Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:28
Veaugues n'est malheureusement pas un de ces villages dont l'architecture mérite un détour. Peu de maisons datent d'avant 1850, et celles qui ont subsisté ont én général été profondément transformées. En portant un regard attentif, certains éléments peuvent cependant attirer l'attention, comme des tableaux de fenêtres chanfreinés ou des linteaux contrés, ultimes témoins de l'époque pré-révolutionnaire.

Une maison a particulièrement éveillé mon intérêt: celle de Paul et Chantal Baudot, en plein centre du bourg, car elle présente une étrange association d'éléments architecturaux.


Bien construite et surtout bien rénovée, cette maison est indiquée sur l'ancien cadastre de 1823 comme "auberge"



Les deux bâtiments principaux (337 et 337 bis sur le plan, au centre de l'image), subsistent. Par contre, la partie droite (numérotée 333) du bâtiment au-dessous a disparu, remplacée aujourd'hui par un bâtiment moderne à usage de garage qui fait un angle droit avec la moitié subsistante.













Sur cette vue prise vers 1955, on distingue bien le bâtiment qui a disparu. C'est celui qui a la toiture surélevée, à droite au premier plan.

A cette date, la Poste n'a pas encore été construite.










ici, vers 1970, la grange n'a pas encore été abattue, mais la poste est présente.












Ce linteau reste énigmatique. Il présente visiblement en son centre le départ d'un meneau vertical (barreau de pierre divisant en deux la baie), élément utilisé aux XV et XVIème siècles. Les montants ont reçu un chanfrein se mariant avec celui du linteau, mais ne présentent pas de trace de meneau horizontal. La date de 1829, quant à elle, est en complète discordance avec le style

Quelle conclusion en tirer? Une fenêtre dont les meneaux d'origine auraient été supprimés, faisant ainsi remonter l'origine du bâtiment aux XV ou XVIèmes siècles? Ou bien alors des éléments de baie récupérés lors de la démolition d'un autre bâtiment, puis réinstallés là en 1829, d'où la présence de cette date? A noter qu'en 1829, il y a eu un grave incendie qui a détruit une partie du village.






De même, ce linteau à double accolade pose des questions. Est-ce une fantaisie de maçon ou encore une fois un élément de récupération?














Au premier plan, un fenestron dont l'encadrement est chanfreiné. date-t-il de la première diposition du bâtiment?

La fenêtre qui suit est, elle, munie d'un linteau cintré en trois parties, élément qui fait plutôt penser à la fin du XVIIIème siècle...

A l'arrière-plan, le grenier est éclairé par d'étranges hublots circulaires...





Sommes-nous en présence d'un batiment qui s'est vu transformé, avec chaque fois l'emploi du style en vigueur à l'époque, ou alors a-t-il été rénové après l'incendie de 1829, avec remploi d'éléments récupérés sur des bâtiments démolis?


Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article

commentaires

denis FARGEOT 24/03/2009 16:54

Personnnellement je pencherais pour des éléments de récupération à chaque fois que cela a été possible. C'est courant.

sirius 25/03/2009 08:27


Peut-être un maçon qui voulait se faire plaisir...


Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche