Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 11:58

0-ecole-artillerie.jpg

S’il est une ville où la Défense a beaucoup contribué, et continue à le faire, au développement, c’est bien Bourges.  Cette vocation fut initiée par Napoléon III, qui a souhaité éloigner des fronts de l’Est les établissements militaires, afin de les mettre à l’abri en cas de conflit avec l’Allemagne. L’histoire lui a hélas donné raison. Fabriques de pièces d’artillerie, de munitions, réserves de matériel, écoles diverses, d’immenses superficies sont peu à peu constituées, ainsi qu’un immense champ de tir (30 kms de long) destiné aussi bien à tester les fabrications qu’à entraîner les troupes : le « Polygone de Bourges ».

 

1-GMC-lot-7.JPG

C’est grâce à la gentillesse de mon ami Nick, que j’ai pu obtenir une visite « sur mesure » du Musée du Matériel et de la Maintenance des Ecoles Militaires de Bourges, qui associe une partie couverte (ouverte au public sur réservation) et une sélection de matériel roulant représentatif des années 40 à 80. Commençons par ce très classique GMC « lot 7 », c’est-à- dire plateau-ridelles avec une potence de levage à l’arrière…

 

3-Diamond-T-969.JPG

Puis une dépanneuse de marque « Diamond T ». L’armée définissait un type de véhicule, et plusieurs constructeurs participaient souvent à la fabrication. On retrouve donc parfois des véhicules identiques (ou presque) sous différentes marques.

 

3a-cabine-Diamond.JPG

L’intérieur, dont on devait être content de s’extraire pour se dérouiller les jambes. La place est très mesurée, et le siège non-réglable, comme il était d’usage à cette époque (1942)…

 

4-Ward-La-France.JPG

Montons en puissance avec cette dépanneuse lourde (les « Wreckers » américains). Cabine « torpédo », c’est-à dire bâchée ; mon guide m’explique que le confort des utilisateurs n’est pas le principal souci des concepteurs de tels véhicules. En outre, il a fallu faire vite…

 

5-Ward-la-France-instructions-cabine.JPG

Le tableau de bord ; là, pas de problème de garnitures qui vieillissent mal ! On remarquera la curieuse grille des vitesses, la même que sur les GMC, et qui a de quoi en dérouter plus d’un !

 

6-Ward-la-France-moteur-essence.JPG

La bête est animée par un moteur à essence antédiluvien, qui avale sans complexes un bon litre au kilomètre…

 

8-TBU--2-.JPG

Fini le matériel du « débarquement », et place à celui « made in France », avec ce camion lourd de dépannage (CLD) Berliet TBU 6x6 datant des années 1960. Il a 6 roues motrices, pour se sortir des terrains malmenés par les combats…

 

8a-TBU-cabine.JPG

Sa cabine, même si elle nous paraît spartiate, est un formidable bond en avant par rapport aux deux précédentes ! Espace, siège suspendu et réglable, direction assistée, etc… Mon guide m’explique que, malgré les contrôles à l’entrée de cet établissement, des indélicats parviennent à dérober des accessoires durant les visites, tels le logo ornant le centre du volant de ce camion !

 

9-remorque-petrin.JPGUne armée en campagne se doit d’être totalement autonome ; on fabrique donc son pain ! Ici, une remorque-pétrin…

 

10-remorque-fournil.JPG

Une fois la pâte pétrie et levée, elle passait à la cuisson dans cette remorque-fournil, permettant ainsi aux combattants de disposer de pain frais et croustillant sur le terrain !

 

11-EBR---ALM.JPG

Je ne présenterai que brièvement l’artillerie, en me contentant de ce char Panhard EBR (Engin Blindé de Reconnaissance) des années 1950-60. Muni de toutes les perfections de l’époque, il était animé par six moteurs de voiture Panhard accouplés en ligne. Inutile de préciser que l’intérieur n’a rien d’un palace sur roues !

 

14 LARC (1)

Pour finir, voici le LARC, destiner à transborder les véhicules depuis les navires jusqu’à la plage lorsqu’on ne dispose pas d’un port. Réalisé entièrement en aluminium, il pèse 20 tonnes.

 

15-LARC--2-.JPG

Si ses roues lui permettent de se déplacer sur route, en faisant attention car il fait tout de même 4 mètres de large, cette hélice entre en action lorsqu’il s’agit de naviguer. Voilà, un petit article qui dénote de l’ordinaire de mon blog, et merci à Jean-Christophe, mon guide passionné qui pourrait faire une conférence sur chaque pièce du musée !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

commentaires

Thaddée 23/02/2014 15:10


Wouah, c'est du lourd. De quoi s'armer jusqu'aux dents.

sirius 23/02/2014 15:20



Là, je pense que l'ennemi a une bonne longueur d'avance, vu justement la lourdeur de ce matériel!



jean claude 16/02/2014 20:33


Excellent reportage pour les amateurs de ces véhicules, il me semble que ce musée ouvre aussi pour les journées du patrimoine ? Pour l'EBR, la motorisation était assurée par un seul moteur, à 12
cylindres à plat.

sirius 17/02/2014 08:21



C'est assez confus. Si on va sur leur site internet, on lit que la visite est réservée au seul personnel militaire et aux salariés de l'armée. Ils éditent une plaquette "tout public" indiquant
que n'importe qui peut visiter la partie aménagée, sur rendez-vous. C'est ce que je ferai la prochaine fois, car ils ont des vitrines très bien présentées. Si les contrôles d'entrée sont très
rigoureux, l'ambiance de la visite est très "bon enfant", grâce au guide très sympathique.


 


Je suis moi-même un passionné de vieilles mécaniques sur 2, 4, 6 roues ou plus, civiles ou militaires, et leurs entrailles n'ont pour moi aucun secret. Il existe assez de Forums et de Blogs pour
que je puisse assouvir cette passion, et j'ai donc décider de ne pas dérouter mon lectorat avec des détails trop poussés. C'est pourquoi j'ai fait très bref concernant les motorisations.


 


Oui, l'EBR est animé par un moteur Panhard à 12 cylindres à plat (environ 5,1 litres), mais qui consiste bien en l'alignement de 6 paires de cylindres de voiture, sur un carter adapté. Cette
disposition a été choisie pour sa faible hauteur (22 cms), qui permettait de le loger dans l'espace exigu de la cabine sans trop empiéter sur l'espace très mesuré dédié à l'équipage!



anatolem 16/02/2014 20:30


Je suis allé faire une rapide visite sur le site de ton copain NIck, et j'ai remarqué qu'il n'avait pas oublié de mentionner les "3 Irish pubs" de Bourges :D





j'ai eu l'occasion de rouler dans des engins de l'armée durant une petite année et effectivement c'était quand même un peu moins spartiate que dans les engins que tu nous a fait découvrir. Pour
le polygone n'y a t-il pas eu aussi quelques tests ?


A pluche.

sirius 17/02/2014 08:11



Oui, en bon Anglo-Saxon, il aime bien les bonnes bières et les lieux de convivialité que sont les Pubs! Le matériel présenté à l'EMB de Bourges commence à dater, et j'espère donc qu'aujourd'hui,
le confort des utilisateurs est pris en compte lors de la conception du matériel. Il est tiré d'un jeu vidéo, le char que tu m'envoies? Très réaliste, en tous cas!



Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche