Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:10

1-terrier-de-Montigny-1518.JPG

Les terriers de l’Ancien Régime étaient des registres dans lesquels étaient répertoriées les terres d’une Seigneurie, qu’elles soient propriété directe du seigneur ou appartenant à des tiers, roturiers ou seigneurs extérieurs. Ces registres servaient essentiellement à établir le montant des divers impôts fonciers dûs au seigneur, et de par là ceux qu’il devait reverser à ses suzerains.

 

2 terrier de Montigny 1518

Beaucoup ont été brûlés à la Révolution, mais le fonds de la famille Bouthilier qui posséda la Seigneurie de Montigny et Vesvre depuis la fin du 17ème siècle jusqu’à son émigration à la Révoution, conservé aux Archives départementales du Cher (cotes E 326 à 539), recèle de véritables trésors, comme ce terrier dressé en 1518. C’est un « pavé » de 30 x 40 cms environ, en parfait état de conservation, relié avec couverture de cuir, et dont la lecture (ou plutôt le feuilletage…) réserve bien des surprises !

 

3-terrier-de-Montigny.JPG

En effet, chaque chapitre est orné d’une lettrine superbement travaillée où l’écrivain, visiblement pas le premier scribouillard venu, a laissé libre cours à son talent et son imagination, et probablement aussi aux sentiments qu’il nourrissait envers les contribuable ! Ici, on lit : « L’an mil cinq cens et… ». Il s’agit du préambule de ce registre (cote E 403 aux AD 18).

 

4-Terrier-Montigny.JPG

Ici, une propriété qui appartenait probablement à un couple et son fils : Jehanny, Jehan et Pierre Gremillats. A première vue, je ne saurais dire si Jehanny est un prénom masculin ou féminin…

 

4a-terrier-de-Montigny.JPG

Mais cette vue rapprochée laisse entrevoir deux profils adossés, un homme et une femme, dont le nez crochu ne présage rien de bon...

 

5-terrier-de-Montigny.JPG

Guillemin Loye est, lui, affublé d’un nez en « pied de marmite…

 

6-terrier-de-Montigny.JPG

Jean Lesdutz et sa barbichette pointent quelque chose du doigt. Evidemment, on peut se demander si ces personnages sont ressemblants, ou s’il s’agit d’une pure fantaisie du secrétaire qui a dressé ce registre.

 

7-terrier-de-Montign.JPGGuillaume Pyvet (probablement membre de la famille qui a donné son nom au lieu-dit Les Pivets, entre Veaugues et Montigny), qui montre ses crocs, n’a pas l’air commode. Nul doute que le procureur fiscal du seigneur ne devait pas en mener large lorsqu’il venait lui réclamer son dû !

 

8-terrier-de-Montigny.JPG

Une mine plus sympathique pour Pierre Gendrault et son épouse…

 

9-terrier-de-Montigny.JPG

Quant à Michel Millet (un nom encore très répandu dans le secteur), il tire la langue. Peut-être se montrait-il particulièrement arrogant avec l’agent du fisc ?

 

10-terrier-de-Montigny.JPG

Anthoine Martin, avec son menton en galoche, semble plutôt accommodant. Peut-être payait-il sans contester ce qu’on lui réclamait…

 

11-terrier-de-Montigny.JPG

Là on a clairement l’impression que notre secrétaire seigneurial ne portait pas Symon Denis dans son cœur, pour l’avoir représenté par un serpent à deux têtes !

 

12-terrier-de-Montigny.JPG

Le terme de Prudent Homme désignait un statut social ; il était situé en dessous de « Honnête Homme » et de « Honorable Homme », mais ils étaient tous des non-nobles, souvent des commerçants ou officiers civils. Cependant, ce sont des personnes qui pouvaient exercer des responsabilités, voire avoir une certaine influence ; c’est probablement pourquoi il n’a pas été caricaturé par notre secrétaire qui ne voulait pas s’attirer d’ennuis…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 12:20

1-verger-PJ--1-.JPG

Avec le Printemps, et l’absence totale de gelées, on assiste à une explosion de fleurs dans le verger… Cerisiers, poiriers et pruniers produisent leurs fleurs avant les feuilles. Pour les pommiers, il faudra attendre quelques semaines.

 

2-verger-PJ--3-.JPG

Certes, le temps gris de cette matinée ne met pas en valeur ce spectacle magnifique mais, comme j’étais sur place pour quelques menus travaux, j’en profite. Derrière le gros poirier produisant des « poires à pâté », comme on dit par ici car elles ne sont bonnes qu’à faire cette sorte de chausson ou tourte, on aperçoit des ruches…

 

3-Rucher-PJ--1-.JPG

C’est un ami qui m’a proposé de les installer pour améliorer la pollinisation des arbres fruitiers…

 

4-Rucher-PJ--2-.JPG

A peine arrivées, ces dames sont déjà au travail, et les ruches bourdonnent d’activité !

 

5-verger-PJ--5-.JPG

Je jette un cou d’œil à mes greffes. Il est conseillé, afin d’empêcher les oiseaux de manger les précieux bourgeons des greffons, de disposer de petites branches qui distrairont leur attention. Visiblement, ici, un oiseau a profité cette protection pour s’y percher et… se soulager d’un besoin pressant sur un des deux greffons!

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 09:04

fleurs-pruniers-2014-03-26--1-.JPG

Maintenant que les Valgyciens ont choisi une équipe renouvelée pour gérer la commune, passons à autre chose, avec le retour des beaux jours. Ici, une fleur de prunier "à goutte", c'est-à-dire dont les fruits ne sont convoités que pour préparer la fameuse eau-de-vie; cette dernière était très appréciée par les anciens, mais la disparition programmée des alambics ambulants signera la fin de cette production artisanale.

 

lezard-vert-2013-03-29t.JPG

L'ardeur du soleil, samedi dernier, a fait sortir de leurs repaires hivernaux les premiers lézards verts. Celui-ci s'était assoupi sous une bâche. Bientôt le coucou, en retrad cette année, devrait faire entendre son cri annonciateur de la renaissance de la nature...

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 09:26

AD-18-E-448-acte-original-1446--1-.JPG

Nous sommes le 14 Mai 1446 et Jean de la Grange vient tout juste (le 5 Mai) d’acquérir la Seigneurie de Montigny de Louis Breschard, Chevalier et Seigneur de Lailly. Il doit donc faire « foi et hommage » (serment de fidélité) pour ces terres nouvellement acquises auprès du Seigneur suzerain des lieux, en l’occurrence Jehan Dumesnil-Symon, Seigneur des Aix d’Angillon. Il promet aussi de produire un « dénombrement » de ses terres, qui servira à prouver les sommes qu’il devra reverser à son suzerain au titre des divers impôts collectés auprès de ses sujets. Voici donc l’original de cet aveu, conservé aux Archives départementales du Cher sous la cote E 448, dans le fond de la famille Bouthilier, derniers Seigneurs de Montigny.

 

AD-18-E-448-acte-original-1446--1--extrait.jpg

Afin d’éviter qu’on me prête des talents que je n’ai pas, je tiens à préciser que ce texte avait déjà été décrypté en 1808, me facilitant ainsi grandement la tâche. Cette écriture de 1446 s’appelle « caroline », et on lit parfaitement ici « Noble homme Jehan de la grange ».

 

« A tous ceux qui ces présentes lettres verront Estienne valet licencie en droit canon et civil garde du scel … estably aux contracts de la presente … Salut Sachent font que en la présencece de Jean Beuf notaire juré du Roy ? et dudit seel auquel Noble Homme Jehan de La Grange Ecuyer et Valet de Chambre du Roy notre dit sire, s’en transporté par devers noble homme Jehan Dumesnil Simon premier valet tranchant du Roy notre dit sire et Seigneur de Maupas de Beaujeu et des Ayx dampgillon auquel le dit Jehan de la Grange a dit et Exposé que n’agueres n’avoit acquis et acheté la terre justice et Seigneurie de vesvres et Montigni tenue en fief dudit Seigneur de Maupas et a cause de son Chatel, chatelenie terre et seigneurie des Aix, en lui requerant qu’il le voulin en foi et hommage ainsi qu’il appartient d’icelle terre justice et Seigneurie de vesvres et de Montigni et de leurs dependances Lequel Seigneur de Maupas et des aix après ces choses a lui dites et Exposées par ledit et la Grange a dit et repondu audit Delagrange que vollontiers Le recevoir a icelles foi et hommage &a et en enjoignant par ledit Seigneur des Aix audit et la Grange de Bailler Sa nommée et Denombrement d’icelles terre, justice et seigneurie de vesvres et Montigni et de leurs dependances devant quarante jours prochainement venant et a compter du jour dhuy lesquelles choses … le quatorzieme jour de Mois de May L’an mil quatrecens quarante et six. 

Signé Beuf. »

 

carte-Seigneurie-Vesvre-1446.jpg

Voici l’étendue des terres achetées par Jehan de la Grange. La Seigneurie de Montigny avait été jointe à celle de Vesvre entre 1344 et 1446. Si une grande partie de son pourtour est connu par un acte de 1545, des incertitudes subsistent quant aux limites Est, car il m’a été impossible de situer certains noms de lieux-dits oubliés de tous. Ces parties figurent donc en pointillés sur la carte.

 

plan-Witas-partie-Nord--29-.JPG

Les Seigneurs de Montigny résidaient en principe en leur château, situé au Clou, près de la route de Veaugues, appelé aujourd’hui « le Vieux Château ». En voici un plan datant de 1778. Trois tours aujourd'hui disparues étaient encore visibles à cette époque. Le bourg de Montigy est vers la gauche de l'image.

 

chateau-Montigny-BdK.jpg

Cette gravure de Buhot de Kersers vers 1880 montre la face Nord du logis, identique à ce qu’on peut encore voir aujourd’hui. Il est probable que les lieux aient peu changé en 200 ans, et que ce château ait plutôt été un « manoir », dont le style (fenêtre à meneau et croisée) accuse la fin du XVème siècle.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 08:37

Ce matin, comme des millions de citoyens, aussitôt avalé mon petit-déjeuner, je cherche à connaître les résultats du premier tour des élections municipales dans ma commune de Veaugues. Le site du Berry Républicain exigeant une procédure compliquée, avec réception d’un code par SMS, je cherche ailleurs. Pas bien longtemps… Le site « L’Internaute » les propose directement.

 

Pour les habitués pour lesquels le blog est la principale source d’info concernant notre petite commune discrète, les voici :

Inscrits : 466 ; votants : 354 ; participation 75.97%

 

Nom

1er Tour

voix

%

Gitton Axel

260

76,70

Leblanc Jérôme

252

74,34

Caziot Chantal

252

74,34

Joulin Laurent

251

74,04

Gaudry Patrick

251

74,04

Robin Fanny

250

73,75

Devautour Jean-Marie

246

72,57

Girard Roger

246

72,57

Raffestin Gérard

245

72,27

Mazué André

244

71,98

Chestier Sophie

237

69,91

Joulin Dominique

234

69,03

Barbouche Mehdi

231

68,14

Thirot Sylvie

216

63,72

 

 

 

Vinadelle Yves

138

40,71

Bailly Sylvain

122

35,99

Lebacq Michel

119

35,10

Roger Benoit

118

34,81

Saulé Daniel

98

28,91

Auroux Hubert

78

23,01

 

 

 

 

A la lecture de ces résultats, je ferai diverses constatations qui s’imposent, en toute objectivité :

 

- il y aura un second tour dimanche prochain pour pourvoir un seul siège.

- les électeurs ont plébiscité les nouveaux candidats de la liste complète (celle sans tête…). Place aux nouveaux, donc, et c'est une bonne nouvelle!

- les résultats montrent bien que le « rectificatif » publié en catastrophe le lundi 17 Mars dans le Berry Républicain ne l’a pas été sans raison…

La liste Lebacq (5 personnes) a certainement payé son absence totale de communication. Pas d’affiches sur le panneau électoral, quelques bulletins distribués dans certaines boîtes à lettres (pas la mienne), sans même de profession de foi. A croire qu’ils partaient perdants d’avance. Espérons tout de même qu’ils parviendront à placer l’un des leurs dimanche prochain ! Ce ne sera bien sûr possible que s'ils n'en alignent qu'un face au Premier Adjoint sortant...

 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:16

A l’avant-veille des municipales, et au terme d’une campagne électorale qui a brillé par son inexistence (pas la moindre réunion-débat avec les électeurs), le moins qu’on puisse dire est qu’il est difficile de ressentir de l’enthousiasme !

 

mairie-Veaugues-2014-03-21--2-.JPG

Certes, on ne peut pas espérer l’impossible d’une petite commune au budget compté, et la modestie des projets est préférable aux promesses racoleuses qu’on se sait incapable de tenir.

 

D’un côté une liste qui a, pour une raison mystérieuse, déclaré plus de deux semaines après sa présentation, qu’elle n’avait pas de porte-parole. Quelques propositions qui vont dans le bon sens, notamment sur le plan de la communication.

 

VS-2014-03-20.jpg

De l’autre, un « tiers de liste », qui n’a pas jugé utile de diffuser de profession de foi dans les boîtes à lettres, ni même de placarder d’affiche sur le panneau à sa disposition face à la mairie ; dommage. Une phrase a cependant retenu toute mon attention dans les déclarations qu’a faites Michel Lebacq, son porte-parole, à la presse : « Nous voulons donner du dynamisme à notre village, et ceci en toute transparence ». Voilà qui transfigurerait notre petite commune !

 

Dans les timides projets avancés par les deux listes, rien, absolument rien sur la protection et la mise en valeur de l’environnement, du patrimoine et la promotion de la culture. On peut se consoler en se disant que les communes voisines, à part une, ne se démarquent hélas pas de Veaugues dans ce domaine.

 

mairie-Veaugues-2014-03-21--1-.JPG

Alors, qui siégera d’ici dix jours dans la salle du Conseil Municipal, que l’on devine en arrière-plan au fond de l’entrée de la mairie de Veaugues ?...

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 09:22

La Nationale 7 traversait Bonny (Loiret) jusqu’à l’ouverture de la déviation vers 1982. De nombreuses maisons trop proches du bitume portaient alors les stigmates du passage des milliers de camions (dont le mien…) qui se croisaient quotidiennement, jouant d’adresse pour ne pas s’accrocher... Bruit et fumée — celle des diesels de l’époque, sans filtres à particules — étaient le quotidien des habitants. De passage à Bonny dimanche dernier en montant sur Paris, le beau temps m’incite à une visite rapide, et je repère rapidement ce bâtiment qui a conservé sa patine de l’époque glorieuse de la RN 7.

 

Bonny 2014-03-16 (2a)

On y distingue un écusson figurant une publicité pour une huile auto. Le damier rappelle qu’à cette époque (celle où la route faisait 15.000 morts par an alors qu'il y avait bien moins de voitures en circulation...), un des principaux arguments vendeurs était la vitesse. Suite aux commentaires éclairés et à divers messages reçus, je confirme que cette pub concerne l'huile Supra Super-Sport commercialisée par les huiles Renault.

 

Voici un site sympa où vous en verrez bien d'autres. Le texte est en Anglais, mais l'important, c'est l'image!

http://www.elve.net/padv/en/lubrica.htm

 

Bonny-2014-03-16--10-.JPG

Pas question de vitesse sur ce joli petit pont de pierre, appelé le Pont des Soeurs, qui enjambe la rivière la Cheuille au pied des remparts…

 

Bonny-2014-03-16--19-.JPG

Quant à ce soupirail de cave, il est solidement défendu par une protection, d’époque elle aussi, en fer forgé…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:48

mise-au-point-copie-1.jpg

Dans le journal "le Berry républicain" d'hier, on pouvait lire ceci. Alors, réelle erreur de communication ou erreur de "casting"... En tous cas, une liste qui renie le porte-parole qu'elle s'était pourtant clairement donné dès le 27 Février, dans un autre journal local du même groupe de presse, ça fait cafouillage...

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 09:34

Comme je l’avais annoncé, je continue à rendre compte de la campagne des municipales à Veaugues. Un autre blog local a choisi d’ « ouvrir ses colonnes » aux candidats et à tous ceux qui souhaitent s’exprimer, livrant ainsi à ses lecteurs (dont je suis), des échanges de qualité très inégales et parfois peu élégants. Je rappelle que tout un chacun est libre de laisser un commentaire sur mon blog et que, à part deux ou trois exceptions, seuls ceux émanant de sites commerciaux ont été censurés en l'espace de 5 ans.

 

Le 27 Février était dévoilée dans un journal local une première liste complète. Deux semaines plus tard, nous découvrons que nous aurons tout de même un choix à faire, avec une seconde liste, réduite à 5 personnes.

 

liste-vinadelle-1.jpg

Samedi dernier, j’ai trouvé dans ma boîte à lettres la « profession de foi » de la première liste, et c’est un rapide décorticage de quelques-unes de ses propositions que je vous livre.

 

Lorsque j’ai fait quelques propositions pour promouvoir la communication, je ne pensais pas être visionnaire au point que mes idées soient intégralement reprises, avec en prime un « livret d’accueil » destiné, je crois, aux nouveaux arrivants !

 

Le second volet s’intitule « améliorer le cadre de vie ». Qui souhaiterait le contraire ? Cette sécurisation du déplacement des piétons pourrait débuter par l’éducation des automobilistes qui ont la sale manie de se garer « où ils veulent », dédaignant les emplacements réservés aménagés à grands frais lors de la réfection de la place en 2009…

 

Chapitre suivant : « Optimiser la gestion de la commune ».

Comme je l’avais déjà dit, Veaugues semble avoir heureusement bénéficié d’une gestion saine ; autant continuer. Là où ça devient comique, c’est quand je lis « Occuper un rôle majeur au sein de l’intercommunalité » ! Lorsqu’on sait que c’est à reculons que Veaugues a intégré la Communauté de Communes du Sancerrois (qui n’offre même pas de site Internet…), ça prête tout de même à sourire…

 

Je ne m’étendrai pas sur les points qui paraissent évidents comme la poursuite de l’entretien de la voirie, ou ceux que je peinerais à argumenter comme la vie scolaire. Du temps où j’étais un des responsables d’une association culturelle et sportive de la commune ; je dois dire que Mme Barbouche (Mairesse sortante) a toujours prêté une oreille attentive à nos requêtes, et fait le nécessaire pour nous faciliter la vie. Faisons donc confiance à ceux qui se réclament être ses successeurs pour continuer cette politique.

 

Cette profession de foi se termine par une phrase qui paraît évidente, mais qui, pour deux des 15 candidats, relèverait de la rédemption la plus inattendue : « Chaque candidat aura à cœur d’œuvrer pour le bien vivre à Veaugues ». Nul doute que je saurai le leur rappeler le cas échéant…

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 10:55

1-parcours-3.jpg

Alors que la campagne des municipales à Veaugues nous assourdit par son silence, profitons donc du beau temps pour continuer à descendre le ruisseau de Planche-Godard, que nous avions laissé alors qu’il s’apprêtait à quitter Veaugues pour le territoire de la commune de Vinon.

 

1a-Vinon-la-Queue-de-l-Etang.JPG

Passé le château de Vaufreland, nous arrivons à la Queue de l’Etang. Ce toponyme indique toujours un endroit où un cours d’eau entrait dans un étang, lieu souvent marécageux. Or aucun document porté à ma connaissance ne montre d‘étang à cet endroit, pas plus que n’en parle Fernand Foucher dans son Histoire de Vino Cette « queue » doit être le seul vestige d’un ouvrage disparu il y a très longtemps…

 

2-Vinon-sources-du-Boisseau.JPG

Juste à l’entrée de Vinon se trouvent, dans une propriété privée, d’abondantes sources pérennes appelées Fontaines du Boisseau. A partir de cet endroit, et jusqu’à la Vauvise, ce sont deux cours d’eau parallèles que nous explorerons, la Planche-Godard et le Boisseau. Leurs lits artificiels alimentaient de nombreux moulins, et sont reliés en plusieurs endroits pas des bras de jonction.

 

3-Vinon-lavoir.JPG

Au centre du bourg se trouve la Fontaine du Pron, source pérenne et abondante sur l’effluent de laquelle fut aménage en 1860 le lavoir de Vinon. En aval de l’église, ce cours d’eau alimentait un moulin dont il ne reste que le bief. Plusieurs petits étangs privés ont été créés sur le cours des ruisseaux au bourg de Vinon.

 

4 Vinon Planche-Godard Moulin de la Rèche (1)

Un peu plus bas, de l’ancien moulin de la Rêche, ne reste que le bief, toujours en eau. Ce bief continue jusqu’au moulin de Récy et constitue le bras principal. Curieusement, à ce point du réseau, la Planche-Godard est le bras Nord, alors que le bras Sud est connu sous le nom de Boisseau…

 

5-Vinon-Planche-Godard-Moulin-de-Recy--2-.JPG

Le Moulin de Récy est le seul moulin de la région à être encore en activité, même sil n’utilise plus la force motrice de la rivière, mais l’électricité. Il moud les blés achetés à des agriculteurs locaux.

 

6 Vinon Planche-Godard Moulin de Récy (1)

La chute d’eau de Récy, malheureusement aujourd’hui privée de sa roue… Après Récy, les cours de la Planche-Godard et du Boisseau fusionnent. Ils ne se sépareront à nouveau qu’à l’entrée de Saint-Bouize.

 

7-St-Bouize-Planche-Godard-Moulin-de-Bussiere--3-.JPG

Nous arrivons à présent au Moulin de Bussières, imposant bâtiment de caractère trônant au milieu de la vallée.

 

7a acte achat moulin de Bussière 23 Mars 1586 (3)

Selon un acte de vente du 20 mars 1586 (E1619 archives du Cher), Anthoine Buchet acquiert d’Étienne Colasson, de la paroisse de St Pierre-le-Guillard (Bourges), « le moulin Buxières assiz en la paroisse de Ste Boyse, avec ses dépendances, jouxtant les hoirs de feu Symon Buchet pour 500 écus soleil ». Cet Antoine Buchet est mon aïeul direct à la douzième génération, et il est fort à parier qu’il n’a jamais palpé de grain ni de farine de sa vie, se contentant de percevoir les revenus de ce moulin qu’il aura certainement baillé en fermage à un meunier.

 

7b-St-Bouize-Planche-Godard-Moulin-de-Bussiere--4-.JPG

En aval de Bussières, on distingue, à droite, le lit principal de la rivière qui coule abondamment toute l’année et, à gauche, le bief aval du moulin, simple fossé marécageux.

 

8-St-Bouize-amont-Planche-Godard--2-.JPG

Comme expliqué plus haut, le cours d’eau se sépare à nouveau à l’entrée de St-Bouize. Je traiterai le Boisseau dans un prochain article, et nous suivrons aujourd’hui la Planche-Godard jusqu’à son confluent avec la Vauvise. Ici, une petite route enjambe le ruisseau…

 

9-St-Bouize-amont-Planche-Godard--1-.JPG

Le même pont vu côté aval. Il ne semble pas qu’il ait existé de moulin sur la planche-Godard en aval de celui de Bussières.

 

9 St-Bouize amont Planche-Godard (1)

Ce pont, en plein centre du bourg de St-Bouize, permet à la route Sancerre-Herry de franchir la rivière…

 

10-St-Bouize-aval-Planche-Godard--1-.JPG

Localisé un peu en aval, sur une petite route en cul-de-sac, celui-ci sera le dernier sur le cours de la Planche-Godard…

 

11-St-Bouize-aval-Planche-Godard--2-.JPG

Les eaux claires de la petite rivière née près de Villedonné se précipitent à présent vers la Vauvise, cours d’eau plus important qui a sa source du côté de Nérondes. A partir de ce point, tous les cours d’eau ont un lit artificiel établi dans le lit majeur de la Loire. Ce dernier a beaucoup changé au gré des crues, jusqu’à l’établissement de la digue de protection et du Canal Latéral au milieu du XIXème siècle. Rendez-vous au prochain épisode…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche