Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 14:20

Que Marine Le Pen et tous ceux pour lesquels la blancheur de la peau, la bannière tricolore et le travail à en perdre la santé sont les principales références m’excusent, mais ce n’est ni des immigrés, ni des chômeurs et autres bénéficiaires d’allocations dont il sera question dans cet article…

 

1-lierre--2-.JPG

 

 

 

 

 

Le lierre, à la vigueur surprenante (il semble résister aux pires de nos désherbants), prend en principe racine en terre, et se sert d’un support (végétal ou fait de main d’homme) pour s’élever. Il peut aussi envahir les pelouses et sols des sous-bois. Il s’accroche solidement à son support au moyen de milliers de crampons.

 


 

2-La-Salle-le-Roi-pignon-Ouest.JPG

 

 

 

 

 

Lorsqu’il grimpe sur un mur, il envoie des « suçons » dans la maçonnerie qu’il dégrade et dans laquelle il puise ses nutriments minéraux. On a alors beau couper son pied, il n’en a rien à faire et continue à nous narguer. Par contre, il ne suce jamais la sève des arbres ; il n’est donc qu’un opportuniste !

 

 

 

 

 

 

3-clematite--3-.JPG

 

 

 

 

La Clématitedes haies fait le désespoir du jardinier et du bûcheron avec ses longues tiges souples qui finissent par s’entremêler pour faire un inextricable fouillis.

 

 

 

4-clematite--8-.JPG

 

 

 

 

 

 

Contrairement au lierre, elle ne s’accroche pas à son support, un arbre ou un buisson, mais faufile ses tiges dans sa ramure. Encore une opportuniste. Le « tronc » de ces lianes peut devenir gros comme l’avant-bras, et peser assez lourd pour faire casser certaines branches.

 

 

 

 

5-clematite--5-.JPG

 

 

 

 

 

 

Si les fleurs de ces clématites n’ont pas la beauté de leurs congénères cultivées, leurs fruits sont de délicats filaments argentés qui s’en iront, portés par le vent, propager l’espèce au loin.

 

 

 

 

6 gui 2011-02-01 (5)

 

 

 

 

 

 

Le gui, quant à lui, est un véritable parasite. On le trouve principalement sur les peupliers et les pommiers, mais tous les arbres affaiblis peuvent l’héberger. Ici, il a porté son dévolu sur un aubépine.

 

 

 

 

 

7-gui-2011-02-01--7-.JPG

 

 

 

 

 

 

Une fois sa graine déposée par un oiseau dans une fiente, le gui plonge ses racines dans l’arbre pour y puiser sa sève, sans rien lui donner en échange. Ce n’est même pas une symbiose dans laquelle chaque partenaire y trouverait son compte, mais du plus pur parasitisme…

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

commentaires

christian lemenuisiart 15/03/2011 19:40



La question est bonne mais le monde n'est qu'oportuniste ! 


A bientôt 



sirius 16/03/2011 08:13



Ah! Tu crois?



anatole 12/03/2011 18:04



Il me semble qu'il y avait une réglementation sur le gui, et que les propriètaires devaient faire le neccessaire pour éviter sa propagation, mais je ne trouve plus les sources, aurais-je révé ?


Cordialement.



sirius 13/03/2011 08:31



Je ne pense pas que tu ais rêvé! Il y avait (ou y a encore) tout un tas de règlementations qui ne sont plus respectées, ne seriti-ce que celle obligeant chacun à balayer la neige devant sa porte
en ville...


Je me souviens qu'un bonhomme était une fois passé à la maison et m'avait dit que j'avais l'obligation d'enlever les cocons de processionnaires sur les 2 pins de mon jardin. Le problème a été
depuis longtemps radicalement résolu avec l'élimination des pins!



Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche