Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 13:53

Une des idées de ce blog est de vous faire découvrir l’environnement naturel de notre commune. Les espèces végétales présentes en un endroit donné sont essentiellement déterminées par le climat, l’altitude et la nature du sol. C’est ce dernier facteur qui fait que les arbres que nous trouvons dans les bois de Veaugues (sol calcaire) ne sont pas les mêmes que des bois de La Borne (sol siliceux).

 



Carte géologique de la commune de Veaugues.


Les cercles noirs figurent les carrières souterraines de pierre à bâtir.

Les cercles rouges figurent les carrières de grave calcaire (groue)










Situé dans la partie sud du Bassin Parisien, le territoire de la commune Veaugues comprend 4 couches géologiques datant toutes du Jurassique, époque des Dinosaures, qui se sont déposées au fond de mers peu profondes il y a environ 150 millions d’années. Du plus ancien au plus récent, on trouve :

 

- en orangé : le Calcaire Crayeux de Bourges (Oxfordien supérieur). C’est lui qui a servi à confectionner les tableaux de fenêtres et chaînages d’angles de la plupart des maisons du Sancerrois. Il était exploité jusque vers 1920 dans les Carrières de l’Hospice, ainsi que du côté du Briou ; toutes ces exploitations (cercles noirs) étaient souterraines.



Fossiles des Calcaires Crayeux:

- en bas à droite: groupe de Rhynchonelles

- à gauche et en haut: moulages intérieurs de Pholades





En surface, il donne des terres occupées par la culture céréalière. Une altération superficielle de ces calcaires donne la « groue », constituée de graviers calcaires enrobés dans une matrice argileuse, et qui a longtemps été exploitée (carrières figurées par des cercles rouges) pour la voirie et les cours de fermes. Cette couche livre de nombreux fossiles (huîtres, Rhynchonelles, Térébratules, coraux, moulages de divers bivalves…)

 





Fossiles des Calcaires Crayeux.

- en bas: segment de Crinoïde; deux térébratules


- au-dessus: 3 morceaux de corail






- en bleu : le Calcaire Lité Supérieur (Oxfordien supérieur). Il a été exploité comme pierre à chaux sur la route de Neuvy, ainsi que dans les bois au Sud-Ouest du bourg. C’est lui qui porte la plupart des surfaces boisées de la commune. Pas ou très peu de fossiles.

 

- en rose : le Calcaire de Buzançais (Kimméridgien inférieur). Inexploité à Veaugues, il porte essentiellement des cultures. On y trouve de petites Térébratules souvent translucides.

 


Fossiles des Calcaires de Buzançais

- en haut: fragments de Nérinées.

- en bas: Térébratules





- en marron : les Marnes de St-Doulchard (Kimméridgien). Souvent constituées d’une agglomération de fossiles de petites huîtres, elles recèlent des Ammonites parfois de taille respectable (surtout sur Humbligny). Contenant  une proportion variable d’argile, elles donnent des terres à culture, mais beaucoup plus lourdes que les calcaires. Sans usage particulier.


 


Fossiles des Marnes de St-Doulchard:

- Térébratule (sombre, en haut; taille 2cm environ)

- petites huîtres





Bien que ces couches soient contemporaines des Dinosaures, on n’en trouve aucun fossile car ces derniers ne vivaient non pas dans les mers relativement profondes dans lesquelles se sont déposées ces roches, mais sur la ter ferme ou dans les eaux côtières. Des restes de grands Sauriens (sortes de crocodiles marins du type Metriorhynchus) ont cependant été trouvés dans le Sancerrois.

 

Toutes ces couches portent une végétation spontanée calcicole (= qui aime le calcaire), et sont accessoirement plantées de vignes (Le Briou, Les Brosses) donnant droit à l’AOC Sancerre.

 

Les seules sources que compte la commune se trouvent dans le vallon d’Epignol et, à part celle qui est captée pour l’alimentation de la commune, ne sont pas pérennes. Le seul ruisseau, la Planche-Godard, et ses affluents, sont canalisés sur presque tout leur parcours et ne coulent que l’hiver, ou alors après de très fortes précipitations.

 




Le puits de la Brosse d'Epignol en février 1994, après de fortes précipitations. L'eau jaillit par un espace ménagé à cet effet sous la margelle.






A la Brosse d’Epignol, il existe un puits peu profond, habituellement à sec mais qui, lors de fortes précipitations, déverse une eau d’abord boueuse, puis claire. Il constitue probablement le trop-plein d’une nappe superficielle

Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius - dans villages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche