Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 08:48

C’est dans la liasse dont j’avais parlé récemment, et que j’ai voulu feuilleter une dernière fois avant que son propriétaire légitime ne la récupère, que j’ai trouvé hier ce savoureux billet. Bien que datant de près de 300 ans, l’écriture est parfaitement lisible, alors je ne perdrai pas de temps à vous la transcrire.

 

recu-messe-Gaucher-1719.jpgOn y comprend que Monsieur Guillaume Gaucher le Jeune (son père portait probablement le même prénom que lui), procureur à Sancerre avait fait dire 40 messes à son intention ainsi qu’à celle de ses deux sœurs Anne et Marthe, certainement pour le salut de leurs âmes, en l’église des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde, à Sancerre. Cela se passait le 12 Décembre 1719. Avaient-ils quelque chose à se reprocher ? J’espère simplement que le contrat aura été respecté…

 

Au fait, Monsieur Gaucher avait donné 16 Livres pour cette pieuse intention qui n'aura mas manqué de contribuer à l'entretien de l'église desdites soeurs. Peut-être cette dépense lui aura-t-elle ouvert des droits à une déduction fiscale?

 


 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 18:16

2-ordures-D-151.JPG

Les emballages plastiques, certes pratiques, sont néanmoins devenus une vraie plaie lorsqu’il s’agit de s’en débarrasser. Au mieux, ils finissent dans des conteneurs qui leurs sont destinés ; au pire sur le bord de nos routes, et le plus souvent avec les ordures ménagères.

 

Il existe, notamment en Angleterre, un nouveau concept de magasin qui a décidé de se passer totalement d’emballages jetables. Cette « chaîne » s’appelle « Unpackaged », ce qui veut littéralement dire « non-emballé ».  Un petit reportage télévisé m’a fait découvrir cette nouveauté qui me fait furieusement penser à l’époque où j’étais gamin, celle où on rapportait les bouteilles de lait et pots de yaourts consignés au magasin. Le principe consiste à apporter ses propres récipients pour les liquides, et à proposer uniquement des sachets en papier pour les fruits et légumes ou le vrac.

 

Lors du dernier Printemps de Bourges, les buvettes appliquaient une consigne d’un Euro à tout gobelet plastique, somme remboursée lors de la restitution du récipient. Ceci ne suffisait cependant pas à convaincre tous les « fêtards » à rapporter leurs gobelets. Qu’à cela ne tienne ! Ces consignes ont permis à de nombreuses personnes de se faire un peu d’argent de poche en ramassant les gobelets abandonnés et les restituant ; à un Euro le gobelet, ça valait la peine !

 

McDonalds-Emballage.jpg

 

Ainsi, fini les sacs, pots, gobelets et autres barquettes plastique dont tant finissent en pleine nature. Cette méthode devait être appliquée également aux cannettes en verre ou métal, ainsi qu’aux emballages de « fast-food ». Ainsi peut-être me verrait-on un jour me décider à pousser la porte d’un Mac Do’, non pas parce que j'aurai cédé aux sirènes de la malbouffe, mais pour monnayer les ordures que je ramasse régulièrement sur la route près de chez moi…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans coups de gueule
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 09:21

chatons-noisetiers-2014-01-22--3-.JPG

Certes, nous ne sommes que le dernier jour de Janvier, et l’Hiver est loin de n’être qu’un souvenir, même si les températures sont clémentes. Cependant, comme le témoignent ces chatons de Noisetier surpris dans les bois de Veaugues, la végétation prépare son réveil, et tout jardinier qui se respecte doit penser aux plantations qu’il souhaite effectuer dans son verger.

 

greffage mars 2014

C’est pourquoi l’association des Amis de Pesselières proposera le samedi 8 Mars à partir de 15 h une après-midi « Atelier Greffage », gratuite et ouverte à tou(te)s. Si vous avez chez vous un arbre fruitier (Pommier ou Poirier) vieillissant que vous souhaitez perpétuer, ou que vous avez repéré chez un ami ou simplement sur le bord d’un chemin, une variété aux fruits succulents que vous aimeriez planter dans votre jardin,  ce sera l’occasion de réaliser vos rêves.

 

Il vous suffira de vous présenter au château de Pesselières ce jour-là muni de quelques pousses de l’année dernière, de préférence saines et vigoureuses. Un greffeur professionnel vous les placera sur des porte-greffes fournis par l’association, et vous n’aurez plus qu’à les planter dans les trous que vous aurez préalablement préparés dans votre jardin.

 

 

greffe Pommier sur Aubépine 2013-06-30 (5)

Pour le prélèvement des greffons, il existe deux écoles. Ceux qui, comme moi, les prélèvent juste avant le greffage, et ceux qui les prélèvent en Janvier et les laissent hiverner au frais plantés dans du sable au Nord. A vous de voir… Le terrain superficiel et très calcaire de Veaugues n’étant pas celui que préfèrent les arbres à pépins (Pommier et Poirier), j’ai fait plusieurs essais de greffes sur des « sauvageons » locaux. Ici, du Pommier du de l’Aubépine ; greffe réalisée en Mars dernier ; photographiée en Juillet ; aujourd’hui les pousses de l’année font environ 60 cms, mais il faut attendre encore un an pour être certain de la réussite.

 

 

greffe pommier sur alisier 2013-07-26 (6)

J’ai également tenté de greffer une variété ancienne de pommes sur le fameux Alisier hybride spontané, espèce particulière à Veaugues. Là aussi la greffe a bien pris, mais il faut attendre la période probatoire… En cas de succès confirmé, j’entrerai peut-être dans la postérité…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 19:06

Le village de Veaugues est traversé par un modeste ruisseau nommé la Planche-Godard. J’ai déjà évoqué ce cours d’eau dans plusieurs articles concernant les moulins, lavoirs ou sources mais, cette fois, je vous propose d’en découvrir l’intégralité de son cours, en plusieurs articles, depuis ses sources jusqu’à son confluent avec la Vauvise, puis la Loire.

 

1-hydrographie-Veaugues-traces.jpg

Sur cette carte, on peut découvrir les sources qui alimentent le ruisseau, en amont du village de Veaugues. En trait bleu continu : les cours d’eau pérennes (permanents) ; en tiraits, les parties temporaires, en général à sec en dehors des périodes très pluvieuses. Les flèches renvoient aux endroits pris en photo. Une exception, le Pont de l’Erable, qui était situé sur l’ancien tracé de la route Bourges-Sancerre, et juste mentionné pour mémoire.

 

11-Veaugues-fontaine-Grand-Senais.JPG

La fontaine du Grand Senais est une belle vasque, origine d’un ruisseau pérenne qui disparaît rapidement pour couler sous terre…

 

2-Veaugues-source-Sarry--2-.JPG

La source de Sarry, en contrebas du vignoble du même nom. Elle ne sourd qu’une partie de l’année, au creux d’un petit affleurement rocheux cerné de quelques arbres…

 

3-Veaugues-Sarry--1-.JPG

En aval de cette source (visible en arrière-plan), le ruisseau qui serpentait autrefois dans un vallon bocager a été réduit par les remembrements successifs (1965 et 1994 notamment), en un fossé sans vie…

 

4-Veaugues-source-Epignol--1-.JPG

Autre source alimentant le réseau : celle d’Epignol. Un lavoir aujourd’hui ruiné avait été aménagé, preuve que l’eau était autrefois plus abondante…

 

5-Veaugues-source-Epignol--2-.JPG

L’eau sourd entre de grosses dalles de pierre taillée, et un archéologue m’avait dit que cet aménagement pourrait être très ancien…

 

6-Veaugues-source-dela-Brosse--3-.JPG

Plus bas, la source de la Brosse d’Epignol est en fait un puits qui déborde par temps de grosses pluies. L’eau coule par un orifice ménagé sous la margelle du puits, et alimentait autrefois un abreuvoir en pierre…

 

7-Veaugues-aval-de-La-brosse.JPG

Passé la Brosse, juste avant de confluer avec un autre bras, temporaire lui aussi, venu de Villedonné (commune de Neuvy deux Clochers).

 

8-Veaugues-Moulin-d-en-Haut.JPG

Le ruisseau pérenne commence réellement en amont du Moulin d’en haut, à l’emplacement de la station de pompage de Veaugues, hélas actuellement à l’arrêt, ce qui nous condamne à boire l’eau fortement javellisée de la nappe de Loire. Ici, le bief aval dudit Moulin…

 

9-Veaugues-Planche-Godard-Lavoir--1-.JPG

Le lavoir de Veaugues

 

10-Veaugues-Moulin-d-en-bas--2-.JPG

Cet épisode s’arrête ici, au bief amont du Moulin d’en bas, que nous découvrirons lors du prochain article.

 

12-pont-ruisseau-1933.JPG

L’endroit servait autrefois d’abreuvoir pour les bestiaux. Cette vue de 1933 est prise en direction de Sancerre. Le bâtiment du moulin est visible à l’extrême-droite du cliché ; l’abreuvoir tout à gauche. Les bornes et parapets ont été remplacés par une rambarde métallique, et l'arbre a disparu il y a longtemps.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 10:48

Mairie-Veaugues--cl-B.-Richert-.jpg

Madame Barbouche, mairesse de Veaugues s’est, comme tous les ans, conformée au rituel des vœux de bonne année. Le récit de cet évènement, qui s’est déroulé dans la salle des fêtes, sur la droite de ce cliché (photo B. Richert), est relaté sur le site du journal Le Berry Républicain du 17 Janvier.

 

Des félicitations, pas toujours méritées, des médailles dont le seul critère d’attribution est le nombre d’années de présence, la liste des quelques réalisations du mandat, de quoi plaire à tous sans égratigner aucun de ceux venus là essentiellement pour le « verre de l’amitié » servi en fin de cérémonie et qui n’avaient qu’une hâte : passer aux choses sérieuses.

 

caserne-Pompiers-Veaugues.JPG

Côté réalisations durant les 3 mandats de cette équipe, nous leur devons une belle et fonctionnelle caserne de pompiers (là, rien à redire), ainsi que la réfection de la place du village, où se tient le marché du vendredi et dont j’ai déjà abondamment parlé ; fonctionnelle, mais ô combien sans âme.

 

Rendons à notre « future-ex » mairesse ce que nous lui devons. Elle s’est toujours montrée disponible en prenant le temps d’écouter ceux qui souhaitaient lui faire part de leurs problèmes, et la lumière reste souvent allumée jusque tard le soir dans son bureau.

 

Par contre, lorsqu’elle affirme dans son discours que « bien sûr, tout n'a pas été fait, non par manque de volonté, mais bien souvent par manque de moyens financiers », ce n’est pas tout à fait exact, et certainement pas dans le domaine de l’Environnement. Par exemple, parmi lesdits conseillers soucieux du bien-être dans notre commune (et médaillés pour cela…), il y en a un qui a donné l’autorisation, en toute illégalité de pratiquer du motocross sur une parcelle classée Natura 2000. Un autre, pourtant alors responsable de la « commission environnement », entretenait un feu qui couvait dans sa décharge de déchets verts.  Mais là, emporté par cette naïveté qui m’a toujours porté à croire que les élus se devaient de donner l’exemple, je m’ égare…

 

place-Veaugues-2013-09-22--5-.JPG

Personnellement, je souhaite qu’on fasse bénéficier les heureux élus titulaires de médailles au titre des sacrifices accomplis au cours de leurs mandats à répétition… d’une retraite bien méritée ! Ici, la place de Veaugues.

 

« Je souhaite laisser la place aux idées et énergies nouvelles pour le bien de notre commune », a dit notre Première Magistrate. Alors, j’attends que ces « idées nouvelles » nous proposent un programme ambitieux, même si ce ne sera pas facile avec les maigres ressources de notre commune. Tout d’abord le respect de certaines lois jusqu’ici bafouées par ceux-là même qui sont chargés de veiller à leur application.

 

Ensuite, et là ce sera plus facile, une meilleure transparence et l’information de tous les administrés via un bulletin municipal, ne serait-ce que semestriel, et un site internet. Un exemple à suivre en la matière, la commune voisine de Neuvy deux Clochers, où même les comptes-rendus des séances du Conseil Municipal sont accessibles en ligne ! Un premier pas serait l’affichage en Mairie desdites délibérations.

 

place-1922.JPG

Mais il est vrai que, dans nos petites communes rurales où le principal souci des administrés est de voir la municipalité distribuer les cadeaux de Noël aux écoliers et les colis aux « anciens », des médailles à la pelle et un petit apéro au moins une fois l’an, mieux vaut ne pas rêver ! Ici, la Mairie de Veaugues en 1922.

 

Un petit clin d’oeil tout de même au personnel communal, qui assure son travail dans la bonne humeur malgré la vétusté du matériel mis à sa disposition, et rendez-vous en Mars devant l’urne, en espérant un sérieux renouveau !

 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 12:22

clavaires-2014-01-23--13-.JPG

C’est hier après-midi, en me promenant à la lisière de l’un de ces bois « de rendement » où les sapins Douglas sont plantés en lignes géométriques dénuées de tout charme et qui semblent désertés de toute vie, que j’ai eu droit à ce spectacle : un tapis de Clavaires, champignons parfois nommés « barbes de chèvre ».

 

clavaires-2014-01-23--20-.JPG

Là, j’ai posé au sol mon petit « compact » qui ne me quitte (presque) jamais et, malgré la pénombre de cette journée aussi maussade qu’humide, et bien avancée, j’ai réussi un gros-plan. Position macro, flash neutralisé et retardateur pour utiliser une vitesse lente à 400 ISO. Quant à l’identification de l’espèce, je reste dans le doute.

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 12:56

1-balade-Bois-de-Maupas--3-.JPG

Sur le bord du chemin, des restes de « plesses », autre manière de conduire les haies dans le bocage ; le mystère s’épaissit…

 

3-balade-Maupas.JPG

Ici, un authentique « chemin creux » comme ceux où les troupes révolutionnaires étaient attaquées par les Chouans vendéens…

 

3a-balade-Maupas.JPG

Là, deux arbres « siamois »…

11a-balade.JPG

Puis une étrange branche reliant deux gros arbres…

 

12-balade-Bois-de-Maupas--10-.JPG

Rentré à la maison, je cherche à en savoir plus sur la nature de cet étrange paysage, en consultant le site Géoportail, qui propose, entre autres, des vues aériennes anciennes. Quelle n’est pas ma surprise de découvrir qu’en 1950, la quasi-totalité de la zone que je viens de traverser était une alternance très morcelée de cultures et de pâtures, maillée par un réseau très dense de haies ! Ces têteaux, aujourd’hui perdus dans les bois, sont les seuls vestiges de cette époque où le paysage était très différent et où, contrairement au Sahel, c’est la forêt qui avance…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 12:33

Après maints avant-projets relatés par la presse, il semble que le Ministère de l’Intérieur ait enfin arrêté la nouvelle carte cantonale du département du Cher (environ 311.000 habitants). L’idée est de diminuer le nombre des cantons, en proposant de nouvelles structures hébergeant un nombre d’habitants à peu près égal, et tout en essayant de respecter les affinités territoriales et économiques. Chaque nouveau canton devra élire deux Conseillers Généraux, en principe une femme et un homme, à ce qu’on m’a dit.

 

projet-cantons-Cher-Ministere-Interieur-copie.jpg

Le nouveau découpage comporte donc, hormis l’agglomération de Bourges, 12 nouveaux « super-cantons » d’une population moyenne allant de 12.500 à 20.000 habitants. Les noms sont bien longs et compliqués, mais l’Administration a dû solliciter ses méninges pour ne fâcher personnes

 

Il est difficile de contenter tout le monde, et ce sont surtout les communes situées aux extrémités de ces nouvelles collectivités qui se plaindront de ne rien avoir en commun avec celles situées à l’autre bout. Il est d’ores et déjà certain que les habitants des communes riveraines de la Loire comme Herry ou Argenvières, traditionnellement tournées vers La  Charité (de l’autre côté de la Loire et donc non seulement dans un autre département, mais aussi une autre région administrative…), n’ont rien à partager avec Moulins sur Yèvre et Osmoy, à l’autre bout de leur canton, qui font partie de la « grande banlieue » de Bourges.

 

nouveau-canton-Sancerre-2014.jpg

Le Sancerrois a eu plus de chance. En effet, le canton de Sancerre a été associé avec ceux de Vailly et de Léré, composant ainsi une entité géographique cohérente, qui offre des paysages variés (et agréables) alternant harmonieusement bocage, cultures, vignes et espaces boisés. Economiquement tourné plutôt vers Cosne (encore dans le département voisin de la Nièvre), cette nouvelle collectivité territoriale sera peut-être mieux équilibrée économiquement que l’actuel canton de Sancerre où la prépondérance de l’activité viticole est vécue assez mal par certains.

 

Pour simplifier encore plus ce tissu administratif, des fusions avec d'autres collectivités et structures déjà existentes, telles que les communes, communautés de communes et "pays" seraient souhaitables, même si je vois d'ici le poil de certains petits "potentats locaux" se hérisser... Ainsi, ce serait la fin de la multiplicité des interlocuteurs, et de ce millefeuille, dont tous les étages gagnent un peu de crème à chaque étape des procédures administratives...

 


 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 10:06

0-presbytere-Veaugues-2013-12-02--1-.JPG

En 1866, la population de Veaugues croît régulièrement depuis des décennies ; elle est de 1050 habitants, dont 466 au bourg. L’église, devenue trop petite, sera reconstruite 25 ans plus tard mais, en attendant, l’Archevêché de Bourges souhaite rénover le presbytère de Veaugues, et confie à Charles Guillard, architecte sancerrois, le soin d’évaluer la situation. Ce dernier fait les constatations suivantes :

 

« Le presbytère de Veaugues dans son état actuel est insuffisant. La seule chambre à donner est insalubre, la cuisine, établie il y a quelques années  dans un passage de 1,55 m de largeur, est complètement insuffisante  et la chambre de la domestique, très exiguë, est placée dans un endroit tellement privé d’air  qu’il est dangereux de la conserver plus longtemps.

 

1-plan-RDC-presbytere-Veaugues-Guillard-etat-ancien.JPG

Ce plan dressé par Charles Guillard, figure le presbytère d’alors, peut-être édifié au cours du siècle précédent. L’accès à la  cave se faisait au moyen d’un escalier dont le départ était dans l’entrée, et qui faisait un quart-de-tour.

 

2-presbytere-Veaugues-2013-12-02--8-.JPG

Le couloir menant aujourd’hui à la cave par l’arrière du bâtiment était autrefois cette cuisine « de 1,55 mètre de large »…

 

3-presbytere-Veaugues-2013-12-02--9-.JPGA la suite des placards probablement aménagés par Guillard, se voit une ouverture soigneusement appareillée, et murée. Il s’agit vraisemblablement de la porte qui, en 1867, permettait d’accéder à la cuisine depuis la salle à manger. Elle sera murée lors du déplacement de l’escalier de la cave, visible au fond.

 

Guillard propose, le 15 Mai 1867, le projet qui suit :

 

- laisser la cuisine pour passage pour desservir la cave.

- convertir la chambre à donner en une cuisine.

- le bûcher serait divisé en deux parties ; une partie serait convertie en chambre,

- le surplus resterait bûcher.

- une partie du rez-de-chaussée serait surélevée d’un premier étage, dans lequel seraient aménagées deux chambres à feu avec un cabinet dans lequel il y aurait même possibilité d’y mettre un lit. »

 

4-plan-RDC-presbytere-Veaugues-Guillard-etat-renove.JPG

Et voici le plan proposé par Guillard. En rouge, les modifications. On remarque que l’accès à la cave se fera non plus depuis l’intérieur, mais depuis l’arrière, par ce qui était la cuisine. Le sol de l’ancienne chambre de bonne sera abattu pour éclairer la descente de cave. La « chambre à donner » est transformée en cuisine, alors que la chambre de la domestique (la célèbre bonne du curé…) est déplacée vers le bûcher, qui se voit ainsi amputé.

 

4a-plan-etage-presbytere-Veaugues-Guillard-renove.JPG

Un étage sera aménagé, en surélevant une partie du grenier. Il proposera deux chambres spacieuses toutes deux munies d’une cheminée.

 

4b-facade-projet-presbytere-Veaugues-Guillard.JPG

Croquis de la façade Sud du presbytère remanié par Guillard. A l’étage, deux fenêtres de chambres et une sur un « cabinet ». Il ne semble pas que les ouvertures du rez-de-chaussée aient été remaniées. Leur linteau cintré, que l’on retrouve sur l’ancien accès à la cave, doit dater de la construction d’origine, et Guillard a choisi de conserver ce style pour les ouvertures de l’étage.

 

Avant d’approuver ce projet, l’Archevêché demanda quelques modifications, à savoir :

- Que des jours soient ménagés au nord, pour l’assainissement des pièces du rez-de-chaussée.                  

- Que la chambre de la domestique, prise sur le bûcher, soit établie sur le midi et non au nord.

 

La mise en adjudication du 16 juillet 1868 désignait les entrepreneurs Dupeux et Granvergue, de Veaugues , qui proposaient un rabais de 8 %. Charles Guillard signait le procès-verbal de réception définitive des travaux le 1er juillet 1870.

 

5-presbytere-Veaugues-2013-12-02--33-.JPG

La façade Sud aujourd’hui. Les ouvertures au premier plan sont le fruit de remaniements ultérieurs à ceux de Guillard. Tout au plus peut-on avancer que la première ouverture au linteau cintré est celle du bûcher.

 

6-coupe-presbytere-Veaugues-Guillard.JPG

Cette coupe du bâtiment montre bien l’élévation de la charpente qui fut nécessaire pour créer un espace de vie à l’étage.

 

7 presbytère Veaugues 2013-12-02 (5)

Le pignon est du presbytère. La souche de cheminée au premier plan monte depuis l’âtre de la chambre du curé. La petite porte sur la droite, qui ne figure sur aucun plan, est pourtant munie d’un linteau cintré. Elle donne dans un minuscule cabinet abritant un lavabo. A l'époque où ces travaux furent menés sur le presbytère, rappelons que l'église se trouvait alors juste en face!

 

Le presbytère, délaissé lors de regroupements paroissiaux, abrita des sœurs jusque dans les années 1980. Une partie a été récemment aménagée en bibliothèque municipale. J’aurais bien aimé mettre en ligne toutes les informations concernant cette bibliothèque, mais la commune de Veaugues n’a pas de site internet, ni même de bulletin municipal. Peut-être une idée pour la prochaine équipe qui sortira des urnes le 30 mars prochain ?

 

Merci à Simon Maudry (Sancerre) qui a mis à ma disposition les plans et informations diverses.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 09:02

lever-soleil-2014-01-01.jpg

En ce premier matin le soleil semble avoir eu autant de mal à se lever que la plupart de mes concitoyens, d'ailleurs, il s'est rapidement éclipsé pour laisser place à un dégradé de gris... Que cela ne m'empêche pas de vous souhaiter à tous, lectuers du blog ou pas, une excellente année!

 

Pour tous ceux et celles qui auraient des idées préconçues quant au temps qu'il fait dans le Sancerrois, et plus précisément à Veaugues, voici mes relevés pour l'année 2013. Notons tout de même une pluviométrie excessive, la moyenne étant d'environ 780 mm par an.

2013

jan

fév

mars

avril

mai

juin

juillet

août

sept

oct

nov

déc

année

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T° mini

-6  

-7

-4

-2

4

8

10

11

8

1

-3

-5

-7

T° maxi

11

10

18

27

22

30

33

35

34

24

15

11

35

T° moy-enne

2,34

1,63

5,71

9,52

10,66

16,73

21,84

20,15

16,95

11,96

5,67

4,24

10,62

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

précipi-tations

81

77

106

102

113

37

41

37

67

138

137

39

975

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche