Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 19:15

Le Pont Galantin est situé sur la RD52, entre Feux et Herry, et enjambe la Vauvise. La route qu'il porte a été ouverte au milieu du 19ème siècle, bien après le pont, dont la construction est émaillée d’une légende. Elle est racontée dans un recueil rassemblant plusieurs histoires sur notre région, dont l’auteur a utilisé le pseudonyme Pierre Goupillière, en référence au lieu éponyme situé au sud de Sancerre. Je ne ferai donc que résumer cette légende.

 

Avant, seuls des gués permettaient de traverser la Vauvise ; aux Vallées ou, lors des hautes eaux, à Marnay ou St-Bouize. Ce sont les moines de l’abbaye de Chalivoy qui décidèrent d’entreprendre la construction d’un pont, essentiellement pour que leurs fermiers ne puissent plus invoquer l’impossibilité de traverser la rivière afin de ne pas s’acquitter de leurs dettes…

 

Pont-Galantin--1-.JPG

 

Nos braves moines se mirent donc à l’ouvrage, mais toutes sortes de désordres mystérieux pouvaient être constatés chaque matin par les moines-bâtisseurs à leur arrivée sur le chantier. Tout ceci fut bien entendu mis sur le compte du diable…

 

Au village des Vallées, un jeune homme prénommé Berlite était amoureux d’une jeune fille résidant à Beauregard, de l’autre côté de la Vauvise, et il lui tardait de voir le pont, qui mettrait fin au détour par St-Bouize ou Marnay, achevé. Au contraire, un cupide personnage nommé Gorgeon avait pris pour habitude de faire payer les candidats au passage du gué pour d’obscures incantations censées les protéger du mauvais sort. Il n’avait donc aucun intérêt à l’avancement des travaux…

 

Pont-Galantin--7-.JPG

 

Une nuit, Berlite, qui avait pris précaution de se munir d’une bouteille d’eau bénite, se trouva, sur le chantier du pont, en face du Diable. Il eut alors la présence d’esprit de lui proposer de trinquer du breuvage, sans lui en préciser la nature.

 

Le diable prit la bouteille et la porta à sa bouche. A la première gorgée, il s’arrêta en poussant un rugissement terrible. Il suffoquait; ses yeux lançaient des éclairs; sa bouche vomissait des flammes. Le diable était prîs !

 

 A force de tirer, de cracher, de baver, de griffer, il se libéra brusquement, ce qui lui fit piquer une tête dans la rivière. Hélas pour lui! Un bouillonnement sinistre forma des remous vaporeux et le Seigneur des Ténèbres disparut dans un nuage nauséabond, au-dessus d'une couche de poissons frits. »

 

Pont-Galantin--6-.JPG

 

Suite à cet évènement, le pont fut vite terminé. Les moines de Chalivoy voulurent lui donner le nom de « Pont de Chantevaux » parce que, un peu en amont, la Chanteraine se jette dans la la Vauvise.

 

Les gens du pays lui préférèrent celui de « Pont Galantin », en référence à l’histoire de Berlite, et pour rappeler que les femmes sont toujours plus fortes que le diable…

 

Ce qui est intéressant, c’est qu’ici le Diable, au lieu de construire le pont en échange de la première âme qui le traversera comme c’est le cas pour tous les ponts portant son nom, s’est au contraire acharné à empêcher sa construction. Mais, au fait, qui pouvait bien se cacher derrière ce diable-là ?

 

Galantin Cassini

Sur cette carte datant des années 1750, on voit le Pont Galantin enjamber la Vauvise sur la droite. Aucune route n'y figure, malgré l'importance de l'ouvrage.

 

 

Evidemment, ce n’est qu’une légende mais un mystère demeure : pourquoi, au milieu du XVIIIème siècle, alors que la plupart des rivières n’étaient franchissables qu’à gué, y avait-il déjà un pont sur la Vauvise à cet endroit ? D’après l’étude menée par Annie Chazelle sur le patrimoine bâti du canton de Sancerre, le pont actuel daterait du début du XVIIIème siècle, mais pourquoi avoir bâti un si bel ouvrage sur une si petite route ?

Toute information sur le sujet sera bien entendue la bienvenue...


Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

commentaires

berrypierre 07/05/2016 23:44

Son apparence me laisserait croire plus volontiers que ce pont date du XIX siècle. J'aime bien les légendes parce qu'elles embellissent toujours une vérité peu glorieuse et nous ouvrent les espaces du rêve et de l'imaginaire.

Martel Gerard 19/12/2009 23:36


J'aime ce type de pont de pierres ...qui doit etre du XIX siècle .
Amities Gérard


sirius 09/05/2016 19:07

Moi aussi! Surtout qu'avant le milieu du 19ème siècle, on n'aurait pas construit un ouvrage aussi soigné sur un chemin sans importance. Sur la Carte de Cassini (vers 1760), le pont est figuré, mais pas la route...

berrypierre 07/05/2016 23:44

J'aime bien les légendes parce qu'elles embellissent toujours une part de vérité souvent peu glorieuse mais qui laissent la place au rêve et à l'imaginaire. Ce pont, sans l'avis des experts m'aurait plutôt fait penser à une construction du XIXème.

sirius 20/12/2009 08:44


C'est effectivement la réflexion qu'il m'inspire, mais les spécialistes du Patrimoine du Conseil Général (pas d'obscurs administratifs, mais des passionnés) l'ont étudié et déclaré qu'il datait du
début du XVIIIème siècle. Comme je ne suis pas experts, je ne puis en dire plus!

merci de votre visite!

Sirius


Pat en Pays d'Halatte 16/12/2009 12:37


Quelle histoire! Heureusement, pour notre plaisir, que le pont est toujours "debout"...


Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche