Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 09:04

Comme je l’avais laissé entendre la semaine dernière, je suis allé avec un ami à une séance de greffage à Neuvy Saint-Sépulchre (Indre). Le but de cette journée est de proposer aux adhérents de l’association (la Société Pomologique du Berry) de perpétuer des variétés anciennes de fruitiers : pommiers, poiriers, pruniers, etc… On arrive avec des pousses prélevées sur des arbres vieillissants, et ils les greffent sur des porte-greffes qu’ils fournissent. La SPB possède aussi des vergers conservatoires dans lesquels ils cultivent des dizaines variétés anciennes de divers fruits, entretenant ainsi un patrimoine inestimable.

 

1.JPG

 

L’intérêt du greffage est de disposer sur un même arbre d’une partie enracinée solide et bien adaptée au sol, ainsi que d’une partie aérienne qui portera de beaux et bons fruits. L’opération se fait en deux temps. La personne en gilet noir taille le greffon et l’adapte au porte-greffe, puis celle au blouson rouge scelle la greffe au mastic.

 

 2.JPG

Inutile de préciser que nous avons affaire à des personnes rodées à cette opération ; de vrais « pros » ! Premier geste, le parement du porte-greffe au moyen d’une serpette spéciale. Il est d’abord tranché, puis fendu pour insérer le greffon.

 

 3.JPG

Ensuite, et là c’est le plus difficile, il faut tailler le greffon en « sifflet », c’est-à-dire en biseau très allongé, puis l’insérer dans la fente du porte-greffe de façon à ce que les deux cambiums (partie où coule la sève) soient parfaitement en face l’un de l’autre.

 

 4.JPG

Il reste à la fin à sceller la greffe au moyen de mastic chaud. Cette opération empêchera la sève de s’échapper, et les deux parties de se dissocier. Les deux cambiums se souderont lentement, et les deux éléments de la greffe ne feront bientôt plus qu’un seul arbre.

 

 

5

 

 

 

 

 

Une fois rentré à la maison, il ne reste plus qu'à planter le jeune arbre dans un trou qu'on aura de préférence creusé auparavant, garni de fumier et d'un tuteur.

 

 

 

 

 


 

 

6.JPGL'idéal est de protéger le plant des oiseaux, lièvres et autre chevreuils au moyen d'un filet en plastique. J'ai ainsi ajouté quatre nouveaux pommiers à mon verger. Evidemment, la prise n'est pas garantie, mais il faut "croiser les doigts"....

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

commentaires

Christian lemenuisiart 10/03/2012 22:45


Cela promet d'être beau


A bientôt

sirius 11/03/2012 08:25



Il faudra attendre au mins l'été pour voir si les greffes ont pris. En effet, il arrive que le porte-greffe produise des feuilles alors que le greffon semble mort; puis en Juillet, ce dernier "se
réveille" soudain! Ceci m'est arrivé en 2011 avec des greffes que j'avais faites moi-même sur des pommiers francs. J'ai aussi réussi à greffer une variété de pommier sur un aubépine. Cette
semaine, je devrais greffer du néflier, toujours sur aubépine...



Candy75 08/03/2012 16:39


Très intéressant ton reportage sur le greffage. C'est de toute évidence un art à ne pas confier à des mains maladroites. J'ai un oncle qui pratiquait le greffage (en fente, en écusson etc...) Il
devait avoir la main verte car tout réussissait et il était très fier de nous montrer le résultat. Des arbres fruitiers, tous sains et vigoureux qui donnaient de très beaux fruits.

sirius 09/03/2012 08:34



Il y a la technique qu'il faut absolument respecter; ensuite, il y a le coup de main relativement facile à acquérir si on s'applique et, surtout, si on pratique souvent. C'est comme tout...



anatole 06/03/2012 16:49


Quand j'étais gamin mon pére m'a montré comment greffer un cerisier, j'ai fait quelques expériences qui n'ont pas toutes réussies, l'expérience et l'entrainement font augmenter les chances de
reprise.


A bientôt pour goûter tes premières pommes

sirius 07/03/2012 08:10



En fait, la clé de la réussite repose sur le bon contact des deux cambiums. Cette surface doit être la plus impportante et régulière possible. Il faut donc parvenir à tailler en sifflet très
allongé et, surtout, très régulier; surtout pas de creux, et c'est très difficile.


 


La qualité du greffon est aussi primordiale: il faut qu'il soit jeune, frais et vigoureux. Certains affirment qu'il faut prélever les greffons à l'automne, et les mettre dans du sable au Nord
pendant 3 mois. En fait, cela ne change rien.



malobosco 06/03/2012 09:51


Le geste auguste du "greffeur" ...


Tout un savoir-faire qui conditionne, en partie je suppose, la réussite de l'opération.

sirius 07/03/2012 08:06



Effectivement, le geste semble simple, mais il y a un "coupde main" à avoir, un peu comme pour enduire un mur...



Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche