Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 18:48

cloisons-RDC-Vesvre--2-.JPG

A une époque que les archéologues situent autour du XVIIIème siècle, des cloisons à ossature de bois furent érigées dans la grande pièce du rez-de-chaussée de la Tour de Vesvre, afin de la diviser en plusieurs pièces plus petites et surtout plus confortables. A cette occasion, deux cheminées furent installées au dos de la cheminée principale, et deux fenêtres percées dans la façade Est. On voit bien sur cette photo que le remplissage encore présent sur la partie haute de la cloison, a disparu en bas, laissant apparaître l’ossature de bois.

 

cloisons-RDC-Vesvre--4-.JPG

Ces cloisons ont été construites principalement avec des matériaux de récupération. Comme on le fait toujours aujourd’hui, lorsqu’on procédait à des travaux de couverture et de charpente, on mettait de côté toutes les pièces démontées, en attendant une utilisation future en remploi.

 

cloisons-RDC-Vesvre--7-.JPG

Ainsi, cette pièce oblique porte les traces d’un assemblage en tenon-mortaise au cours d’une « vie antérieure ». On voit bien ici le rainurage auquel effectué avec une gouge, destiné à l’ancrage du remplissage de maçonnerie. Une fois l’ossature assemblée, un banchage était mis en place en clouant de chaque côté des lattes, entre lesquelles sera jeté un mélange fait de pierres, de chutes de carreaux et briques, et de mortier.

 cloisons-RDC-Vesvre--8-.JPG

Au bas de la partie intacte de la cloison, on voit bien ce lattis ; sur la droite du cliché apparaît le remplissage. Une fois cette opération terminée, on appliquait un enduit, ici en deux couches.

 cloisons-RDC-Vesvre--15-.JPG

Cette vue en « écorché » montre parfaitement l’anatomie du mur. De gauche à droite, le remplissage (mortier rose et pierre calcaire) exposé par l’arrachage d’une latte, deux lattes, et les deux couches d’enduit superposées. La première couche d’enduit, plus grossière, était renforcée par des fibres végétales et du poil animal, dont on distingue ici très bien une touffe. Poil de bœuf ou crin de cheval ? Seul un laboratoire spécialisé pourrait le préciser, mais je crois qu'ils sont tous débordés en ce moment…

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

commentaires

Christian lemenuisiart 18/02/2013 11:55


Superbe cette présentation , pas tout jeune en tout cas mais c'est très beau


A bientôt

sirius 18/02/2013 12:45



Merci du compliment! Mais ce sont les bâtisseurs du XVIIIème siècle qu'il faudrait pouvoir féliciter!



anatolem 17/02/2013 11:51


Article intérressant mais pourquoi remplir les cloisons alors qu'une cloison creuse aurait été plus facile à installer ?


A pluche.

sirius 17/02/2013 12:46



A cette époque, on ne connaissait pas le placoplâtre, et probablement pas non plus l'intérêt de l'isolation thermique. Ces fibres végétales et animales n'avaient pour seul but que de renforcer la
cohésion de l'enduit. Il faut t'imaginer qu'avant la pose de ces lourdes cloisons, la pièce faisait environ 100 m², avec une hauteur sous plafond de 5 à 6 mètres!



malobosco 17/02/2013 11:04


Il est bien dommage que la presque totalité du remplissage ait disparu ! Je ne crois pas qu'il soit "tombé tout seul"... enfin tout cela est du passé... (On pouvait faire la même constatation
concernant le plafond de la salle dite "seigneuriale" avant la réfection de la charpente). Ces cloisons devaient avoir tout de même quelques propriétés isolantes, mais que dire des fenêtres et
portes ?! La bise glacée de l'hiver devait bien bien passer à travers les menuiseries mal jointes. Par ailleurs, les cheminées devaient avaler des stères et des stères de bois pour parvenir à
"tempérer" ces pièces ! On peut voir de belles cloisons en pans de bois intactes au manoir de Buranlure.


Pour en revenir à la question du "cheval ou boeuf", voilà encore un sujet fleuve avec lequel les médias vont nous arroser durant plusieurs jours jusqu'à l'indigestion !!! Je reconnais
tout de même qu'il faut être de plus en plus vigilant concernant ce qui arrive dans notre assiette. Pour ma part, j'aurais préféré que les journalistes nous parlent plus longuement des
métérorites, l'astronomie me passionnant bien plus que toutes ces malversations quotidiennes !

sirius 17/02/2013 12:39



A cette époque, il n'y avait pas de place pour les faibles et les malportants. Ceux qui attrapaient une bronchite au premier courant d'air étaient impitoyablement éliminés par la sélection
naturelle!



Stan 16/02/2013 19:04


une contruction médiévale , qui mérite toute attention comme tu fais d'ailleurs !

sirius 17/02/2013 12:37



La Tour est médiévale, mais les cloisons sont du XVIIIème siècle, plus connu sous le nom de "Siècle des Lumières", même si, à Vesvre, cette qualification ne devait pas être évidente...



Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche