et c’est bien, comme cette vue le précise, d’un manuel écrit en 1896 à l’intention des élèves de la classe de 5ème que le texte qui suit est extrait.

 

le-caractere-Francais.jpg

D’autres pages, que je n’oserais montrer ici, expliquent la supériorité de la race blanche et de la civilisation des zones tempérées, qui atteint son plus haut degré de perfection en Europe. Si l’Homme est assez vaniteux pour se considérer comme « créé par Dieu à son image » (et surtout pas l’inverse…), que dire alors du Français ! Edifiant…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 08:27

Nous connaissons très peu de choses à propos du château de Veaugues, qui était situé en plein milieu du village, à l’emplacement de l’actuel établissement pour personnes handicapées. Tout au plus, Buhot de Kersers nous apprend-il que « la Seigneurie de Veaugues  nous paraît anciennement jointe à celle de Pesselières dans les mains de seigneurs de la famille de La Porte, de 1243 à 1639. Puis Veaugues passe à François Macé, 1666-1678, et aux Lefort, 1732-1734 ».

 

entree-Chateau.JPG

Portail d’entrée du Château vers 1910

 

Or, on apprend (source : Jean Néraud) que le 6 Mai 1700, un quart de la Seigneurie de Veaugues fut acheté, conjointement à celle des Porteaux par Marie Dumesnil de la Bussière, veuve du Sieur de la Cour. Cette dernière se remarie le 30 décembre 1702, avec Antoine de Saugnac, écuyer, seigneur de la Garde, capitaine de cavalerie, chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis et lui fait donation, par son contrat de mariage, de la terre des Porteaux et du quart de celle de Veaugues.

 

Dix ans après, le 23 février 1712. Antoine de Saugnac achète à Marguerite Lemoyne, veuve de François Dubois, procureur en la Cour de Parlement à Paris, les trois autres quarts de la terre et seigneurie de Veaugues. Marie Dumesnil décédant en 1713, Antoine de Saugnac se retrouve de fait propriétaire de l’ensemble de la seigneurie de Veaugues. Le 5 mars 1714, il se remarie avec Jacqueline Lepage, elle-même veuve de Louis Preinac.

 

hospice-Veaugues-2013-09-22--1-.JPG

Le bâtiment principal de l’ESAT de Veaugues, qui abrita l’hospice (face Ouest), date de 1788.

 

Sans postérité, Antoine de Saugnac, alors Seigneur des Porteaux et de Veaugues, rédige le 16 Octobre 1715 un testament dans lequel, entre autres dispositions, il demande que « l’un de ses deux châteaux soit converti en hôpital pour les pauvres : malades, vieillards, veuves et orphelins des paroisses de Veaugues et de Crésancy. Une personne pieuse, consacrée à Dieu, et que désignerait l'archevêque de Bourges, serait chargée d'installer des sœurs grises dans l'hospice. » Antoine de Saugnac était probablement visionnaire car, l'année suivante (1716), il mourut, vraisemblablement assassiné, fait sur lequel je reviendrai dans un autre article.

 

Afin de régler ses dettes diverses et d’assurer des revenus décents à l’hôpital qu’A. De Saugnac avait souhaité fonder à Veaugues, la propriété des Porteaux fut vendue en 1720. Des lettres patentes du roi Louis XV, en date du 12 Septembre 1721, confirmèrent la fondation de l’hôpital de Veaugues. Cet hôpital était doté de sources de revenus, en l’occurrence ceux de terres louées en fermage, diverses taxes foncières (cens), ainsi que les Bois des Hospices. La plus importante carrière de pierre de Veaugues (celle « aux chauve-souris ») est dénommée Carrière de l’Hospice ; faut-il en conclure qu’elle faisait partie des biens alloués à ce dernier ?

 

hospice-Veaugues-2013-09-22--3-.JPG

L’ancien hospice (face Est)

 

L’établissement bénéficiera d’autres revenus qui lui seront laissés au titre de donations diverses. Ainsi, le 6 Mars 1822, le Sieur Sabert, en échange de son admission à l’Hospice, laisse à ce dernier « une maison évaluée à 300 Francs, ainsi qu’une rente de 55 Francs » (Ordonnance Royale). La Veuve Ferrand fera don de « 3 portions de vigne évaluées à 60 Francs » le 30 Décembre 1822 (Ordonnance Royale).

 

chateau-1823.jpg

Sur le cadastre de 1823, on voit encore le tracé des fossés qui devaient entourer le château de Veaugues, ainsi qu’un bâtiment rond, pigeonnier ou tour et un autre bâtiment derrière (aujourd’hui tous deux disparus). Le bâtiment situé au milieu est celui qu’on voit aujourd’hui et date de 1788 (Voir ici), mais qu’a-t-il remplacé ? La question reste posée, et des recherches approfondies s’imposent…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 09:36

1-Pesselieres-vue-air-S.-Malbe--4-.JPG

Le nom de Pesselières évoque pour la plupart avant tout la célèbre foire du 1er juin, qui s’y tient tous les ans, probablement depuis l’époque du Comte Etienne Ier de Sancerre au milieu du XIIème siècle (source Fernand Foucher). A l’origine, on y trouvait des bestiaux, toiles et autres produits locaux, plus ceux apportés par des commerçants ambulants. Aujourd’hui, le « made in China » a hélas remplacé tout cela. En arrière-plan de ce cliché (merci à Serge Malbé), le champ de foire…

 

2-chateau-Pesselieres-CPA.jpg

Pesselières n’est qu’un hameau de la commune de Jalognes, mais qui posséda jusque dans les années 1970 plusieurs cafés. Aujourd’hui, il a retrouvé un certain dynamisme grâce à un petit groupe de passionnés, qui veulent valoriser son patrimoine historique et naturel. Parmi eux, on retrouve Guy et Irène Millérioux qui font tourner le moulin à huile ; Pascal Fontanille, le dynamique propriétaire du château qui, grâce à lui, sort enfin de sa léthargie ; Jacky Malbé, que tout le monde connaît, et bien d’autres…

 

3-Pesselieres-vue-air-S.-Malbe--9-.JPG

Le château vu de plus près (cliché Serge Malbé). Depuis peu s’est créée une association regroupant tout ce petit monde, et ceux qui veulent les rejoindre, dont votre serviteur. Ce sont les Amis de Pesselières , présidés par Gilles Leseigneur. Un tout jeune site internet vient de voir le jour il y a un mois. Curiosités architecturales, historiques ou naturelles, légendes, réalités de la vie rurale, recettes savoureuses, jardinage, actualité culturelle, sont au menu du « Journal de Pesselières », et tout un chacun peut l’alimenter…

 

4-Journal-Pesseliere-Sept-13.jpg

Dans le dernier numéro, un article sur le Cormier, arbre que j’avais déjà présenté sur mon blog. Un verger conservatoire, destiné à perpétuer les vieilles variétés de fruits locaux (pommes, poires, etc…) est en cours de constitution et, chaque année en février, un atelier de greffage est proposé, où chacun peut apporter ses greffons pour reproduire un vieux pommier à l’agonie, par exemple. Une association pleine de projets, et qui accueille à bras ouvert même les « étrangers » au hameau ! Et, qui sait, peut-être y rencontrerez-vous Pomone...

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 08:36

Les lecteurs habituels de ce blog savent bien que la vie quotidienne des habitants de Veaugues, à l’image de bien des communes rurales, est hélas trop souvent perturbée par des nuisances de toutes sortes : fumées émises par des indélicats, bruits de motos ou de chiens, ordures déposées en pleine nature, dégradation d’équipements publics ou privés, etc….

 

cabane-veaugues.jpg

Ici les tuiles de l'abri de l'aire de pique-nique du Bois des Hospices, récemment cassées par une poignée d'adolescents désoeuvrés. Laxisme, manque de moyens et indifférence générale font que leurs auteurs bénéficient en général d’une totale impunité.

 

Au Moyen-Age, il en allait tout autrement, et les querelles étaient parfois réglées de manière expéditive. On assassinait son voisin parce que ses chèvres avaient piétiné sa récolte, par exemple, ou qu’il avait arraché un bout de haie pour y faire passer ses bêtes afin de les mener au pré.

 

C’est ce que nous explique le médiéviste Olivier Trotignon dans ce très intéressant article, et on peut lui faire confiance pour la fiabilité de ses sources.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 08:44

1-maison-la-reculee-Oct-2012.JPG

Il y a à peine un an, je vous présentais une petite maison dont le sort semblait plus qu’incertain…

 

2-maison-la-reculee-Oct-2013.JPG

Eh bien, le miracle n’a pas eu lieu pour elle. Je suis passé devant hier, et voici ce que j’ai vu…

 

3-maison-la-reculee--4-.JPG

La façade effondrée laisse à présent voir la charpente bien fatiguée…

 

4-maison-la-reculee--3-.JPG

Témoin d’une époque lointaine où on rapportait les bouteilles à l’épicier du coin pour en récupérer le montant de la consigne, ce « Sirop d’Anis » d’un célèbre fabriquant dont l’empire s’étend aujourd’hui au monde entier…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 14:37

bolet-bleuissant-2013-10-05--7-.JPG

Les habitués le savent, les Bois des Hospices, à Veaugues, ne sont pas renommés pour leur richesse mycologique, et rares sont ceux qui en ont rapporté des récoltes record. Le sous-sol très calcaire et la pauvreté du sol en humus doivent y être pour quelque chose. On y rencontre cependant diverses espèces non-comestibles, comme le Bolet Bleuissant, un cousin du Cèpe dont il n’a pas la qualité…

 

bolet-bleuissant-2013-10-05--13-.JPG

On devrait cependant dire « les Bolets Bleuissants », car plusieurs espèces voisines  présentent cette particularité. Lorsqu’on casse ce gros champignon, sa chair vire en quelques secondes au bleu intense. Pas de quoi mettre en appétit…

 

bolet-Satan-2013-10-09--7-.JPG

Inféodé aux terrains calcaires, et présent une grande partie de l’année, est le Bolet Satan. Son chapeau gris terne peut atteindre 30 cms, et son pied est rougeâtre…

 

bolet-Satan-2013-10-09--10-.JPG

Sa réputation dépasse de loin ses propriétés, car il est tout au plus indigeste, et certains le mangent sans désagréments, à en croire certains ouvrages et sites interne. Bien meilleurs sont les Pieds-de Mouton, qui n’apparaîtront que d’ici un mois…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 12:37

1-JNS-2013--29-.JPG

Comme annoncé, Veaugues a été ce week-end le théâtre d’une initiation à la spéléo pour tous. Le parcours commençait pas une plongée dans les entrailles des anciennes carrières par le niveau supérieur…

 

2-JNS-2013--41-.JPG

S’en suivait la descente au niveau de base grâce au même équipement qui sert dans les gouffres les plus profonds…

 

3 JNS 2013 (38)

Presque de la routine pour Simon, dont le père est déjà un « vieux de la vieille »…

 

4-JNS-2013--44-.JPG

Même les plus petits ont eu droit à l’émerveillement, grâce aux petits soins de Marco et des équipes des clubs de Veaugues et Guérigny…

 

5-JNS-2013--15-.JPG

Retour à la lumière du jour avec le pont de singes, pour lequel un pied sûr est un atout, bien que la sécurité soit parfaitement assurée par une longe…

 

5a-JNS-2013--20-.JPG

Malgré quelques hésitations, Camille se lancera et parviendra à l’autre bout sans encombres…

 

6-JNS-2013--54-.JPG

C’est encore Marco qui accompagne ce spéléo en herbe (très tendre…) sur la tyrolienne…

 

7-JNS-2013--10-.JPG

Une fois le public reparti, place à la soirée entre copains, et c’est grâce au talent de Tony et Marco, qui parviendront à allumer un feu avec du bois détrempé (il était tombé 38 mm de pluie la nuit précédente), que l’équipe savourera les patates « en robe de chambre », cuites dans la braise.

 

article-BR-2013-10-07--1-.jpg

Merci aux journalistes de la Voix du Sancerrois et du Berry Républicain (dont l’envoyée spéciale a eu droit au parcours intégral…) pour la couverture de cet évènement.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 10:49

1

Petit à petit, la commune de Veaugues devient plus accueillante pour nos amis à « mobilité réduite », c’est-à-dire en fauteuil. Après plusieurs places de parking qui leur on été réservées lors du réaménagement de la place en 2009…

 

2

Enfin, lorsqu’elles ne sont pas indûment occupées par des personnes n’ayant rien à y faire ! Notons au passage que point n’est besoin d’avoir un « gros 4x4 » pour se garer comme un sagouin…

 

3

Les besoins spirituels des handicapés n’ont pas été oubliés, avec une place…

 

3a

Et une rampe spécialement aménagée pour eux afin qu’ils puissent aller prendre soin de leur âme…

 

4

La mairie leur est à présent pleinement accessible grâce à ce plan incliné confectionné à leur intention par les services municipaux le mois dernier.

 

Je ferai grâce à mes lecteurs des toilettes publiques parfaitement aux normes, bien entretenues et, luxe suprême, toujours pourvues de papier grâce à la sollicitude de nos trois employés communaux. Reste à espérer qu’un jour, l’environnement naturel bénéficiera des mêmes égards… 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 16:04

If-1.JPG 

L’If est un conifère qui a bien des particularités, des paradoxes, même. Chez nous, on le voit essentiellement dans les cimetières, d’où il essaime grâce à ses graines transportées par les oiseaux, et dans les parcs où il se prête à la taille en « topière ». C’est ainsi qu’on en rencontre autour de Veaugues, et notamment sur l’emprise de l’ancienne ligne SNCF et dans les haies qui la bordent, espaces classés en zone Natura 2000 pour leur richesse, comme j’en ai déjà maintes fois parlé…

 

If-2.JPG

Conifère de par sa classification, certes, mais sans cônes (les fameuses « pommes de pin »), un peu comme un oiseau qui n’aurait pas d’ailes, l’If est un arbre bien à part. Par exemple, il est le seul conifère à rejeter depuis la souche, et se reconstitue s’il est cassé à mi-hauteur, contrairement aux pins et sapins. De plus, les plans sont sexués ; il y a des Ifs femelles et des Ifs mâles. Ici, nous voyons un rameau portant les fleurs mâles, qui apparaissent au début du Printemps.

 

If-3.JPG

A la fin de l’Eté apparaissent ce qui ressemble à des fruits mais qui, du point de vue du botaniste, n’en sont point : ce sont des arilles, et ces faux-fruits rouge vif constituent la seule partie de la plante à ne pas être vénéneuse (peut-être une confiture à essayer?). Bien entendu, ils ne sont portés que par les arbres femelles. L’If a une grande longévité ; Jeanne d’Arc s’est assise sous l’If de la Motte-Feuilly (Indre), et on recense de nombreux Ifs multicentenaires en Angleterre, où cet arbre est plus répandu que chez nous, ainsi qu'en Normandie.

 

If-4.JPG

Le « fruit » rouge, contient une graine. Les oiseaux sont très friands de l’enveloppe charnue et sucrée, mais rejettent les graines toxiques loin de l’arbre qui les a produites. C’est ainsi que se reproduit l’If. Son écorce contient une molécule, le taxol, utilisée en pharmacie pour la préparation de médicaments anticancéreux. Merci au passage au journal « le Berry Républicain », qui a publié il y a une semaine un excellent article sur la richesse de la flore des environs de Veaugues.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche