Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 09:50

traversee-Manche--0-.JPG

Après le Comice de Sancerre, changeons totalement de décor. Ici, il y a quelque temps, je revenais d’une dizaine de jours dans les îles Britanniques où, contrairement aux idées reçues, un soleil généreux avait été au rendez-vous tous les jours. Ici, une vue prise au-dessus des falaises de Douvres au petit matin, avant l’embarquement pour Calais…

 

traversee-Manche--1-.JPG

Puis la ville de Douvres (Dover), entièrement vouée à son activité portuaire, vue depuis son château. On devine, au loin, la grisaille qui gagne du terrain…

 

traversee-Manche--2-.JPG

Un dernier coup d’œil au château, dont je ne saurais que conseiller la visite, malgré le tarif d’entrée nettement supérieur à ce qui se pratique de ce côté-ci de la Manche…

 

traversee-Manche--3-.JPG

Posé sur la rambarde du ferry, ce magnifique Goéland Argenté digère le sandwich qu’il vient de se procurer en le volant directement de la main d’un infortuné routier roumain, alors que ce dernier le portait à sa bouche. Après tout, pourquoi se priver ?

 

traversee-Manche--4-.JPG

La passerelle d’accès relevée, le navire s’éloigne lentement du quai avec, en arrière-plan, l’immense château perché sur les hauteurs. A présent, la grisaille a envahi le ciel…

 

traversee-Manche--6-.JPG

Selon les compagnies, de nombreuses destinations sont desservies au départ de Douvres. Calais, bien sûr, mais aussi Boulogne et Dunkerke. Deux autres ferries attendent le départ…

 

traversee-Manche--7-.JPG

Cette fois, ça y est, nous sortons de la rade de Douvres, et c’est parti pour 75 minutes de traversée. Si le ciel est gris, la mer est d’huile, et la traversée sera particulièrement calme.

 

traversee-Manche--9-.JPG

Un dernier regard sur les falaises crayeuses de la côte anglaise, qui ne sont en fait que le prolongement de celles visibles de l’autre côté de la Manche. En effet, le Bassin Parisien, au sens géologique du terme, se prolonge en Angleterre et, n’en déplaise à ses habitants, leur pays n’est en fait qu’une prolongation du « Continent »…

 

traversee-Manche--10-.JPG

J’ai essayé une fois le Shuttle, c’est-à-dire la navette ferroviaire empruntant le tunnel sous la manche, et n’ai pas été entièrement convaincu. S’ils proposent des abonnements et carnets de 10 tickets à un prix avantageux, la traversée par le ferry reste moins chère pour un voyage unique. De plus, elle constitue une agréable coupure lors d’un voyage terrestre aussi long.

 

traversee-Manche--11-.JPG

Même par un temps aussi médiocre, une fois arrivé au milieu de la traversée, les côtes des deux pays sont visibles en même temps. Ici, nous arrivons au terme du voyage, côté Calais. Il faut compter deux heures, embarquement et débarquement compris, et ne pas oublier qu’en France, on conduit à droite.

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 10:39

1-Comice-Sancerre.JPG

Probablement les organisateurs du Comice de Sancerre avaient-ils suffisamment prié Déméter et Dionysos, respectivement déesse des moissons et dieu du vin et de la fête, car le temps se montra clément. Enfin, tout est relatif car, à la sortie des 19 chars à 15 heures pétantes de la caserne de Sancerre, sous les applaudissements de la foule, il ne faisait que 19°… Pour voir le défilé, c'est ici!

 

2-Tacot-Comice-2014-08-16--1-.JPG

Il y a un an, une délégation du comité des fêtes de Sancerre, menée par Elisabeth Mellot, m’avait rendu visite, en quête de documentation pour réaliser le char de la ville de Sancerre. Ils avaient choisi comme thème le « Tacot », petit train qui circula de 1908 à 1948, et savaient que je connaissais bien son histoire. Puis, il y a une dizaine de jours, je fus convié à découvrir l’engin en cours d’assemblage dans un lieu tenu secret. Ici, de gauche à droite, Elisabeth Mellot, Michel Benni et Gérard Mellot (frère d’Elisabeth)…

 

3-Tacot-Comice-2014-08-16--7-.JPG

Lors de la fête hier, qui eut pu deviner que, sous la belle locomotive, se cachait une fourgonnette Citroën C 15 ? Une fois décapitée, c’est elle qui supporte toute la structure, et assure la mobilité de l’ensemble…

 

4-Tacot-Comice-2014-08-16--3-.JPG

Ici, le poste de pilotage. Une fois l’assemblage terminé, le champ de vision du conducteur sera réduit au minimum, et la sécurité assurée par un encadrement à pied.

 

5-Tacot-Comice-2014-08-16--5-.JPG

L’équipe de Gérard Mellot a poussé le réalisme jusqu’à installer une génératrice de fumée ; en fait un dispositif emprunté à une discothèque !

 

5a-loco-SE-3604---train-mixte.jpg

Voici la machine qui a servi de modèle : une locomotive à vapeur type 130T de la Société Générale des Chemins de Fer Economiques (S.E.). Ce sont ces machines qui assuraient le service sur la ligne qui desservait Sancerre…

 

6-Comice-Sancerre-2014-08-24--2-.JPG

Et voici la réplique, avec Gérard aux manettes ! Le réalisme est bluffant ! Tous les éléments caractéristiques de la machines ont été reproduits avec une fidélité méticuleuse, et il ne manque que les rails, hélas retirés au cours des années 1950 !

 

7-Comice-Sancerre-2014-08-24--10-.JPG

Rien ne manque : la cheminée avec son clapet, la lanterne, le dôme à vapeur auquel ont été soudés, pour faire encore plus vrai, des tuyauteries de cuivre…

 

7a-viaduc-St-Satur---tacot.jpg

Ici, une carte postale représentant le Tacot grimpant vers Sancerre, avec le viaduc de St-Satur en arrière-plan…

 

8-Comice-Sancerre-2014-08-24--15-.JPG

Et sa reproduction à l’arrière de la machine !

 

9-Comice-Sancerre-2014-08-24--12-.JPG

Histoire de joindre l’instructif au festif, le wagonnet suivant la machine propose des informations sur l’histoire du Tacot. Ici, une carte de la ligne, et des reproductions de tickets originaux que je leur avais confiés…

 

10-Comice-Sancerre-2014-08-24--14-.JPG

De l’autre côté, un tableau d’horaires de 1924. Il y avait deux aller-retours dans chaque sens.

 

 

11-Comice-Sancerre-2014-08-24--8-.JPG

Et pour terminer, voici les principaux artistes qui ont œuvré à cette superbe réalisation. De gauche à droite : Michel Benni, Gérard Delarbre, Gérard Mellot (concepteur du projet), et son frère François. Chapeau bas à leur travail !

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 08:32

C’est ainsi qu’on nommait autrefois la publicité. Autrefois directement peinte sur les murs, puis insérée dans des pages spéciales « annonces » dans la presse, surtout hebdomadaire, elle a envahi peu à peu tous les moyens de communication : radio, télévision, panneaux sur le bord de certaines routes, puis Internet. Bref, elle est partout !

 

1-Illustration-1923--2-.JPG

Nous sommes ici dans un numéro de l’Illustration de 1923, et c’est à « Bébé » qu’on s’adresse. Il y est précisé, en touts petits caractères tout en bas, qu’Ovomaltine n’est disponible que dans les « bonnes » pharmacies !

 

2 Illustration 1923 (3)

Aujourd’hui, toute une panoplie de médecines alternatives rivalise avec les recettes de nos médecins de familles, sans oublier les charlatans et marabouts. En 1923, la signature d’un ecclésiastique ou d’un moine était une bonne garantie quant à l’efficacité du remède…

 

T3-Illustration-1923--1-.JPG

Toujours en 1923, le magasin Photo-Hall proposait le célèbre Kodak Brownie, que l’on peut aisément trouver aujourd’hui… sur les brocantes ! Prix variable selon l’objectif et le support choisis (plaques ou pellicule).

 

4-1936.JPG

En 1936, l’esthétique de l’appareil photo a évolué avec sa technique. Nous ne sommes pas encore arrivés au « reflex », mais cet appareil à objectifs parallèles offre une mise au point assez précise.

 

5-Illustration-1936--3-.JPG

Toujours en 1936, mais dans le domaine automobile, les bougies Champion vous garantissent des économies d’essence, à une époque où les tensions internationales laissaient déjà entrevoir la pénurie qui mettra bientôt sur les routes les véhicules à gazogène…

 

Personnellement, pour utiliser Internet sans être constamment importuné par ces exaspérantes « fenêtres pop-up » qui vous sautent à la figure, venant masquer l’écran et vous proposent selon les sites que vous fréquentez, voyages, tablettes numériques, voitures d’occasion, ou sex-toys et rencontres coquines, j’ai adopté Adblock-Plus il y a maintenant 2 ans.  Efficacité garantie, quel que soit le site, blog ou forum que vous parcourez. De plus, c’est gratuit !

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 12:01

1-Amanite-farineuse-2014-08-14--1-.JPG

Cela n’a échappé à personne : il a plus hier, et pas rien qu’un peu ! Depuis 2009 que je tiens des relevés météo, on n’avait jamais encore vu une telle quantité d’eau en une demi-journée : 50 millimètres entre 6h00 et 12h30 !

 

2-Amanite-farineuse-2014-08-14--3-.JPG

Il n’en fallait pas plus pour que ce magnifique champignon sorte de terre en un temps record, puisqu’il n’était pas là avant-hier soir.

 

3-Tintin.jpg

Si pour certains champignons « de bois », la croissance est lente et l’espérance de vie longue, celui-ci semble avoir poussé aussi vite que celui de « l’Etoile Mystérieuse » de Tintin !

 

4-Amanite-farineuse-2014-08-14--4-.JPG

Il a à peu de distance un petit frère. Sous toutes réserves, ce seraient des Amanites Farineuses ou une espèce voisine, à priori comestibles, et qui poussent abondamment sur les terrains calcaires de Veaugues, devenant parfois très grosses. A vérifier cependant avant d’en faire votre déjeuner…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 14:04

scierie-Millet-vue-air.jpg

Il est bien connu qu’il arrive que les plus malins se trompent parfois. Un habitant de Veaugues, natif du village et passionné par l’histoire est venu ce matin-même me le rappeler en frappant à ma porte... Il y a peu, j’ai publié un article sur la « scierie de Veaugues », et avais situé la scierie Millet route de Montigny. Erreur ! Si la carte postale montre bien la scierie Millet, celle que j’avais localisée route de Montigny était la scierie Devallière, qui a fonctionné jusque vers 1980. Il a existé deux scieries à Veaugues, et la scierie Millet était route de Crézancy, marquée d’une flèche rouge sur cette vue aérienne de 1950. A cette date, elle avait déjà cessé de fonctionner.

 

carrefour-rte-Crezancy--1-.JPG

Cette carte postale ancienne montre le carrefour des routes de Sancerre à droite), et de Crézancy (à gauche). La grille sur la gauche est celle du domaine Dessessert, où des pompes à carburant fonctionnèrent jusque vers 1985, et derrière lequel était la scierie. Merci à l’ami Raymond pour cette mise au point !

 

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 12:40

gare-cours-1.jpg

Il y a un certain temps, j’avais publié un petit article sur l’ancienne ligne du « Tacot » de Cosne à St-Amand en Puisaye. Tout récemment, une personne de Cours m’a contacté à ce sujet par l’intermédiaire du blog, et je lui ai préparé une série de photos, ainsi que quelques informations. Malheureusement, l’adresse de messagerie qu’elle m’a fournie doit être erronée, et ma réponse est systématiquement renvoyée. Au cas où elle se reconnaîtrait… Ici une vue des voies en gare de Cours-Villeprevoir.

 

gare-cours-2.jpg

Et une autre vue de la même gare, côté quai, figurant le chef de gare de l’époque (1934), Mme Laetitia Bonnet (les deux clichés sont de Marc Bonnet, et extraits de l’étude d’Alain Bouthier de 1985).

 

J’en profite pour essayer de décourager les personnes qui croient opportun de laisser des commentaires dans le seul but d’insérer un lien vers un site de vente en ligne. Elles perdent leur temps, car c’est illico direction la corbeille !

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 11:27

Frimousse-2014-08-06--2-.JPG

D’une personne qui trime dur sans voir le fruit de son travail récompensé, ou qui est malmenée par les aléas de la vie, on dit « quelle vie de chien ! ». Probablement cette expression fait-elle référence aux chiens qui passent peur vie enchaînés à leur niche, et dont l’univers se limite à un demi-cercle de sol poussiéreux ? Ou à ceux qui errent, efflanqués, dans certains pays où leurs maîtres n’ont déjà pas de quoi se remplir l’estomac ?

 

Frimousse-2014-08-06--4rd-.jpg

En fait, beaucoup d'expressions construites autour du mot « chien » sont péjoratives : caractère de chien, temps de chien, avoir un mal de chiens, les chiens écrasés, se regarder en chiens de faïence, etc…

 

Frimousse-2014-08-06--8rd-.jpg

Les expressions contenant le mot « chat » sont souvent plus subtiles. Celui-ci toujours profondément endormi sur son coussin mité à l’heure où j’écris ces quelques mots, semble être à des années-lumière de telles considérations…

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 11:27

carrefour-3-stops--1905.JPG

Au début du siècle dernier, lorsque le photographe arrivait dans un village, c’était un évènement ! La population présente se massait dans le champ de son objectif, trop contente de « passer à la postérité ». Ici, nous sommes à Veaugues en 1905 au carrefour de la route de Sancerre. La place est derrière les personnages et, sur la droite, se voit l’enseigne d’un café-restaurant.

 

carrefour-3-stops--1907.jpg

Même photo, prise en 1907. Le décor n’a pas changé d’un « poil », et il est fort à parier que certaines personnes de la vue précédente s’y trouvent aussi. A droite, contre la palissade, on remarque une rangée de grosses pierres : ce sont les boute-roues, destinés à empêcher les voitures et charrettes de s’approcher trop près.

 

Veaugues-2014-07-31--4-.JPG

Le même endroit hier soir, même cadrage. La maison de gauche a été reconstruite ; le café-restaurant a fermé il y a longtemps, l'école (visible tout au fond) a été ouverte en 1927, et personne n’est sorti de chez lui lorsque je me suis mis au milieu du carrefour pour prendre la photo…

 

Comme d'habitude, merci à M & Mme Pioger pour les vues anciennes...

 


Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 12:27

1-Guerigny-2014-07-24--61-.JPG

Le musée des Amis du Vieux Guérigny  est installé sur le site des anciennes Forges Royales depuis 1975, et organise, comme chaque été, son exposition annuelle. Celle-ci comprend l’expo permanente, et une partie temporaire, renouvelée chaque été.

 

2-Guerigny-2014-07-24--59-.JPG

Une vue de l’accueil, toujours aussi sympathique. Cette fois, cerise sur le gâteau, les visiteurs ont droit aux services d’une jeune guide, aussi agréable que compétente, et ce sans supplément de prix !

 

3-Guerigny-2014-07-24--32-.JPG

La partie permanente a été réorganisée, afin de mieux mettre en valeur les maquettes et dioramas réalisés par l’association. Ici, l’intérieur de la forge de aux ancres au 18ème siècle…

 

3a-Guerigny-2014-07-24--81-.JPG

A l’extérieur, dans la zone industrielle de Villemenant, on peut encore voir cette grue de manutention du 19ème siècle.

 

 

4-Guerigny-2014-07-24--46-.JPG

Ici, la salle consacrée à la Marine, également réaménagée. C’est à Guérigny qu’avaient été forgées les ancres du paquebot « France ».

 

5 Guérigny 2014-07-24 (18)

L’exposition temporaire traite des métiers du bois. De nombreuses réalisations ont été prêtées pour l’occasion par diverses associations. Ainsi, ces maquettes de charpentes ont-elles été réalisées par les Amis de la Cathédrale de Nevers (enfin, je crois…).

 

6-Guerigny-2014-07-24--20-.JPG

De petits dioramas représentent divers ateliers d’artisans du bois. Ici, le tonnelier…

 

7a-Guerigny-2014-07-24--25-.JPG

Un tour à bois  du 18ème siècle, en parfait état !

 

7b-Guerigny-2014-07-24--30-.JPG

Détail du mécanisme. Inutile de préciser qu’il était actionné par son utilisateur, au moyen d’une pédale, comme les machines à coudre de nos grand-mères…

 

8-Guerigny-2014-07-24--12-.JPG

Cette collection de véhicules hippomobile provient de Savoie, et on y trouve de tout, depuis le char à foin jusqu’à la malle-poste…

 

9-Guerigny-2014-07-24--2-.JPG

Ici, c’est une forge de campagne. Indispensables en temps de guerre, les forgerons réparaient les armes sur le terrain ; il leur fallait donc une forge, ici installée sur un chariot à 4 roues…

 

10-Guerigny-2014-07-24--38-.JPG

Beaucoup ont oublié que la Loire fut un important axe de transport, jusqu’à l’ouverture du Canal Latéral à la Loire vers 1840. Ici, c’est une gabarre, bateau à fond plat adapté à ce fleuve au lit peu profond…

 

11 Guérigny 2014-07-24 (55)

A l’étage, qui n’a pas encore bénéficié du réaménagement progressif, les entraits de la charpente sont réalisés en deux parties, assemblées par un « trait de Jupiter »…

 

12-Guerigny-2014-07-24--69-.JPG

Tout près du musée, les anciens bâtiments de la direction et des services administratifs semblent hélas à l’abandon. Notre guide nous explique que c’et le morcellement de leur propriété qui fait obstacle à leur mise en valeur. Bien dommage, car cet endroit a beaucoup de caractère !

 

13-Guerigny-2014-07-24--43-.JPG

Pour finir, voici Pierre Babaud de la Chaussade, à qui on doit la prospérité de Guérigny (et de Cosne) durant la seconde moitié du 18ème Siècle. Propriétaire des forges depuis 1741 il les vendra finalement à l’Etat en 1781, et c’est à cette date qu’elles prendront le nom de « Forges Royales ».

 


 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 12:00

Veaugues-scierie-Millet-v.-1910.jpg

Je suis parti de cette célèbre (au moins localement…) carte postale prise et éditée par Désiré Pinson, photographe à Veaugues, entre 1903 et 1913. Elle représente la Scierie Millet, située sur la route de Montigny, qui comprenait une machine à vapeur (à droite), entraînant au moyen de courroies diverses machines destinées à débiter poutres, solives et autres planches. Les personnes présentes sur la photo sont peut-être le personnel de la scierie et leur famille.

 

Scierie-Millet-1920.jpg

On voit ici l’entrée de la scierie, quelques années plus tard, sur la gauche. Le photographe fait dos à la direction de Montigny. Si cette carte n’est pas signée désiré Pinson, elle provient comme l’autre de la collection de M & Mme Pioger, que je remercie.

 

Scierie-Millet-1962.jpg

Cette vue aérienne, disponibles gratuitement sur le site Géoportail comme toutes les autres, montre les lieux en 1962. Plusieurs bâtiments sont visibles, ainsi que de nombreuses piles de bois. L’électricité a certainement remplacé la vapeur depuis son arrivée à Veaugues dans les années 1925.

 

Scierie-Millet-1973.jpg

Nous sommes à présent en 1973, et les herbes folles commencent à gagner le site de la scierie, alors que la parcelle la jouxtant vient d’être fauchée et le fourrage andainé. Pourtant, on distingue encore du bois rangé sur le site…

 

Scierie-Millet-1988.jpg

Même si la vue est hélas de très mauvaise qualité, on voit cette fois qu’en 1988, toute trace des installations a disparu. D’ailleurs, arrivé à Veaugues en 1984, je n’en ai aucun souvenir.

 

Scierie-Millet-2010.jpg

En 2010, c’est un lotissement qui en occupe le site.

 

 

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche