Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 09:54
Veaugues: le Moulin d'en Haut

Nous avons précédemment vu quelques textes anciens citant des moulins à Veaugues. Découvrons maintenant ces moulins les uns après les autres, en commençant par le Moulin d’en Haut. Ici, la carte de Cassini, qui date du milieu du 18ème siècle, indique les deux moulins à eau sur le ruisseau de Planche Godard. La présence de la roue dentée signale une installation utilisant la force motrice de l’eau ; il peut s’agir d’un moulin à grain, mais aussi d’un moulin à écorce (pour les tanneries), à huile, à foulon (industrie textile) ou encore d’une forge. Ici, il s’agit des Moulins d’en Haut et d’en Bas.

Veaugues: le Moulin d'en Haut

Carte de situation du Moulin d’en haut (IGN).

Veaugues: le Moulin d'en Haut

Le voici aujourd’hui, vu de l’amont. Les meules devaient être au rez-de-chaussée (peut-être y sont-elles encore ?), alors que l’étage abritait la bluterie (tamisage de la farine).

Veaugues: le Moulin d'en Haut

Etabli pour Veaugues en 1823, le cadastre napoléonien donne un état précis des terres et des constructions à cette époque. Le Moulin d’en Haut occupait ici les nos 142 et 144. Juste au-dessus, on voit le bief, canal qui amenait l’eau au moulin. L’aval est vers le bas de la vue.

Veaugues: le Moulin d'en Haut

Son bief, aujourd’hui à sec par tout temps, vu en direction de l’amont. Il était alimenté en eau par une dérivation, plus haut sur le cours du ruisseau.

Veaugues: le Moulin d'en Haut

Et la pelle qui permettait de régler le débit de l’eau arrivant à la roue.

Veaugues: le Moulin d'en Haut

De plus près, on distingue l’armature métallique de la goulotte de bois qui dirigeait l’eau au-dessus de la roue ; celle-ci est à présent effondrée.

Veaugues: le Moulin d'en Haut

Et le canal qui restituait l’eau au ruisseau, une fois son travail accompli.

Voici ce que nous enseignent les différents recensements :

- 1846 Louis Millérioux (49 ans), meunier, son épouse Brigitte Barreau (52 ans), et 4 filles âgées de 7 à 20 ans.

- 1851 Claude Charlon (24 ans), meunier, et son épouse Jeanne Ligeret (22 ans).

- 1856 Guillaume Millet (41 ans), meunier, son épouse Marie Tranchant (30 ans), leurs 5 filles de 3 à 10 ans, et Auguste Millet (23 ans), frère de Guillaume.

- 1861 Guillaume Millet (44 ans), meunier, son épouse Marie Tranchant (35 ans), 3 fils, 1 fille et 2 domestiques.

- 1866 Guillaume Millet (49 ans), meunier, son épouse Marie Tranchant (40 ans), leur fils Eugène (18 ans, meunier, et 3 jeunes enfants.

- 1872 Charles Gauthier (39 ans), meunier, son épouse Marguerite (30 ans), leurs 4 enfants et 1 domestique. Ils viennent d’Aubinges.

- 1876 Charles Gauthier (43 ans), meunier, son épouse Marguerite (34 ans), leurs 5 enfants (1 à 14 ans) et 1 domestique.

- 1891 Charles Gauthier (64 ans), meunier, son épouse Marguerite (55 ans), leur fils Florentin (27 ans), meunier, et 3 autres enfants.

- 1901 Florentin (35 ans) et J-Baptiste Gauthier, meuniers, Marie Gilet (25 ans), épouse de JB, et un neveu de 11 ans (fils de JB et Marie ?).

- 1906 JB Gauthier (né 1867), meunier-boulanger, son épouse Marie Gilet (née 1875), Florentin Gauthier (né en 1866), meunier-boulanger, et un ouvrier boulanger.

- 1911 Valentin Gautier (né en 1871), meunier-boulanger, son épouse Clotilde (née 1875, leurs 3 enfants ; Florentin Gautier (né en 1866), meunier, plus une domestique. Jean-Baptiste Gautier (né en 1867), meunier-patron, et son épouse Marie résident à part, au bourg. Exploitent-ils le même moulin ?

Pas de recensement en 1916, et ceux de 1921 à 1936 ne sont disponibles qu’aux Archives Départementales. Il me faudra donc y retourner pour savoir s’il y a eu des meuniers au Moulin d’en Haut après 1911…

Partager cet article

Repost 0
Published by Sirius sirius
commenter cet article

commentaires

Pascal 15/07/2016 10:06

La plupart ont disparus, mais certains résistent encore. Un jeune en à restauré un dans la commune limitrophe de la mienne, en gardant l'aspect initial, seule la roue à eau est manquante. En ce moment je viens de reprendre le boulot, toujours dans le domaine du transport (en CDD pour le moment), pour faire du régional en journée. L'entreprise se compose principalement de Volvo FH anciens et nouveaux et des semis bâchées. Lundi j'ai tourné en double sur un nouvel FH 500 cv, ils sont impressionnants et spacieux .

sirius 15/07/2016 10:19

Eh oui, Pascal, on est loin du temps où on emmenait un ensemble de 35 tonnes de PTR (sans compter la surcharge...) avec un tracteur de 150 chevaux! le plus puissant camion que j'ai eu entre les mains était un Iveco Turbo Star de 480ch. Pour ton voisin qui a restauré son moulin, il lui faudra batailler dur pour être autorisé à le remettre en eau. S'il veut des conseils, il faut qu'il s'adresse à la Fédération Française des Associations de sauvegarde des Moulins (FFAM): www.moulinsdefrance.org

anatolem 14/07/2016 13:44

C'est intéressant tous tes recherches historiques, chez nous à sancergues j'ai cru comprendre qu'en plus du moulin de Sarré il y en avait un autre à quelques centaines de mètres mais qui fonctionnait avec la force du vent et dont il ne reste rien sauf un bosquet semble-t-il.
Faudra qu'un jour tu me donnes ta façon de procéder pour la prospection, actuellement c'est le temps qui me manque.
A pluche.

sirius 15/07/2016 08:09

Le Moulin de Sarré, que j'ai connu disparaissant dans les friches, a été habilement restauré, et heureusement! En fait, je vais, tout au long des articles qui seront consacrés aux moulins de Veaugues, donner toutes mes sources. Pour Sancergues, je ne sais pas ce qu'il y a aux Archives Départementales, mais tu as déjà le cadastre napoléonien; j'y jetterai un oeil...

lemenuisiart 13/07/2016 20:13

Bien comme information

sirius 14/07/2016 08:10

Ici, où rien ne frappe l'attention au premier coup d'oeil, il faut fouiller en profondeur pour trouver quelque chose d'intéressant. Contrairement à chez toi!

Présentation

  • : Le blog de sirius
  • Le blog de sirius
  • : Ce qui se passe et se dit à Veaugues et dans sa région. Un peu de tout et même parfois n'importe quoi...
  • Contact

Recherche