Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 10:01

Une première gare, nommée Vinon-Bué en raison de sa situation à mi-chemin entre les deux villages, fut ouverte en 1893, avec la ligne Bourges-Cosne. Quinze ans plus tard, en 1908, fut ouverte la ligne à voie métrique reliant Neuilly–Moulin Jamet (sur l’artère La Guerche–Argent de la S-E), à Saint Satur. Une gare fut alors aménagée à l’Estérille, portant le nom de Bué. Vinon disposait donc d’une gare, et Bué de deux : une sur la grande ligne, l’autre sur le Tacot.


29a Gare Bué S-E 1

 

La gare du "Tacot", à Bué.

 

Un train en provenance de Sancerre entre en gare

Au premier plan, des piquets de vignes, peut-être en provenance de la scierie Thuillier toute proche, attendent d'être chargés pour leur client.

 

 

 

scierie-Thuillier.jpg


La scierie Thuillier était établie à l'Estérille, tout près de la gare de Bué S-E, et possédait un autre établissement près de la gare P-O de Vinon-Bué. On y voit des billes de chêne attendre leur transformation en planches ou en poutres. Installés dans le vignoble, il est probable qu'ils aient produit des piquets de vigne en acacia ou châtaignier.


 

31 Gare Bué 2

Une autre vue de la gare de Bué (S-E)

 

Là aussi, un train en provenance de Sancerre entre en gare


Le Tacot disparut en juillet 1948.


 


 


La gare Vinon-Bué de la compagnie du P-O était située en pleins champs, à mi-chemin, mais aussi un peu loin des deux villages. Comme à Bannay, Montigny et Ste-Solange, la halle aux marchandises est accolée au bâtiment des voyageurs.


 

gare Vinon

Vue de la gare de Vinon-Bué vers 1910. Au fond, la direction de Sancerre. Vu le nombre de bagages attendant sur le quai de gauche, un train en provenance de Bourges doit être annoncé!

 


Madame Girault, qui coule aujourd’hui une retraite paisible dans une ancienne maisonnette de garde-barrière de Veaugues, travaillait à l’époque à Vinon-Bué et raconte : "A Vinon, il y avait une grande activité marchandises ; la gare expédiait les truites de l'élevage local ainsi que du vin, et recevait toutes sortes de colis en messagerie, ainsi que des troncs de noyer en provenance d'Espagne et du Périgord pour une scierie." Ces noyers faisaient d'ailleurs l'objet de tout un trafic peu licite; ceux du Berry avaient en effet une grande réputation de qualité, certains "négociants", aussi improvisés qu'opportunistes et fraudeurs, achetaient donc des arbres ailleurs, se les faisaient livrer à Vinon ou Veaugues, puis les réexpédiaient avec un label d'origine berrichonne plus que douteux.


 

Vinon-Bué 2009 (4)

 



Aujourd'hui, si la végétation a envahi les emprises de la gare, les bâtiments sont encore intacts, au moins à l'extérieur.






 

Le service voyageurs cessa en juillet 1966 sur la ligne Bourges-Cosne; la gare de Vinon-Bué fut encore desservie pour les marchandises jusqu'en 1969, au départ de Bourges, la section St- Satur-Vinon ayant été déposée. Le service en provenance de Bourges fut ensuite limité à Veaugues.


 

Vinon-Bué 2009 (3)

 

La gare vue côté cour. Au premier plan, le bâtiment des sanitaires, abritant également la lampisterie.


 

 

Vinon-Bué 2009 (1)


Vue côté voies...

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article

commentaires

le chercheur de vos empreintes 24/02/2010 12:06


Les photos en noir et blanc ont une nostalgie incroyable. Les hommes s'afféraient autour de cette gare.
Il n'y a plus que l'herbe qui donne un semblant de mouvement autour du bâtiment.
Un beau récit qui fait parti de notre mémoire.


sirius 25/02/2010 08:19


Cette gare a eu la chance de pas avoir été transformée, ce qui lui confère son ambaince.


Jean-Baptiste Luron 20/02/2010 18:18


Merci pour votre carte que j'avais effecivement coincé dans un zip. Pour pluus de précision, il convient de rappeler que les vignerons qui étaient à l'époque des paysans produisaienr eux même leurs
piquets. A l'époque, on vivait en autarcie.


sirius 21/02/2010 08:35


J'ai travaillé un an dans les vignes de Tracy il y a 30 ans, et certains vignerons avaient encore des bosquets d'acacias pour faire leurs piquets. Ceci dit, ces ballots en attente à la gare du
Tacot de Bué semblent indiscutablement être des piquets. Au départ ou à l'arrivée? Là est la question...


Christian lemenuisiart 14/02/2010 10:07


J'ai l'impression que cette histoire est que trop connue dans nos pays et dans toutes nos régions et c'est fort dommagable . Bon Week-end 


sirius 14/02/2010 10:16


Hélas oui! Jusqu'en 1939, ma région était desservie par un dense réseau de chemins de fer; aujourd'hui, il n'en reste pratiquement rien!


Jean-Baptiste Luron 14/02/2010 10:02


A côté de la gare de Bué, il y avait une scierie appartenant à la famille Thuillier. Plutôt que de l'importation de piquets de vignes (on autoproduisait jusqu'à il y a peu), je pense plutôt à du
départ.


sirius 14/02/2010 10:18


C'est vrai, et en plus j'en ai une photo! Je vais donc suite à votre info la rajouter sur l'article et modifier le texte!


Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche